Comme j’ai de l’algo, mon médecin m’a prescrit de la Kétamine 


deux hommes debout a cote d une armoire en bois marron
Pharmaciens américains proposant de la Kétamine dans leur drugstore. Photo de Kevin Bidwell sur Pexels.com

Le médecin ayant écrit cet éditorial l’intitule : Ketamine Infusion: The Wild Wild West (and East).

La kétamine (bien sûr, que comme moi vous connaissez mieux sous la dénomination RS-2-[2-chlorophényl]-2-[méthylamino] cyclohexanone) a été mise au point par Parke-Davis en 1962 et a été utilisée principalement pour l’anesthésie générale en médecine humaine et vétérinaire. 

Elle provoque toute une série d’effets chez l’homme, notamment une analgésie aiguë, une anesthésie « dissociative », des hallucinations, une pression artérielle élevée et une broncho-dilatation. 

Elle est couramment utilisé pour l’initiation et le maintien de l’anesthésie générale, mais aussi de plus en plus pour atténuer la douleur et l’anxiété par diverses procédures. 

Plus récemment, elle a été utilisé en médecine de guerre et dans le traitement de certaines affections psychiatriques. 

Elle a été utilisé dans la recherche psychiatrique dans les années 1970 et est maintenant considéré comme un traitement de la dépression réfractaire.

La kétamine dans le traitement de la douleur a été signalée pour la première fois en 1989. La première étude rétrospective des effets longitudinaux de la kétamine intraveineuse chez les patients traités pour l’algodystrophie, appelée aujourd’hui syndrome régional douloureux complexe (SRDC) a été publiée dans Pain Medicine en 2004. 

La kétamine à faible dose produit une analgésie et modulerait une sensibilisation centrale et une hyperalgésie d’étiologies diverses. Il existe des preuves faibles à modérées suggérant que la kétamine pourrait s’avérer utile pour certaines douleurs neuropathiques chroniques, en particulier le SRDC. 

Dans le contexte de la « crise » des opiacés et, malheureusement, en l’absence de preuves solides, la kétamine est de plus en plus utilisée dans les cliniques de perfusion pour gérer le SRDC et d’autres types de douleurs neuropathiques. 

Il est compréhensible que cette utilisation soit motivée par le désespoir des patients et des cliniciens qui cherchent des réponses et un soulagement dans cette terrible maladie. Il existe des preuves de son efficacité, mais pas de protocoles standards, de directives validées ou d’essais contrôlés randomisés. 

Pain Medecine propose un numéro virtuel contenant certaines des études préliminaires, des enquêtes, des analyses pragmatiques et systématiques et des rapports de consensus sur la kétamine publiés ces dernières années dans ce journal.

https://academic.oup.com/painmedicine/pages/ketamine.


Références bibliographiques 

R Norman Harden. Ketamine Infusion: The Wild Wild West (and East). Pain Medicine, Volume 21, Issue 7, July 2020, Pages 1318–1319. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s