L’accouchement normal. Guide clinique de la HAS à partir des recommandations des obstétriciens et sages-femmes


mains enfant professionnel gants

Un article en français élaboré à partir d’une recommandation HAS dans lequel les kinésithérapeutes sensibilisés aux prises en charge post-partum puiseront des faits et une belle bibliographie pour les étayer. Assez étonnant de voir que les australiens recommandent à ce que la femme trouve d’elle même la plus confortable afin de rendre les efforts expulsifs plus efficace, pensent que la position gynécologique ou semi-assise est à décourager, que la posture verticale ou en décubitus latéral est préférable aux postures allongées ou gynécologiques (second stade du travail plus court,  diminution des extractions instrumentales, diminution des épisiotomies), alors que les américains du Nord estiment que les postures sont sans importances. 
De même, la querelle des hands-off et des hands-on ne sévit pas que chez les 
kinésithérapeutes… D’un autre côté, peut être que des femmes ont accouché longtemps avant que le premier obstétricien ne naisse, va savoir 😀 .

Objectif : 

Évaluer les postures maternelles pendant la deuxième phase du travail sur le déroulement du travail, le mode d’accouchement et la morbidité maternelle et néonatale. Décrire les différentes techniques d’accouchement vaginal spontané et leur influence sur la morbidité maternelle et néonatale. Décrire les différentes techniques de protection périnéale.

Méthode : 

Revue systématique de la littérature par la consultation de Medline, des bases de données Cochrane et des recommandations internationales.

Résultats : 

Aucune posture particulière n’a démontré sa supériorité.

En cas d’absence de contre-indication et de surveillance maternelle et fœtale permanente, il est recommandé d’encourager les femmes à adopter les postures qu’elles jugent les plus confortables pendant la deuxième phase du travail (consensus). 

La littérature ne contient pas suffisamment de preuves pour recommander une technique d’accouchement du fœtus par la tête et les épaules. 

Il n’y a pas suffisamment de données dans la littérature pour recommander l’utilisation de la manœuvre de Ritgen (grade B), du massage périnéal (grade C) ou des compresses chaudes (consensus). 

Pousser sur le ventre de la patiente pour faciliter l’accouchement doit être abandonné (grade B).

Conclusion : 

Le deuxième stade du travail est un moment crucial de l’accouchement qui peut entraîner une morbidité maternelle et néonatale importante. Il est nécessaire d’apporter le plus grand soin possible à la surveillance et à la prise en charge des femmes, notamment pour la protection périnéale. 

L’influence des techniques non médicales sur le déroulement du deuxième stade du travail doit être étudiée.


Références bibliographiques 

franceFranck Pizzagalli. [Normal delivery. Guidelines of the French National Authority for Health (HAS) with the collaboration of the French College of Gynaecologists and Obstetricians (CNGOF) and the French College of Midwives (CNSF) – Maternal postures during the second stage of labour, delivery techniques and perineal protection]. Gynecol Obstet Fertil Senol. 2020 Oct 1;S2468-7189(20)30275-0. doi: 10.1016/j.gofs.2020.09.018. 

Le guide de la HAS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s