Technique de translation cervicale (cervical glide) couplée au traitement neurodynamique


Dans l’hypothèse vasculaire de la souffrance du membre supérieur, le principe classique vise à ouvrir les différents défilés passivement ou activement, en étirant les muscles dits «fermeurs», en faisant travailler les muscles «ouvreurs».Dans l’hypothèse neurale, le jeu neural sera considéré comme d’autant moins entravé que l’interface ostéo-articulaire sera libre. In fine, quelle que soit l’hypothèse, la proximité des structures neurales et vasculaires conduit à une prise en charge similaire de l’interface [Hooper 2010].

Précautions

Le traitement ne doit pas être réalisé en présence d’un déficit de force, d’une aréflexie ostéo-tendineuse, de dysesthésies dans le même territoire métamérique, de symptômes bilatéraux ou évocateurs d’une myélopathie.

Objectif

Elle vise à mobiliser doucement les nerfs cervico-brachiaux de façon à réduire leur mécano-sensibilité. Il ne doit absolument pas y avoir de douleur lors de la réalisation de la technique comme après celle-ci.

Ces techniques ont pour but de favoriser le glissement des racines nerveuses dans le foramen et le canal médullaire.

Procédure pour la technique de glissement / un seul thérapeute

Le kinésithérapeute est à la tête du sujet, le patient en décubitus. La mobilisation passive se fait en translation controlatérale entre C4 et C7, sans rotation ni inclinaison latérale cervicale.

La main crâniale et le thorax du kinésithérapeute induisent le mouvement du cou, sa main brachiale est posée sur le moignon de l’épaule pour éviter ses déplacements.

L’avant-bras du patient pend en débord de table coude étendu de façon à mettre en tension préalable le nerf médian. L’abduction de l’épaule est placée au maximum de l’amplitude indolore.

A noter qu’il faut préférer les translations cervicales aux inclinaisons latérales pour majorer le glissement du nerf médian à l’avant-bras : les amplitudes sont plus importantes en translation (de l’ordre de 3 mm versus 2 mm en inclinaison latérale) [Brochwicz 2013], et la mise en tension apparaît moindre au cou.

Mobilisation cervico-scapulaire favorisant le glissement neural foraminal

Le kinésithérapeute, à la tête du patient en décubitus, invite le patient à réaliser des flexions / extensions actives crânio-cervicales avec une prise mentonnière, sans décoller la tête. L’autre main empaume le deltoïde et incite le patient à réaliser une alternance d’abaissement / élévation du moignon de l’épaule.

Lors de la flexion du cou, le moignon de l’épaule est mobilisé crânialement, ce qui autorise un glissement crânial des racines cervicales. Lors de l’extension, il est mobilisé caudalement, ce qui autorise leur glissement caudal. Les deux manoeuvres se font dans un plan frontal.

Variante bilatérale

Le patient assis est filmé avec son smartphone lorsqu’il réalise une flexion de cou en enroulement («regardez votre nombril») en haussant les deux épaules, une extension du cou («regardez le plafond»), en abaissant les deux épaules.

Validité

Ces techniques, basées sur des observations empiriques et cadavériques, a pour but d’améliorer la neurodynamique, mais d’autres effets ont été observés comme la diminution de la douleur dans les épicondylalgies et les neuropathies cervico-brachiales, avec un number-needed-to-treat en moyenne à 3 [Nee 2011, Nee 2012].

Des patients et patientes cervico-brachialgiques chroniques, de 33 ± 5 ans en moyenne d’âge, présentant des dysesthésies unilatérales dans un membre supérieur et trois tests positifs (Spurling, décompression cervicale -distraction test-, ULNNT), bénéficient de la technique en glissement réalisée de façon continue durant deux minutes à 5 reprises, avec une minute de repos entre chaque session, 5 fois par semaine pendant 6 semaines, soit 30 séances de 10 minutes de traitement.

Elle permet une amélioration cliniquement significative de la douleur et de la fonction de l’épaule (Quick DASH) [Rodríguez-Sanz 2017].

Le traitement en kinésithérapie de ces troubles est préférable à la chirurgie de décompression, puisqu’il offre les mêmes résultats sur le long-terme et n’est pas associé à un risque faible mais avéré de complications [Peolsson 2012].

Les techniques neurodynamiques sont recommandées pour réduire la douleur et les déficits des patients cervicalgiques avec irradiations dans le membre supérieur [Childs 2008, Nee 2012].

Elles remplacent avantageusement la chirurgie du canal carpien sur les court et long-termes [Fernández-de-las Peñas 2015].

Il semble que ce sont les techniques neuro dynamiques et non les techniques articulaires qui présentent un avantage thérapeutique :

Une étude contrôlée randomisée en simple aveugle [Martin-Vera 2021] portant sur un échantillon total de 72 patients souffrant de névralgie brachiale ne montre pas d’avantages en faveur de l’ajout de cette technique articulaire aux techniques neuro-dynamiques de glissement neural, que ce soit sur la mécanosensibilité du nerf médian, l’intensité de la douleur, la distribution des symptômes, le seuil de douleur à la pression, la fonction cervicale et la kinésiophobie.


Références bibliographiques

Brochwicz P et al., Sonography assessment of the median nerve during cervical lateral glide and lateral flexion. Is there a difference in neurodynamics of asymptomatic people?, Manual Therapy. 2013 Jun;18(3):216-9.

Childs et al. Neck Pain: Clinical Practice Guidelines Linked to the International Classification of Functioning, Disability, and Health From the Orthopaedic Section of the American Physical Therapy Association. J Orthop Sports Phys Ther 2008;38(9):A1-A34

Fernández-de-las Peñas C et al. Manual Physical Therapy Versus Surgery for Carpal Tunnel Syndrome: A Randomized Parallel-Group Trial. The Journal of Pain. Volume 16, Issue 11, November 2015, Pages 1087–1094

Hooper T et al. Thoracic outlet syndrome: a controversial clinical condition. Part 2: non-surgical and surgical management. JMMT. Volume 18, Number 3, 2010 pp. 132-138(7)

Daniel Martin-Vera, Josué Fernández-Carnero, David Rodríguez-Sanz et al. Median Nerve Neural Mobilization Adds No Additional Benefit When Combined with Cervical Lateral Glide in the Treatment of Neck Pain: A Randomized Clinical Trial. J Clin Med. 2021 Nov 5,10(21):5178. doi: 10.3390/jcm10215178.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre

Nee R et al. (2011) A novel protocol to develop a prediction model that identifies patients with nerve-related neck and arm pain who benefit from the early introduction of neural tissue management. Contemporary Clinical Trials 32: 760–770.

Nee R et al. Neural tissue management provides immediate clinically relevant benefits without harmful effects for patients with nerve-related neck and arm pain: a randomised trial. Journal of Physiotherapy. Volume 58, Issue 1, 2012, Pages 23–31

Peolsson A et al. Physical Function Outcome in Cervical Radiculopathy Patients After Physiotherapy Alone Compared with Anterior Surgery Followed by Physiotherapy: A Prospective Randomized Study with a Two-Year Follow-up. Spine (Phila Pa 1976). 2012 Aug 8.

Rodríguez-Sanz D, Calvo-Lobo C, Unda-Solano F, Sanz-Corbalán I, Romero-Morales C, López-López D. Cervical Lateral Glide Neural Mobilization Is Effective in Treating Cervicobrachial Pain: A Randomized Waiting List Controlled Clinical Trial. Pain Med. 2017 Mar 13. doi: 10.1093/pm/pnx011. Article en pré-publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s