Le test de montée des pouces


 

Elle est venue voir un ostéopathe pour la première fois. Cinq minutes après les présentations, elle se retrouvait debout, en petite tenue, penchée en avant avec un inconnu lui tenant les hanches, pouces sous les EIPS, observant elle ne sait quoi de son intimité. « Relâchez-vous, vous pouvez aller beaucoup plus loin » lui dit-il, un brin agacé. « Bon, on va faire le même test en position assise ». Ca la rassure, mais elle se débrouille pour ventouser le skaï de la table de l’ostéopathe, pas très à l’aise encore. « Dites-donc, vous ne vous relâchez pas facilement, vous » dit le professionnel. « Vous êtes stressée en ce moment ? »

Le genre de test encore réalisé dans beaucoup de cabinets, et pas que d’ostéopathie… Quelle fiabilité ? Quelle validité ?

Contexte : 

La dysfonction sacro-iliaque serait caractérisée par une hypomobilité de l’amplitude de mouvement de l’articulation, suivie d’un changement de position concernant la relation entre le sacrum et l’iliaque. En général, les tests cliniques qui évaluent l’articulation sacro-iliaque et ses dysfonctions manquent de valeurs de validité et de fiabilité.

Objectifs : 

Cet article vise à évaluer la validité conceptuelle et la fiabilité intra et inter-examinateurs du test de flexion debout (STFT) et du test de flexion assis (SIFT).

Méthodes : 

Dans cette étude prospective, l’échantillon était composé de 30 personnes des deux sexes, et l’équipe d’évaluation était composée de cinq chercheurs. 

Les évaluations ont eu lieu sur deux jours différents : le premier jour pour évaluer la fiabilité inter-examinateurs et la validité de construction, et le deuxième jour pour évaluer la fiabilité intra-examinateur. 

La norme de référence pour la validité conceptuelle était les mesures tridimensionnelles obtenues à l’aide du système BTS SMART-DX. Pour l’analyse statistique, le pourcentage (%) d’accord et le coefficient de kappa (K) ont été utilisés.

Les mesures 3D ont été réalisées avec 10 caméras infrarouges avec un taux d’échantillonnage de 100 Hz et assistées par le logiciel BTS Smart Capture. Des marqueurs réflecteurs sphériques de 15 mm de diamètre ont été fixés sur les pouces de l’évaluateur à l’aide de ruban adhésif double-face.

Résultats : 

La validité conceptuelle a été déterminée pour le STFT (70 % d’accord, K=0,49, p<0,01) et le SIFT (56,7 % d’accord, K=0,29, p<0,05). La fiabilité intra-examinateur a été déterminée pour le STFT (66,3 % d’accord, K=0,43, p<0,01) et le SIFT (56,7 % d’accord, K=0,38, p<0,01). La fiabilité inter-examinateurs a été déterminée pour le STFT (10 % d’accord, K=-0,02, p=0,825) et le SIFT (13,3 % d’accord, K=0,01, p=0,836).

Les résultats ont seulement permis de valider le STFT, car les conclusions de ce test présentaient un pourcentage d’accord modéré et une valeur du k modérée. En revanche, il n’a pas été possible de valider le SIFT, car les valeurs du pourcentage d’accord et les valeurs du k des conclusions du test n’ont pas atteint le critère minimum adopté (% d’accord > 0,50 et k>0,40). 

Conclusions des auteurs : 

Le STFT a confirmé la validité de construction et s’est avéré fiable lorsqu’il a été appliqué par le même évaluateur à des personnes en bonne santé, même si l’évaluateur n’avait aucune expérience. 

C’est quoi une dysfonction sacro-iliaque ?

Pour les ostéopathes, schématiquement, une solidarisation du sacrum et de l’iliaque lors de la flexion du tronc assis ou debout. Le sacrum, collé d’un côté à l’iliaque, l’entraine lors de la flexion et le pouce collé à l’EIPS monte relativement plus de ce côté que de l’autre.

Ça existe ?

Il faudrait planter des fiches dans les os respectifs de plusieurs lombalgiques volontaires et grassement payés ou a la rigueur leur irradier les gonades lors de radioscopies répétitives pour le savoir. Des ingénus ont payé de leur personne pour se faire observer les mouvements lombaires lors de différents mouvements, des cadavres volontaires ont abandonné leurs pelvis pour voir si le « vissage » sacro-iliaque existe (et il existe), mais c’est tout.

Est-ce que c’est fiable ces tests ?

Non. Et cette étude ne vient pas contredire ce qui est connu. Bon, d’un jour à l’autre, il arrive qu’un examinateur aboutisse parfois aux mêmes conclusions sur les mêmes patients, mais ne vous étonnez pas si vous ne trouvez pas le même déplacement que votre binôme sur le même cobaye. C’est l’inverse qui serait étonnant.

Est-ce que c’est valide ?

On ne peut pas le savoir, sauf à comparer le jugement d’un examinateur avec les conclusions d’une analyse tri-dimensionnelle du déplacement de deux billes métalliques fichées dans le sacrum et les iliaques de plusieurs cobayes, si possible lombalgiques.

Pourtant, dans cette étude, ils écrivent que c’est valide ?

Ils disent juste que quand un examinateur juge que son pouce droit monte plus que le gauche, souvent le pouce droit monte effectivement plus que le gauche quand l’examinateur le regarde. On n’est pas loin du proverbe chinois « Quand le sage vous regarde la Lune, l’imbécile regarde le doigt », non ?


Références bibliographiques 

Rafael P Ribeiro, Filipe G Guerrero, Eduardo N Camargo, Luiza R Pivotto, Mateus A Aimi, Jefferson F Loss, Cláudia T Candotti. Construct validity and reliability of tests for sacroiliac dysfunction: standing flexion test (STFT) and sitting flexion test (SIFT). J Osteopath Med. 2021 Sep 22. doi: 10.1515/jom-2021-0025. Online ahead of print.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s