Enseignement : ces étudiants qui arrêtent ou peinent avant le diplôme


 

homme portant un livre de lecture chemise a col rond noir

Outre-Manche, 17% arrêtent en fin de première année 

Au Royaume-Uni, chaque année, un certain nombre d’étudiants de première année quittent les études de physiothérapie. Un taux d’attrition élevé a des conséquences pour l’étudiant et l’établissement universitaire.

Objectifs de l’étude : 

Rapporter le taux d’attrition parmi les étudiants en première année de physiothérapie et identifier les facteurs qui y contribuent.

Conception : 

Analyse rétrospective.

Cadre : 

Université.

Participants : 

Dossiers électroniques des étudiants inscrits de 2010 à 2013.

Mesures : 

Variables indépendantes : sexe, âge à l’entrée, mode d’admission, lieu de résidence, ethnicité, statut des frais, niveau d’éducation, handicap, … 

Une analyse de régression a été réalisée pour identifier la relation entre les variables indépendantes et l’abandon (non passage en deuxième année).

Résultats : 

Les données de 338 étudiants ont été incluses dans l’analyse. Le pourcentage d’abandon était de 17% ; 38 étudiants (11%) ont échoué et 20 étudiants (6%) se sont retirés volontairement. 

Les étudiants noirs et asiatiques avaient plus de chances d’abandonner leurs études, quelle qu’en soit la raison (avec des odds-ratios en moyenne au delà de 6) et en raison d’un échec (OR en moyenne au delà de 5,50) par rapport aux étudiants britanniques blancs. 

Les étudiants qui vivaient hors du campus étaient plus susceptibles d’abandonner le programme, quelle que soit leur origine ethnique (OR en moyenne au delà de 4).

Conclusion : 

Un nombre important d’étudiants issus de minorités ethniques n’ont pas réussi à progresser. Des stratégies spécifiques visant à retenir les étudiants issus de minorités ethniques devraient être mises en œuvre. Les étudiants qui vivent en dehors du campus peuvent être exposés à un risque élevé d’abandon ; les raisons de ce phénomène devraient être étudiées.

Trop de stress et de burn-out chez les étudiants chiropraticiens européens

mains femme bureau ordinateur portable

Objectif : 

Examiner les niveaux de stress et d’épuisement professionnel des étudiants de plusieurs collèges chiropratiques européens.

Méthodes : 

Le stress et l’épuisement professionnel ont été évalués à l’aide de l’échelle de stress perçu (PSS-10) et du Maslach Burnout Inventory-Student Survey (MBI-SS). Les enquêtes ont été livrées par voie électronique en novembre 2017 aux étudiants en chiropratique de 4 collèges chiropratiques différents. Les données ont permis de déterminer les différences liées à des facteurs démographiques. Les scores des sous-échelles de stress perçu et d’épuisement professionnel ont été comparés aux populations d’étudiants en général, en chiropratique et en médecine.

Résultats : 

Le MBI-SS et le PSS ont eu des taux de réponse similaires (30 % à 34 %) et ont démontré des différences statistiquement significatives entre les institutions, le C-3 démontrant les plus hauts niveaux d’épuisement (p < 0,001) et les plus hauts niveaux de stress perçu (p = 0,012). 

Les résultats du MBI-SS montrent que dans la population générale des étudiants en chiropratique, 26,4 % présentaient un épuisement émotionnel élevé, 18,2 % un cynisme élevé et 43,8 % une faible efficacité académique. Parallèlement, le score PSS indiquait des niveaux de stress « modérés ».

Conclusions : 

Les étudiants européens en chiropratique connaissent des niveaux de stress perçu plus élevés que la population générale et ils peuvent souffrir de niveaux d’épuisement professionnel similaires à ceux des étudiants en médecine. 

Ces résultats suggèrent que les collèges devraient surveiller les niveaux de stress et d’épuisement chez leurs étudiants. Cela pourrait permettre de mettre en place des systèmes de soutien aux étudiants afin d’améliorer leur qualité de vie et leurs résultats scolaires, et d’aider les nouveaux diplômés à faire la transition vers leur vie professionnelle.

Des problèmes attentionnels majeurs & réguliers lors de périodes déterminées chez les étudiants en kinésithérapie français

les gens qui font des acclamations
Photo de cottonbro sur Pexels.com

Une difficulté particulière à suivre le cours du vendredi matin 9 heures est retrouvée dans les IFMK français. Somnolence, céphalées tenaces et instabilité en équilibre unipodal sont les variables les plus décrites par les sujets et/ou leur encadrement.

Une cellule de crise psychologique pourrait être mise en place à l’échelon national grâce au partenariat gracieusement offert par les établissements Pernod-Ricard® . 


Références bibliographiques 

espagneMaike Perelló Rank, Pablo Pérez de la Ossa. Stress and burnout in chiropractic students of European chiropractic colleges. J Chiropr Educ. 2021 Mar 1;35(1):14-21. doi: 10.7899/JCE-19-7.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre. 

grandebretagneJennifer M Ryan, Tara Potier , Alison Sherwin, Elizabeth Cassidy Identifying factors that predict attrition among first year physiotherapy students: a retrospective analysis. Physiotherapy. 2021 Mar;110:26-33. doi: 10.1016/j.physio.2017.04.001. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s