La posture & la souplesse lombaires sont génétiques ou environnementales ?


bebes enfants jumeaux mignon

A propos de la lombalgie, pour alimenter le débat sur les kinésithérapeutes considérant les altérations posturales comme non causales et ceux qui traitent les asymétries posturales, une belle étude transversale et observationnelle sur des jumeaux. 

La conclusion contentera tout le monde et n’est pas paradoxale : vous allez pouvoir continuer à modifier les comportements de vos patients, mais vous ne ferez pas d’une haridelle un cheval de course : il y a des familles de souples et des familles de raides…

Méthodes : 

Les auteurs ont utilisé un système d’analyse des mouvements sans fil, le ViMove (DorsaVi, Melbourne, Australie) pour mesurer la lordose lombaire, la souplesse et le contrôle des mouvements lors de tests de fonction et de mobilité, sur des paires de jumeaux monozygotes (élevés vraisemblablement dans un même environnement et génétiquement identiques) et des paires de jumeaux dizygotes (élevés vraisemblablement dans un même environnement mais génétiquement – partiellement- différents).

Une corrélation intraclasse a été utilisée pour déterminer la ressemblance des différents comportements observés. L’héritabilité (c’est pas une traduction à la one again, le terme existe vraiment –influence génétique sur la variation des schémas corporels) de la lordose lombaire, de la souplesse et du contrôle des mouvements a été estimée à partir de 52 jumeaux sains, 34 monozygotes et 18 dizygotes en utilisant des modèles génétiques univariés ajustés en fonction de l’âge et du sexe.

Les tests 

  • Flexion / extension lombaire / inclinaison latérale, sujet debout
  • En tenant une barre pour normaliser la position des bras à l’arrière de leurs épaules, le sujet est invité à enjamber d’une jambe une barrière à hauteur des genoux et à revenir à la position de départ. 
  • En tenant des deux mains une baguette (dowel ?) verticalement en arrière du dos, le sujet avance un pied d’une longueur de jambe et se place en chevalier-servant, le genou postérieur à terre, puis se relève. 

Résultats : 

Une forte estimation de l’héritabilité a été trouvée dans la lordose lombaire (77 % IC 95 % : 38 %-91 %) en position debout, suivie par la souplesse lombaire (67 %, IC 95 % : 32 %-85 %) dans le plan sagittal. 

Aucune corrélation intra-classe significative n’a été trouvée dans les paires de jumeaux monozygotes pour le contrôle des mouvements lombaires ou dans les paires de jumeaux dizygotes pendant le test du franchissement d’obstacle et de fente en chevalier-servant.

Conclusion : 

  • Les facteurs génétiques semblent avoir une influence substantielle sur la lordose lombaire et la flexibilité lombaire dans le plan sagittal. 
  • Le contrôle des mouvements lombaires pourrait être davantage influencé par des facteurs environnementaux.

Référence bibliographique 

australiemongolieMunkh-Erdene Bayartai, Paulo H Ferreira, Evangelos Pappas, Marina B Pinheiro, Batlkham Dambadarjaa, Enkhchimeg Khuyagbaatar, Justin Sullivan. Genetic and environmental effects on lumbar posture, flexibility and motion control in healthy adults. Musculoskelet Sci Pract. 2020 Sep 4;50:102253. doi: 10.1016/j.msksp.2020.102253. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s