Faire de l’uro-gynécologie à domicile 


femme eau bleu sans visage
Photo de Karolina Grabowska sur Pexels.com

Le résumé de cette étude semble avancer que l’emploi d’un biofeedback à domicile par la patiente n’est pas d’une efficacité inférieure au renforcement du plancher pelvien usuel pour le traitement primaire des patientes souffrant d’une incontinence urinaire d’effort (IUE) depuis 3 mois. Ces résultats soutiennent l’utilisation de dispositifs de rétroaction en biofeedback personnels pour le traitement de l’IUE.

Objectif : 

L’objectif de l’étude était d’évaluer si le biofeedback à domicile n’est pas inférieur à la thérapie physique supervisée du plancher pelvien (PFPT) pour le traitement de l’incontinence urinaire à l’effort chez les femmes.

Méthodes :

L’étude a utilisé un essai de non-infériorité contrôlé et randomisé pour comparer un dispositif de biofeedback à domicile avec la PFPT. 

Les femmes de plus de 18 ans souffrant d’IUE et n’ayant pas d’antécédents de chirurgie de l’incontinence ou de PFPT étaient éligibles. 

Quarante-deux participantes devaient déterminer la non-infériorité pour le résultat principal, à savoir l’amélioration de la qualité de vie telle que mesurée par le questionnaire abrégé de la consultation internationale sur l’incontinence. 

La marge de non-infériorité était de 4 points. 

Les résultats secondaires comprenaient la fonction sexuelle, les symptômes de vessie hyperactive et l’impression d’amélioration du patient.

Résultats :

De juin 2018 à octobre 2019, 54 femmes souffrant d’IUE ont été recrutées (27 biofeedback, 27 PFPT) et 43 (21 biofeedback, 22 PFPT) ont été suivies. 

Les groupes présentaient des caractéristiques de base comparables. 

En ce qui concerne le principal résultat de la modification des scores moyens du questionnaire abrégé de la consultation internationale sur l’incontinence (où des scores plus faibles indiquent une diminution de l’incontinence), le biofeedback à domicile s’est avéré non inférieur au PFPT, avec une diminution moyenne de -3 par rapport au niveau de référence (IC95 % de -2,21 à -5,70) dans le groupe de rétroaction biologique à domicile contre -4,73 (IC95 % de -3,21 à -6,25) et -3,95 (IC95 % de -2,21 à -5,70) dans le groupe de PFPT (p = 0,009). 

Le groupe PFPT a montré une plus grande amélioration des symptômes de vessie hyperactive, mais pas de la gravité de l’incontinence. 

Conclusions : 

Le biofeedback à domicile n’était pas inférieur au PFPT pour le traitement primaire de l’IUE chez les femmes à 3 mois. Ces résultats soutiennent l’utilisation de dispositifs de biofeedback personnel pour le traitement de l’IUE.


Références bibliographiques 

Kara Lauren Barnes, Sara Cichowski, Yuko M Komesu, Peter C Jeppson, Brenna McGuire, Cara S Ninivaggio, Gena C Dunivan. Home Biofeedback Versus Physical Therapy for Stress Urinary Incontinence: A Randomized Trial. Female Pelvic Med Reconstr Surg. 2020 Nov 16. doi: 10.1097/SPV.0000000000000993. 

Accès au résumé en cliquant sur le lien du titre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s