Autres débats chiropractiques


Nos cousins chiropraticiens vont finir par se demander de quoi je me mêle, à évoquer ainsi leurs débats internes.

Aucune volonté de discriminer une profession de ma part, juste la volonté d’avancer que tout compte fait, ces débats sont assez représentatifs de ce qui peut se rencontrer parfois chez les kinésithérapeutes, dans les réseaux sociaux notamment, quant à l’avenir de leur propre profession :

  • Peut-on faire de la kinésithérapie à distance ?
  • A quelle place se situe le kinésithérapeute entre le médecin et le coach sportif ?

1°- La chiropraxie, c’est de la thérapie manuelle, pas de la communication

Les kinésithérapeutes ont eu le même débat il n’y a pas si longtemps.

Contexte 

Les consultations à distance permettent aux cliniciens de continuer à soutenir les patients lorsque les rendez-vous en face à face ne sont pas possibles. Les restrictions aux soins en face à face pendant la pandémie de COVID-19 ont accéléré une tendance préexistante à leur adoption. Cela est vrai pour de nombreux professionnels de la santé, y compris certains chiropraticiens. Si la plupart des chiropraticiens du Royaume-Uni les ont utilisé sous une forme ou une autre, d’autres ne l’ont pas fait. 

Cette étude cherche à comprendre le point de vue des chiropraticiens qui n’utilisent pas la télé-consultation (TC) et à explorer les obstacles potentiels perçus.

Méthodes : 

Une enquête nationale en ligne a été réalisée auprès de 534 chiropraticiens britanniques en exercice sur l’utilisation des TC (137 répondants).

Résultats : 

L’utilisation des TC a permis aux chiropraticiens de fournir des soins continus pendant la pandémie de COVID-19. Cependant, de nombreux chiropraticiens se sont dits préoccupés par le fait que cela ne correspond pas à leur forte identité professionnelle, qui consiste à fournir des soins  » pratiques « . 

Certains chiropraticiens ont également perçu que les patients s’attendaient à des interventions physiques pendant les soins chiropratiques et ont donc considéré qu’il y avait un manque de demande lorsque le contact direct n’est pas possible. 

En l’absence d’examen physique, certains chiropraticiens s’inquiètent des risques d’erreur de diagnostic et du manque d’informations diagnostiques pour guider le traitement. 

Les fermetures de cliniques et les changements d’environnement de travail ont entraîné des difficultés pratiques pour quelques chiropraticiens à fournir des soins à distance.

2°- Les soins de bien-être, une spécialisation de la chiropraxie ?

En France, les chiropraticiens comme les ostéopathes ne sont officiellement  pas considérés comme des professions de santé mais comme des professions délivrant des soins de bien-être.

Il est étonnant de voir que dans d’autres pays, ce label peut-être envisagé comme un avenir possible de la profession  de chiropracteur.

Contexte 

La profession chiropratique a 125 ans et a développé une culture marquée par des conflits internes. Ces conflits internes se sont particulièrement manifestés au cours des 20 dernières années. La récente démission de l’ensemble du comité de recherche de la Fédération mondiale de la chiropratique a mis en évidence les points de vue et les objectifs contradictoires des factions « bien-être » et « preuves » au sein de la profession. 

Ces points de vue polarisés s’aggravent au point que des voix s’élèvent pour demander que la profession se scinde en deux entités distinctes. 

La reconnaissance des différences au sein de la profession passe par la reconnaissance du titre de certaines sous-populations de patients qui consultent les chiropraticiens. Pour de nombreuses sous-populations, comme le sport ou la pédiatrie, il existe une formation spécialisée post-professionnelle appropriée, qui débouche parfois sur un titre protégé. Cependant, ce n’est pas le cas pour le groupe de praticiens qui ont choisi de se concentrer sur les soins de bien-être. 

Une spécialité 

Il est recommandé que la chiropratique du bien-être soit considérée comme un programme de spécialisation post-professionnelle au sein de la chiropratique, comme c’est le cas en médecine et ailleurs, et que la reconnaissance se fasse après que des programmes de formation post-professionnelle appropriés aient été suivis, comme c’est le cas dans les autres groupes d’intérêt spéciaux. 

Pour ce faire, tous les intervenants de la profession devront s’entendre sur le niveau, la portée et la profondeur de ces programmes. En outre, il est possible que différentes juridictions dans le monde exigent différents niveaux d’études supérieures en fonction des circonstances concurrentielles, juridiques et professionnelles locales. 

Dans de tels cas, une transition vers le niveau supérieur sur une période de temps peut être entreprise. 

La reconnaissance de la spécialité du bien-être par la profession permettrait une intégration verticale avec d’autres prestataires de soins de santé et contribuerait à combler le fossé entre l’entrepreneur et les groupes universitaires qui seraient chargés de créer ces programmes dans les établissements d’enseignement supérieur. 

Enfin, si ces programmes sont étayés par des données probantes, un processus qui serait enseigné dans le cadre des programmes, il est probable que la reconnaissance d’un champ d’exercice élargi se produirait, ce qui augmenterait l’attrait de la chiropratique pour le public.


Références bibliographiques 

 Shane Derbyshire, Jonathan Field, Jane Vennik, Marc Sanders, Dave Newell. « Chiropractic is manual therapy, not talk therapy »: a qualitative analysis exploring perceived barriers to remote consultations by chiropractors. Chiropr Man Therap. 2021 Nov 25,29(1):47. doi: 10.1186/s12998-021-00404-2.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Henry Pollard.Reframing a debate in chiropractic. Chiropr Man Therap. 2021 Nov 3,29(1):44. doi: 10.1186/s12998-021-00401-5.

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Photo de Mikhail Nilov sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s