Évaluations fonctionnelles du genou


Observations & signes cliniques

Contrairement à la hanche, les boiteries liées au genou peuvent être plus discrètes.

Une difficulté à se lever d’une chaise 

L’appui sur les cuisses lors du lever est un geste machinal, mais qui peut traduire un manque de force quadricipital. Les vastes plongent de la patella antérieure à la ligne âpre postérieure en entourant le fémur pour assurer son ascension. La main vient au secours du quadriceps pour stabiliser la cuisse sur le tibia, assurer la stabilité du point fixe distal à partir duquel l’ensemble du corps doit s’élever à partir du tibia. 

Il faut glisser un genou sous l’assise pour pouvoir se lever sans difficulté. Le patient utilisera le genou capable de fléchir au delà de l’angle droit pour le faire, inclinant le tronc plus que nécessaire pour mieux répartir les appuis, cherchant des appuis manuels pour l’aider. Si les deux genoux ne peuvent fléchir au delà de 90° le lever est problématique voire impossible.

Une marche quasi-normale 

Le genou enraidi en flexion est assimilable à un membre anatomiquement court si l’enraidissement dépasse 30°. En deçà, le fait qu’un genou soit utilisé essentiellement en flexion lors de la marche permet de ne pas trop boiter lors des marches lentes. Les gonarthrosiques marchent avec un moment d’adduction plus important, chargeant le compartiment médial du genou plus que des sujets sains, avec une vitesse plus réduite pour mieux contrôler. C’est encore plus notable pour les sujets féminins qui utilisent plus les co-contractions quadriceps/ischio-jambiers que les sujets masculins afin de stabiliser un genou à la laxité constitutionnellement plus importante [20]. Cela se retrouve aussi lors de la réception d’un saut. 

L’esquive du pas

3

Voir le chapitre consacré au genou douloureux.

Une marche de «cow-boy»

2

Les genu-varum bilatéraux chez le sujet jeune, avec translation latérale du genou lors de l’appui (observés de façon caricaturale chez les marcheurs de compétition) suggèrent le devenir problématique de leurs compartiments médiaux au fur et à mesure de la répétition des cisaillements et de la prise de poids accompagnant l’avancée en âge.

Une marche en salutation

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s