Soulager les ATM


Etude contrôlée randomisée chez les chiropracteurs pour évaluer l’effet des thérapies myofasciales intra-buccales (TMI) pour les troubles temporo-mandibulaires (TMD) chroniques 

Les auteurs recherchaient si la TMI chiropratique et l’ajout de l’éducation et de l’autogestion étaient supérieurs à l’absence de traitement ou à la TMI seule pour 5 mesures de résultats

  • amplitude d’ouverture inter-incisives
  • douleur de la mâchoire au repos
  • douleur de la mâchoire à l’ouverture
  • douleur de la mâchoire au serrage
  • le changement global sur une période d’un an.

Méthodes

93 participants

Àgés de 18 à 50 ans

Souffrant de douleurs chroniques à la mâchoire depuis plus de trois mois 

3 groupes :

  • TMI consistant en 2 interventions de traitement par semaine pendant 5 semaines
  • TMI plus éducation et exercices d' »auto-soins » (IMTESC)
  • contrôle sur liste d’attente

Critères d’évaluation

L’amplitude des mouvements a été mesurée en millimètres à l’aide d’un pied à coulisse, et les scores de douleur ont été quantifiés à l’aide d’une échelle de douleur chronique graduée en 11 points. Le rapport global du changement était une échelle autodéclarée en 7 points, équilibrée positivement et négativement autour d’un point médian de zéro.

Qu’est ce qu’il font pour les thérapies myofasciales intra-buccales ?

Chaque séance de traitement durait environ 10 à 15 minutes

1. Libération intra-orale du temporal

Le praticien est positionné homolatéralement du côté à traiter. Main gantée, le contact de l’index de la main caudale sur le processus coronoïde de la mandibule, applique une légère pression postérieure et caudale dans la limite de la tolérance à la douleur du patient. L’index et le majeur céphaliques appliquent une pression supérieure longitudinalement le long des fibres du muscle temporal en se déplaçant progressivement d’avant en arrière. On demande aux patients d’ouvrir progressivement la bouche jusqu’à son amplitude maximale. 

2. Technique intra-buccale du ptérygoïde médial et latéral (origine)
Le praticien est assis de façon homolatérale ou controlatérale au côté à traiter. Un index ganté est inséré le long de la paroi latérale du pharynx, en arrière de la dernière molaire. Une pression postérieure et céphalique dans les tissus pharyngés recouvrant les origines ptérygoïdiennes issues de la plaque latérale du sphénoïde. Le contact est maintenu pendant 5 secondes. 
La technique a été choisie du fait de l’influence directe du ptérygoïdien latéral en particulier sur la position du disque.
L’hypertrophie des ptérygoïdes peut également irriter ou comprimer le nerf auriculo-temporal. 

3. Technique du ganglion sphénopalatin intra-oral

Le cinquième doigt ganté de la main caudale est lentement inséré le long des dents légèrement occluses.
Le patient est invité à serrer brièvement les dents et, après s’être détendu, le praticien travaille progressivement passant derrière le masséter et le ptérygoïdien médial. Ce processus est répété jusqu’à ce que le bout de l’extrémité du doigt atteigne aussi près que possible la partie antérieur de la fosse sphénopalatine aussi près qu’il est confortable pour le patient. On demande ensuite au patient de soulever sa tête de la table, en poussant dans le contact. Après 3 répétitions, le patient se détend, en reposant sa tête.

Et pour l’auto gestion ?

4 premières visites sont réalisées sur des sujets tels que :

  • l’anatomie de base de l’ATM
  • la biomécanique, le déplacement et le dysfonctionnement du disque
  • le rôle des facteurs psycho-émotionnels dans les troubles de l’ATM, en particulier en ce qui concerne
    l’activité parafonctionnelle

Des exercices sont à effectuer à la maison deux fois par jour (matin et soir) :

1. « Technique de mastication à pression croisée corps mandibulaire-condylaire technique »

Le patient applique un contact thénar ou pisiforme sur le condyle d’un côté de la mandibule, tandis que le thénar de l’autre main est appliqué sur la branche de l’autre côté. Les deux côtés exercent une pression égale sur leurs contacts pendant que le patient ouvre et ferme la bouche 5 fois. Les contacts sont inversés et répétés de l’autre côté.

2. Étirements de relaxation post isométriques – « latératotrusion » et ouverture

Le patient applique un contact sur le côté droit du menton avec le talon de sa main droite. Une résistance isométrique est appliquée au menton pendant 10 secondes dans une direction médiale pendant que le patient pousse contre sa propre main. Le menton est ensuite translaté latéralement. La procédure est répétée à partir de ce point jusqu’à sa limite maximale.
La même procédure est ensuite répétée de l’autre côté.

La même technique est appliquée à l’ouverture de la mâchoire, le patient résistant maintenant à la fermeture de la
mandibule en prenant le menton dans ses mains. Les patients sont encouragés à effectuer ces 2 exercices devant un miroir pour vérifier la position de la tête.

Le protocole de réadaptation musculo-squelettique de 6 semaines avec deux séances par semaines.

Résultats

La douleur au repos, à l’ouverture et au serrage, les scores d’ouverture et le rapport global de changement (P < 0,05) ont été retrouvés dans les deux groupes de traitement par rapport au groupe témoin à 6 mois et à 1 an.

Il y avait également des différences significatives entre les 2 groupes de traitement à 1 an.

A un an,  les score moyens étaient de réduction pour la douleur au repos 3,1, pour la douleur à l’ouverture 1,9 et pour la douleur au serrage des dents 1,7 points, tandis que le groupe IMTESC a obtenu des changements de score pour la douleur au repos 4,0, pour la douleur à l’ouverture 4,1 et pour la douleur au serrage des dents 3,6 points.

Conclusion

Cette étude suggère que le TMI et l’IMTESC chiropratiques sont supérieurs à l’absence de traitement sur une période d’un an, l’IMTESC étant également supérieur au TMI à un an. Madame et Monsieur à vos gants…..et n’oubliez pas : rien ne vaut les bons exercices à faire à la maison.

Références bibliographiques

Kalamir A, Bonello R, Graham P, Vitiello AL, Pollard H. Intraoral myofascial therapy for chronic myogenous temporomandibular disorder: a randomized controlled trial. J Manipulative Physiol Ther. 2012 Jan;35(1):26-37. doi: 10.1016/j.jmpt.2011.09.004. Epub 2011 Nov 10. PMID: 22079052.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s