Mesures de l’endurance des fléchisseurs cervicaux


En fait, quand il est précis et fiable, le test crânio-cervical est irréalisable en pratique courante…

  1. Le capteur gonflable de type Chatanooga ® apparait bien cheap pour faire des mesures précises.
  2. Les faibles déplacements du crâne méritent des capteurs inertiels pour être quantifiés.
  3. L’appui de la tête sur la mousse dépressible de la table est complètement aléatoire en intensité.
  4. Il faut un autre capteur de pression sous la tête, précis celui-là.
  5. Sans compter le smartphone et le PC à brancher…

Sans titre

Du coup, est-ce que ce test est fiable ? Oui, mais il faut faire de la recherche, pas de la clinique….[Pérez-Fernández 2020].

Mesure de l’endurance du rachis cervical en flexion

Elle ne permet pas de dissocier le travail des muscles fléchisseurs intrinsèques et extrinsèques. Il est vraisemblable que les SCM et scalènes soient prépondérants dans les forces développées.

Procédure 

CERVSans titre-59

Le sujet est en décubitus, jambes en crochet. Il lui est demandé de regarder son nombril en décollant la tête et de maintenir la position. Il faut veiller à ce qu’il ne place pas sa tête en rotation, ce qui pourrait augmenter la force par augmentation du bras de levier des SCM.

Valeurs 

Les valeurs sont de l’ordre de 100(50) secondes chez les sujets sains féminins, 180(100) secondes chez les sujets sains masculins [19]. 

Fiabilité 

BoussoleLa fiabilité inter-examinateurs est très bonne [19]. 

Validité 

Les mesures sont corrélées au Neck Disability Index (NDI) chez des patients souffrant de cervicalgie attribuée à un fléau cervical.

Mesure de l’endurance des fléchisseurs cervicaux (décollé de tête en double menton)

C’est le test le plus simple et le plus rapide à mettre en oeuvre.

Procédure

Le sujet est en décubitus, jambes en crochet, les mains sur l’abdomen. S’il ne peut pas être couché à plat dos à cause d’une importante cyphose thoracique, un coussin est placé sous la tête. Il lui est demandé de se placer en double-menton, de décoller la tête et le cou d’environ 2,5 cm à partir de la position de repos et de tenir le plus longtemps possible. Cette distance est obtenue en glissant la main sous l’occiput du patient : l’examinateur doit pouvoir effleurer la table et la tête [21].

Le test est arrêté quand le sujet décolle franchement la tête, ou est incapable de maintenir la position, ou souffre de trop.

Valeurs

BoussoleRetenir cliniquement de l’ordre de 30 ± 10 secondes, comme but à atteindre pour que le test soit négatif [27], sans différences en fonction de l’âge, les hommes étant un peu plus endurants que les femmes [27, 9].

Fiabilité 


La fiabilité inter-examinateurs est modérée à bonne [13], voire très bonne [27, 9].

Validité

BoussoleLes cervicalgiques tiennent en moyenne 25 ± 10 secondes alors que les sujets sains comparables arrivent à maintenir la tête 40 ± 25 secondes [13].

Elles apparaissent un peu plus importantes pour Parazza avec une endurance moyenne de l’ordre de 45 ± 25 secondes (étendue de 10 à 110 secondes) [29].

Mesure de l’endurance du rachis cervical en délordose

Le test de flexion crânio-cervicale est utilisé pour mettre en évidence une diminution de l’activité des fléchisseurs profonds du cou et une hyper-activité du SCM. Il est considéré que la stabilisation des articulations inter-segmentaires cervicales et donc du cou par les fléchisseurs profonds peut être compromise par ce déséquilibre. Il peut être fait sans douleur chez le cervicalgique, usuellement.

Procédure

IMG_3182Le sujet est en décubitus, sur une table ferme. Le test utilise un coussin gonflable de type Chatanooga Stabilizer® glissé sous le cou, mais un tensiomètre modifié peut être utilisé, en retirant la poche à tension du brassard. Il est demandé au patient de maintenir le plus longtemps possible une pression de 20 mmHg lors d’une délordose, sans extension cervicale supérieure et inférieure. Cela évalue l’endurance du rempart convexitaire (long du cou) et de l’extension cervicale inférieure couplée à la flexion cervicale supérieure.

Il est demandé au sujet de tenir cette position 10 secondes à 22, puis 24, 26, 28 et 30 mmHg, avec 30 secondes de repos entre chaque test, qui se termine lorsque le sujet ne peut pas tenir 10 secondes ou si le test à 30 mmHg est réussi. Le niveau le plus haut obtenu est noté.

Sans titreLorsque le patient regarde ses pieds, l’activité du SCM est augmentée, lorsqu’il regarde le plafond, ce sont ses fléchisseurs profonds qui sont favorisés : une étude échographique mesurant la section des différents muscles a conclu que le rapport fléchisseurs profonds / SCM est le plus important avec un regard orienté à 20° vers le bas par rapport à la verticale [Lee 2020]

Fiabilité

BoussoleLa fiabilité inter-examinateurs est bonne (k = 0.72).

Validité

En moyenne, les cervicalgiques chroniques, qu’ils souffrent d’une cervicalgie attribuée à un fléau cervical ou non [15], ne tiennent pas plus de 10 secondes au delà de 24 mmHg, alors que des sujets sains comparables arrivent à maintenir ce temps à 28 mmHg [5].

Le test de flexion crânio-cervicale est un test valide et fiable qui peut être utilisé dans la pratique clinique comme test d’évaluation [de Araujo 2020]. Mais en raison de preuves contradictoires et de faible qualité, la prudence est de mise lorsque qu’il est utilisé comme test de discrimination et comme mesure des résultats. Des études futures bien conçues seraient justifiées. Pas encore un gold-standard donc…

En fait, quand il est précis et fiable, il est impraticable…

  1. Le capteur gonflable de type Chatanooga ® apparait bien cheap pour faire des mesures précises.
  2. Les faibles déplacements du crâne méritent des capteurs inertiels pour être quantifiés.
  3. L’appui de la tête sur la mousse dépressible de la table est complètement aléatoire en intensité.
  4. Il faut un autre capteur de pression sous la tête, précis celui-là.

Sans titre

Du coup, est-ce que ce test est fiable ? Oui, mais il faut faire de la recherche, pas de la clinique….[Pérez-Fernández 2020].


Références bibliographiques

allemagneespagnecanadaTomás Pérez-Fernández, Susan Armijo-Olivo, Sonia Liébana et al. A novel use of inertial sensors to measure the craniocervical flexion range of motion associated to the craniocervical flexion test: an observational study. J Neuroeng Rehabil. 2020 Nov 19;17(1):152. doi: 10.1186/s12984-020-00784-1.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre.

bresilnouvellezelandeFrancisco Xavier de Araujo, Giovanni E Ferreira, Maurício Scholl Schell, Marcelo Peduzzi de Castro, Daniel Cury Ribeiro, Marcelo Faria Silva. Measurement Properties of the Craniocervical Flexion Test: A Systematic Review. Phys Ther. 2020 Apr 20;pzaa072. doi: 10.1093/ptj/pzaa072.

coreedusudByoung-Kwon Lee, Dong-Kwon Seo. The Importance of Optimal Gaze Direction on Deep Neck Flexor Activation in Chronic Neck Pain. Healthcare (Basel). 2020 Nov 1;8(4):E449. doi: 10.3390/healthcare8040449.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre.

Autres références bibliographiques 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s