Mobilisation après l’entorse de la cheville


Déterminer l’effet de la mobilisation avec mouvement (MM) sur la douleur (en mode Mulligan), la mobilité de la cheville et la fonction chez les patients souffrant d’une entorse de la cheville avec inversion de grade I et II aiguë et subaiguë.

Pour rappel :

  • grade 1 : Étirement du ligament ou déchirures microscopiques de quelques fibres, peut guérir à l’intérieur de deux semaines
  • grade 2 : Déchirure partielle, difficulté à marcher sur le pied voir impossible, la cheville est enflée et il peut y avoir présence d’un ecchymose important
  • grade 3 : Déchirure complète, ou quasi complète du ligament

Les taux d’incidence de l’entorse de la cheville sont rapportés à 0,93/1000 athlètes (Doherty et al., 2014).

Des douleurs persistantes, l’instabilité et la faiblesse ont été signalées chez 47 % des patients deux ans après leur blessure initiale (Anandacoomarasamy & Barnsley, 2005).

Les auteurs parlent de déplacement du péroné antérieurement par rapport au tibia au niveau de l’articulation tibio-fibulaire distale (Fukuhara et al., 2012 ; Hubbard & Hertel, 2008).

Le diagnostic d’entorse de la cheville est posé sur l’anamnèse et l’examen clinique caractéristiques(Vuurberg et al., 2018). Une radiographie peut être nécessaire pour exclure une fracture dans les cas suspects (Bachmann et al., 2003).

Méthodes

Essai randomisé contrôlé par placebo.

32 adultes souffrant d’une entorse de la cheville en inversion.

Deux groupes : 

  • un groupe avec mobilisation avec le mouvement
  • un groupe contrôle

Les deux groupes ont reçu 6 séances de traitement réparties sur 2 semaines.

Tous les sujets ont reçu des soins habituels recommandés, qui consistaient :

  • en un bandage de compression autour de la cheville et le pied blessés, qui s’étendait au-dessus de la cheville
  • suivi d’une immobilisation dans une orthèse postérieure de la cheville pendant 2 semaines au maximum
  • garder leur jambe affectée surélevée sur des oreillers lorsqu’ils se reposent et d’appliquer de la glace pendant 20 minutes au moins 3 fois par jour directement sur la peau de la cheville affectée après avoir retiré l’attelle.

Les sujets ont reçu l’instruction de reprendre la marche dès que possible avec l’aide d’une aide à la marche si nécessaire.
Le programme d’exercices a commencé à la fin de la première session de traitement dans les deux groupes.

Mesures

Les mesures étaient :

  • l’intensité de la douleur sur une échelle d’évaluation numérique de 11 points (NRS), un score plus élevé indiquant une plus grande intensité de la douleur
  • l’invalidité de la cheville identifiée par l’indice d’invalidité du pied et de la cheville (FADI), un score plus élevé indiquant une plus faible invalidité
  • l’amplitude fonctionnelle de la dorsiflexion de la cheville
  • le seuil de douleur à la pression
  • l’équilibre dynamique mesuré par le test d’équilibre en Y 

Technique

La mobilisation avec mouvement (MM) consiste pour le thérapeute a appliquer une force de mobilisation soutenue et indolore sur l’articulation affectée avec un mouvement actif concomitant effectué par le patient dans la direction de la douleur et de la limitation du mouvement.

L’objectif est d’amener le mouvement douloureux et altéré vers une activité fonctionnelle normale et de permettre au patient de participer à la récupération progressive  (Hing Wayne et al., 2019) basé sur le concept Mulligan.

La technique est dirigée vers l’articulation tibiofibulaire inférieure. La force de mobilisation soutenue est appliquée à la malléole latérale dans une direction postérieure, supérieure et latérale pendant que le patient effectue une flexion plantaire active de la cheville avec inversion.

En outre, un ruban adhésif rigide pour sportifs peut être appliqué sur la peau pour imiter et prolonger les effets de la mobilisation. (Hing Wayne et al., 2019).

Résultats

Trente participants ont terminé l’étude.

À chaque point de suivi, des différences significatives ont été constatées entre les groupes, favorisant ceux qui ont reçu le MM pour toutes les variables.

L’intensité de la douleur a montré une différence moyenne de 1,7 point (intervalle de confiance à 95 %, 1,4 à 2,1) et de 0,9 point (intervalle de confiance à 95 %, 0,5 à 1,3) à un et six mois de suivi respectivement.

Des bénéfices ont également été démontrés pour l’indice FADI, la mobilité de la cheville, le seuil de douleur à la pression et l’équilibre.

Conclusion

Cette étude fournit des données préliminaires sur les avantages du MM au niveau de l’articulation tibio fibulaire inférieure pour les entorses aiguës et subaiguës de la cheville en termes de douleur, de mobilité de la cheville, de handicap et d’équilibre.

Les auteurs concluent que :

-Pour les entorses aiguës de la cheville de grade I et II, la thérapie manuelle est efficace avec
exercices.
– Six séances de thérapie manuelle sont efficaces pour réduire la douleur, l’incapacité et améliorer l’équilibre.
– La thérapie manuelle ciblée sur l’articulation tibio-fibulaire inférieure doit être renforcée par une bande rigide.
– La douleur tolérée peut être autorisée avec précaution lors de l’exécution des exercices.

Références bibliographiques

Gogate N, Satpute K, Hall T. The effectiveness of mobilization with movement on pain, balance and function following acute and sub acute inversion ankle sprain – A randomized, placebo controlled trial. Phys Ther Sport. 2021 Mar;48:91-100. doi: 10.1016/j.ptsp.2020.12.016. Epub 2020 Dec 23. PMID: 33401232.

Anandacoomarasamy, A., & Barnsley, L. (2005). Long term outcomes of inversion ankle injuries. British Journal of Sports Medicine, 39(3), e14; discussion e14

Bachmann, L. M., Kolb, E., Koller, M. T., Steurer, J., & ter Riet, G. (2003). Accuracy of Ottawa ankle rules to exclude fractures of the ankle and mid foot: Systematic review. BMJ (Clinical Research Ed.), 326(7386), 417.

Doherty, C., Delahunt, E., Caulfield, B., Hertel, J., Ryan, J., & Bleakley, C. (2014). The incidence and prevalence of ankle sprain injury: A systematic review and meta-analysis of prospective epidemiological studies. Sports Medicine (Auckland, N.Z.), 44(1), 123–140. 

Fukuhara, T., Sakamoto, M., Nakazawa, R., & Kato, K. (2012). Anterior Positional Fault of the Fibula after Sub-Acute Anterior Talofibular Ligament Injury. Journal of Physical Therapy Science, 24(1), 115–117.

Hing Wayne, Hall Toby, second, & Mulligan Brian, last. (2019). The Mulligan Concept of Manual Therapy—2nd Edition 2019

Hubbard, T. J., & Hertel, J. (2008). Anterior positional fault of the fibula after sub-acute lateral ankle sprains. Manual Therapy, 13(1), 63–67.

Vuurberg, G., Hoorntje, A., Wink, L. M., van der Doelen, B. F. W., van den Bekerom, M. P., Dekker, R., van Dijk, C. N., Krips, R., Loogman, M. C. M., Ridderikhof, M. L., Smithuis, F. F., Stufkens, S. A. S., Verhagen, E. A. L. M., de Bie, R. A., & Kerkhoffs, G. M. M. J. (2018). Diagnosis, treatment and prevention of ankle sprains: Update of an evidence-based clinical guideline. British Journal of Sports Medicine, 52(15), 956–956.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s