Neurodynamique dans l’impingement syndrome


Etude contrôlée randomisée cherchant à évaluer l’efficacité de la neuromobilisation (NM) sur la douleur et la flexion active vers l’avant chez des participants souffrant du syndrome de l’impingement de l’épaule.

Méthodes

Un essai a été mené à l’hôpital de la sécurité sociale, Gujranwala.

La durée de l’étude était de septembre 2016 à mars 2018.

80 participants

Deux groupes en utilisant la méthode du générateur informatique en technique d’échantillonnage aléatoire simple.

  • groupe témoin (n=40)
  • groupe expérimental (n=40) mobilisation neurale

La douleur et la flexion avant active (FA) ont été évaluées au début de l’étude, à la 5e semaine et à la 11e semaine. 

En pratique, il faisait quoi ?

Les glissements neuronaux consistaient en un mouvement de flexion latérale cervicale, vers le côté concerné, simultanément à des mouvements de flexion et d’extension du coude. Tout en déplaçant la tête en flexion latérale cervicale, le coude était étendu. Lorsque le coude commençait à fléchir, la colonne cervicale était ramenée en position neutre.  La position de tension n’est pas maintenue , mais relâchée en étendant le coude et en ramenant la colonne cervicale en position neutre, une fois que le patient a ressenti une légère douleur ou une gêne en tout point.

La technique NM était réalisée pendant 5 secondes avec 10 répétitions pour contrôler la douleur.

Résultats

Le groupe expérimental comparé au groupe témoin à la 11e semaine avait un score moyen de douleur plus faible 2,15 (1,66-2,64) vs 4,90 (4,41-5,40) ; différence entre les groupes, 1,82 ; intervalle de confiance à 95 % (IC), -2. 38 à -1,25 ; P ˂0,001 

De même pour la flexion active vers l’avant 147,13 (142,46-151,79) vs 123,45(118,79-128,11) ; différence entre les groupes ,19,35 ; IC 95%, (12,86-25,83) ; P ˂ 0,001.

Conclusion

Dans un cadre expérimental, l’administration de la neuromobilisation parait être un des traitements lors de cas d’impingement syndrome. Ces techniques doivent être associées avec une partie de travail actif de l’épaule.

La question est souvent posée de l’étiologie dans les douleurs d’épaule car le conflit purement mécanique entre les tendons et l’acromion pourrait être une vision réductrice et simpliste de la complexité de l’épaule.

Dans une revue, trois théories ont été projetées pour l’origine étiologique locale de la douleur tendineuse (Kaux et al) : 1- mécanique, 2- vasculaire et 3- neurale.

Cette étude donne une base de réflexion pour avoir une ouverture sur d’autres pistes pour l’épaule.

En même temps vous me direz que lorsque l’on fait du neurodynamique, on fait aussi de l’exercice actif.

Références bibliographiques

Akhtar M, Karimi H, Gilani SA, Ahmad A, Raza A. The effectiveness of routine physiotherapy with and without neuromobilization in patients with shoulder impingement syndrome. J Pak Med Assoc. 2020 Dec;70(12(B)):2322-2327. doi: 10.47391/JPMA.918. PMID: 33475536.

Kaux JF, Forthomme B, Le Goff C, Crielaard J-M, Croisier JL. Current opinions on tendinopathy. J Sports Sci Med 2011; 10: 238.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s