Quels médicaments sont utiles contre l’arthrose des membres ? Réellement ?


 

Une revue systématique et méta-analyse d’études contrôlées randomisées, internationale, portant sur 102 829 patients souffrant de coxarthrose ou gonarthrose. En fin d’article, les liens d’intérêt sont indiqués. Un graphique vous permettra de juger de l’efficacité réelle du principe actif en fonction de la dose, quand le patient vous indiquera son antalgique.

Objectif : 

Évaluer l’efficacité et la sécurité de différentes préparations et doses d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), d’opioïdes et de paracétamol pour la douleur et la fonction physique liées à l’arthrose du genou et de la hanche afin de permettre une utilisation efficace et sûre de ces médicaments à la dose la plus faible possible.

Sources des données : 

Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), Medline, Embase, sites Web des organismes de réglementation et ClinicalTrials.gov, de leur création au 28 juin 2021.

Critères d’éligibilité pour la sélection des études : 

Essais randomisés publiés en anglais avec ≥100 patients par groupe qui ont évalué les AINS, les opioïdes ou le paracétamol (acétaminophène) pour traiter l’arthrose.

Résultats et mesures : 

Le résultat primaire pré-spécifié était la douleur. La fonction physique et l’inocuité ont également été évaluées.

Méthodes d’analyse : 

Deux examinateurs ont extrait de manière indépendante les données relatives aux résultats et ont évalué le risque de biais des essais inclus. Les estimations de l’effet sont des comparaisons entre les traitements actifs et le placebo oral.

Résultats : 

Ils sont résumés dans un graphique, avec les effets indésirables en miroir.

  • 192 essais comprenant 102 829 participants ont examiné 90 préparations ou doses actives différentes (68 pour les AINS, 19 pour les opioïdes et trois pour le paracétamol). 
  • Cinq préparations orales (diclofénac 150 mg/jour, étoricoxib 60 et 90 mg/jour, et rofécoxib 25 et 50 mg/jour) avaient une probabilité ≥99% d’effets de traitement plus prononcés que la réduction minimale cliniquement pertinente de la douleur. 
  • Le diclofénac topique (70-81 et 140-160 mg/jour) avait une probabilité ≥92,3 %, et tous les opioïdes avaient une probabilité ≤53 % d’effets de traitement plus prononcés que la réduction minimale cliniquement pertinente de la douleur. 
  • 18,5 %, 0 % et 83,3 % des AINS oraux, des AINS topiques et des opioïdes, respectivement, présentaient un risque accru d’abandons en raison d’effets indésirables. 
  • 29,8 %, 0 % et 89,5 % des AINS administrés par voie orale, des AINS topiques et des opioïdes, respectivement, ont présenté un risque accru d’effets indésirables.
  • L’oxymorphone 80 mg/jour présentait le risque le plus élevé d’abandon pour cause d’effets indésirables (51 %) et de tout effet indésirable (88 %).

Conclusions : 

L’étoricoxib 60 mg/jour et le diclofénac 150 mg/jour semblent être les AINS oraux les plus efficaces pour la douleur et la fonction chez les patients atteints d’arthrose.

Cependant, ces traitements ne sont probablement pas appropriés pour les patients présentant des comorbidités ou pour une utilisation à long terme en raison de la légère augmentation du risque d’effets indésirables. 

De plus, un risque accru d’abandon pour cause d’effets indésirables a été constaté pour le diclofénac 150 mg/jour. 

Le diclofénac topique 70-81 mg/jour semble être efficace et généralement plus sûr en raison d’une exposition systémique réduite et d’une dose plus faible, et devrait être considéré comme un traitement pharmacologique de première intention pour l’arthrose du genou (on n’a pas fini de masser les genoux au Voltarène…)

Le bénéfice clinique d’un traitement opioïde, quelle que soit la préparation ou la dose, ne l’emporte pas sur les dommages qu’il pourrait causer chez les patients atteints d’arthrose.

Et le paracétamol ?


Références bibliographiques 

Bruno R da Costa, Tiago V Pereira, Pakeezah Saadat et al. Effectiveness and safety of non-steroidal anti-inflammatory drugs and opioid treatment for knee and hip osteoarthritis: network meta-analysis. BMJ. 2021 Oct 12,375:n2321. doi: 10.1136/bmj.n2321.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s