La graisse qui fait mal


nourriture aliments steak viande
Photo de Markus Spiske sur Pexels.com

La capacité unique du tissu adipeux à se développer tout au long de la vie et à libérer une multitude de messagers chimiques fait du tissu adipeux non seulement un tissu particulier mais aussi le plus grand organe endocrinien du corps. Au cours des vingt dernières années, la compréhension de cet organe unique a connu une expansion rapide.

Autrefois considéré comme un dépôt inerte de stockage des calories excédentaires, important uniquement pour l’homéostasie énergétique, on sait maintenant que le tissu adipeux exprime et sécrète une multitude d’hormones et de cytokines pro-inflammatoires, agissant ainsi de manière autocrine, paracrine et endocrine, agissant sur le cœur, le système musculo-squelettique, le système nerveux central et le système métabolique. 

Tous les dépôts adipeux ne se ressemblent pas

Des études récentes ont suggéré que la localisation et le type de tissu adipeux excédentaire, plutôt que la simple adiposité totale du corps, peuvent être importants dans l’augmentation systémique des cytokines circulantes et l’augmentation des maladies métaboliques telles que le diabète. 

Le tissu adipeux stocké dans des dépôts sous-cutanés, en particulier dans la région fessière & fémorale, est un prédicteur négatif du syndrome métabolique et est cardio-protecteur. 

Le tissu adipeux stocké dans des endroits ectopiques en dehors du tissu sous-cutané, comme dans le muscle, le foie et la cavité abdominale, est lié à une inflammation chronique, à une mauvaise tolérance au glucose, à une augmentation du cholestérol total et à une diminution de la force et de la mobilité chez les personnes âgées. 

Le vieillissement entraîne une redistribution des dépôts de graisse, malgré une graisse globale stable ou en diminution, les sites de stockage adipeux passant de sites sous-cutanés à des sites ectopiques plus problématiques.

Le tissu adipeux inter-musculaire (TAIM), dépôt de graisse ectopique situé sous l’aponévrose et dans les muscles, peut présenter un intérêt particulier pour les professionnels de la réadaptation

Le TAIM a été étudiée chez divers individus présentant des troubles métaboliques, orthopédiques et neurologiques, couramment observés dans les établissements de réadaptation. 

Des niveaux élevés sont associés à une résistance à l’insuline, une perte de force et de la mobilité. 

Des taux élevés de TAIM peuvent être observés dans de nombreuses populations de patients, y compris, mais sans s’y limiter, dans les muscles paravertébraux des personnes souffrant de douleurs dorsales chroniques et les muscles locomoteurs des personnes atteintes du VIH, de lésions de la moelle épinière, d’AVC, de diabète et de BPCO.

En outre, les adultes âgés présentant des niveaux élevés de TAIM dans les muscles locomoteurs sont connus pour présenter des niveaux accrus de faiblesse musculaire, une diminution de la fonction de mobilité, et un risque accru de limitation future de la mobilité [Addison 2014].

Est-ce que l’association entre graisse intra-musculaire et faiblesse musculaire est causale ou simplement corrélée ? 

L’infiltration graisseuse et la diminution de la force pourraient toutes deux être dues à une désutilisation des muscles, à une blessure et à une maladie systémique, faisant du TAIM un simple « spectateur innocent ». 

Le résumé de cette étude [Biltz 2020] semble considérer, à partir d’un modèle animal, que le TAIM n’est pas une caractéristique inerte de la pathologie musculaire, mais qu’il a plutôt un impact direct sur la contraction musculaire. 


Références bibliographiques 

Addison O, Marcus RL, Lastayo PC, Ryan AS. Intermuscular fat: a review of the consequences and causes.. Int J Endocrinol. 2014;2014:309570. doi: 10.1155/2014/309570.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre. 

Nicole K Biltz, Kelsey H Collins, Karen C Shen, Kendall Schwartz, Charles A Harris, Gretchen A Meyer. Infiltration of Intramuscular Adipose Tissue Impairs Skeletal Muscle Contraction. J Physiol. 2020 Jul;598(13):2669-2683. doi: 10.1113/JP279595. 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s