«Ses explications m’ont convaincu». Une étude qualitative sur les expériences de patients scapulalgiques


femme pointant sur tableau blanc
Photo de Anna Shvets sur Pexels.com

Il faut parler au patient, démystifier les pathologies en employant des mots compréhensibles par tous, et le plus tôt possible sera le mieux. 

Contexte : 

L’éducation des patients est recommandée dans les guides de pratique clinique pour les scapulalgies, mais il n’existe pas de guide pour les cliniciens. Une lacune dans la littérature actuelle concerne le point de vue des patients.

Objectifs : 

Cette étude a pour but d’explorer les expériences et les perspectives des personnes souffrant de scapulalgies en ce qui concerne l’éducation à leur état.

Matériels et méthodes : 

Huit scapulalgiques ont participé à des entretiens téléphoniques individuels qui ont été enregistrés, transcrits et anomymisés. Que huit ???

Quatre chercheurs en ont effectué l’analyse après approbation éthique institutionnelle.

Résultats : 

Il en ressort que :

  • L’alliance thérapeutique permet la confiance.
  • L’information doit être individualisée et pratique
  • Les interventions éducatives doivent être variées et multimodales.
  • Les participants estiment l’imagerie nécessaire pour un diagnostic individuel, bien que les directives de pratique clinique ne la recommandent pas.
  • Les informations génériques sur le net pourraient avoir un impact négatif et ne doivent pas être exclusives. 
  • Les participants ont préféré une éducation claire et pratique, y compris sur la modification des activités, les délais de récupération et les préjudices potentiels pour leur récupération. 
  • Il y a eu un consensus sur le fait qu’il est préférable de dispenser l’éducation au début du processus de réhabilitation, mais les préférences étaient partagées quant à la méthode de prestation entre l’écrit, la vidéo et le face à face, ce qui reflète peut-être différents styles d’apprentissage et indique qu’une approche « taille unique » n’est pas efficace dans l’éducation des adultes dans ces conditions.

Commentaire

Bien étonné que l’on puisse tirer des conclusions auprès de si peu de patients. Mais le programme du discours tenu au patient décrit dans l’article est sympa et vaut le détour et il s’agit d’évidences 😀 .  Une future fiche clinique à donner au patient scapulalgique.


Références bibliographiques 

australieKate Cridland, Shane Pritchard, Sangeeta Rathi, Peter Malliaras.‘He explains it in a way that I have confidence he knows what he is doing’: A qualitative study of patients’ experiences and perspectives of rotator-cuff-related shoulder pain education. Musculoskeletal Care. 2020 Dec 1. doi: 10.1002/msc.1528. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s