Dans votre pratique, vous manipulez l’étage le plus raide ou l’étage le plus douloureux ? 


132 participants souffrant de lombalgies ont été répartis au hasard pour recevoir une manipulation vertébrale soit sur le segment lombaire mesuré comme étant le plus raide, soit sur le segment mesuré comme étant le plus douloureux. 

Indicateurs 

Le résultat principal était l’intensité de la lombalgie déclarée par le patient après le traitement. 

Les résultats secondaires étaient la raideur biomécanique et le seuil de douleur à la pression.

Tous les résultats ont été mesurés au départ, après la quatrième et dernière séance et lors d’un suivi de deux semaines. 

Comment faire pour objectiver le segment le plus raide ?

A l’aide du VerteTrack. Le VT fait rouler un pénétrateur lesté le long de la colonne lombaire d’un sujet en procubitus. Le déplacement vertical qui en résulte dans les tissus vertébraux est mesuré en continu par un potentiomètre. À partir de là, la rigidité des tissus en N/mm peut être déterminée sur la longueur de la colonne lombaire. La trajectoire du rouleau suit des marquages cutanés prédéfinis grâce à un système de guidage monté sur un laser pour obtenir les valeurs de rigidité. Le processus est répété avec une augmentation discrète et progressive de 1 kg à 6 kg avec une fréquence d’échantillonnage de 30 Hz.

12998_2020_331_Fig3_HTML

Les données résultantes sont lissées graphiquement à l’aide d’une fonction polynomiale, et visualisées à l’aide de LabView avant d’être extraites vers une feuille de calcul pour une analyse plus approfondie. La rigidité globale a été calculée comme la moyenne de la pente, les points de données premiers et terminaux ayant été supprimés. Le confort et la sécurité de l’examen ont été évalués précédemment, de même que sa fiabilité dans une population asymptomatique.

L’appareil n’est pas en vente. Vous pouvez donc continuer à tester selon les lois de Fryette.

La technique

Elle a été effectué de manière standardisée, en rouleau lombaire, par 2 chiropraticiens de plus de 12 ans d’expérience, qui disposaient de  3 essais pour produire un bruit articulaire sur le segment désigné. 

Posologie 

Le traitement manipulatif est répété 4 fois, en 14 jours.

Résultats 

Le site d’application de la manipulation vertébrale n’influence pas l’intensité ou la rigidité de la lombalgie déclarée par le patient. 

Les patients ont déclaré voir leur lombalgie diminuer en intensité, après le traitement et lors du suivi, sans différence significative entre les groupes à aucun moment.

La raideur semble avoir diminué dans le groupe la ciblant, elle aurait augmenté dans le groupe ciblant un étage douloureux. Les seuils de douleur à la pression ont augmenté dans les deux groupes, mais de façon plus significative dans le groupe ciblant l’étage le plus douloureux [Nim 2020].

Bref…

Vous pouvez faire comme vous voulez, on ne peut pas mettre en évidence une différence entre la manipulation vertébrale appliquée à la vertèbre la plus raide ou à la vertèbre la plus douloureuse pour l’amélioration d’une lombalgie. Vous aurez juste plus de facilité à améliorer le seuil de douleur à la pression qu’a rendre votre patient moins raide. 

Sur le sujet, précédemment

Vous pouvez thruster n’importe où, le cerveau s’en fout

Une étude contrôlée randomisée [1] a comparé, chez des patients lombalgiques, l’intérêt de manipuler n’importe où versus de manipuler précisément là où l’expert en thérapie manuelle avait décidé que l’articulaire supérieure de la vertèbre inférieure ne glissait pas complètement en divergence sur l’articulaire inférieure de la vertèbre supérieure, selon la 3° loi de Murphy et après vérification à l’aide du Ayo-yecâlisse-O-mètre du Docteur Robidoux.

Population-cible

Lombalgiques entre 20 et 60 ans, souffrant depuis au moins 3 semaines, avec un score de Roland Morris à 4 ou plus et sans contre-indications à la manipulation vertébrale. 

Praticien 

Un ostéopathe avec 13 années d’expérience clinique.

Procédure d’examen pour cibler une articulation «responsable»

Elle a été précédemment décrite [2] :

La première partie de l’examen consistait en une analyse posturale visuelle, le sujet debout. Le praticien a observé la colonne vertébrale du sujet de côté et de dos pour visualiser toutes les asymétries posturales pouvant être dues à la présence d’un dysfonctionnement de la colonne vertébrale. 

Le sujet a ensuite été invité à effectuer une série de mouvements de la colonne vertébrale: flexion, extension et flexion à gauche et à droite pour déterminer s’il y avait une asymétrie dans les mouvements de la colonne vertébrale ou une réduction de l’amplitude des mouvements.

Le mouvement passif de la colonne lombaire a ensuite été évalué, le sujet étant couché sur le côté gauche. Le clinicien a déplacé la colonne vertébrale du sujet en flexion et en extension en utilisant les jambes fléchies comme levier. Au cours de ce mouvement de flexion / extension, le clinicien a palpé chacun des espaces interépineux de la colonne lombaire afin de permettre à l’examinateur d’identifier les zones d’hypo / hypermobilité dans la colonne lombaire et de détecter la présence d’un segment vertébral dysfonctionnel. Dans cette position, la palpation statique a également été utilisé pour détecter des zones d’hypotonie musculaire ou d’autres indices palpatoires (par exemple, douleur, rougeur ou chaleur) à la présence d’un dysfonctionnement des articulations.

Procédures

9Manipulation vertébrale lombaire en latérocubitus, 

  • Ciblée sur un étage lombaire à l’aide de l’analyse de mouvements actifs, de mobilité passive, de tests de provocation à la douleur (n = 29)
  • Non ciblée, en lombaire (n = 31).

Posologie 

3 séances en trois semaines.

Indicateurs 

EVA, seuils de douleur à la pression (ilio-costaux, multifides), électro-myographie de surface sur les mêmes muscles et indice d’Oswestry. Un accéléromètre triaxial posé sur la crête iliaque permettait de comparer les vélocités des thrsuts.

Résultats

Aucune différence entre les groupes quant à la douleur autodéclarée ou aux seuils de douleur à la pression pour aucun des muscles étudiés, après traitements. Groupes similaires avant traitement.

Limitations

  • La puissance de l’étude ne nous met pas à l’abri d’études contradictoires.
  • Le même praticien a traité les deux groupes.

Commentaire 

Ce n’est pas la première étude qui fait cette observation.

Je vous recommande particulièrement celle de de Oliveira [3].

Sans titreC’est le type même d’étude qui vous ferait avaler votre chapeau au bout de 6 années d’apprentissage laborieux des thrusts enseignés par de Grands Maîtres au regard si doux : thruster en lombaire précisément ou en thoracique n’importe où amène au même résultat (positif quand même…) sur une lombalgie…


Références bibliographiques 

[1] McCarthy CJ, Potter L, Oldham JA. Comparing targeted thrust manipulation with general thrust manipulation in patients with low back pain. A general approach is as effective as a specific one. A randomised controlled trial. BMJ Open Sport Exerc Med. 2019 Oct 5;5(1):e000514. doi: 10.1136/bmjsem-2019-000514.

danemarkcanadaCasper Glissmann Nim, Gregory Neil Kawchuk, Berit Schiøttz-Christensen, Søren O’Neill. The effect on clinical outcomes when targeting spinal manipulation at stiffness or pain sensitivity: a randomized trial. Sci Rep. 2020 Sep 3;10(1):14615. doi: 10.1038/s41598-020-71557-y.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre.

[2] Potter L, McCarthy C, Oldham J. Intraexaminer reliability of identifying a dysfunctional segment in the thoracic and lumbar spine. J Manipulative Physiol Ther 2006;29:203–7.

Articles en rapport avec le sujet

[3] de Oliveira RF, Liebano RE, Costa LdaCM, et al. Immediate effects of region-specific and non-region-specific spinal manipulative therapy in patients with chronic low back pain: a randomized controlled trial. Phys Ther 2013;93:748–56.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s