Troubles musculo-squelettiques : dans un cas sur deux une cotation en AMS 9,5


 

En France, le montant des honoraires d’un kinésithérapeute pour le traitement de troubles musculo-squelettiques est fonction du nombre de régions touchées. Tout le débat porte sur qui doit définir le nombre d’articulations touchées : le kinésithérapeute dans son bilan ou le médecin sur son ordonnance ?

Voila de quoi alimenter l’argumentaire des syndicalistes sur la sous-cotation chronique des kinésithérapeutes par le biais des ordonnances. 

Contexte : 

Les études épidémiologiques portant sur les douleurs musculo-squelettiques multi-sites ont révélé que la prévalence de ces douleurs est élevée dans la population générale.

Objectif : 

Vérifier la prévalence de la douleur musculo-squelettique multi-site au cours des 12 derniers mois et des sept derniers jours, dans un échantillon de population et étudier son association avec des variables démographiques, socio-économiques, comportementales, de morbidité déclarée et ergonomiques.

Conception et contexte : 

Enquête transversale basée sur la population à Bauru, São Paulo (Brésil).

Méthodes : 

600 personnes ont été interrogées. Les données suivantes ont été recueillies : les caractéristiques des participants, par le biais d’un questionnaire pré-codé, le niveau d’activité physique, par le biais du questionnaire international sur l’activité physique, et les symptômes musculo-squelettiques, par le biais d’un autre questionnaire. 

Des analyses descriptives et multivariées ont été effectuées.

Résultats : 

La prévalence des douleurs musculo-squelettiques multi-sites était de 46,5 % (intervalle de confiance, IC 42,5 à 50,5) au cours des 12 derniers mois et de 26,1 % (IC 22,8 à 29,8) au cours des sept derniers jours. 

Les variables associées à la douleur multi-site au cours des 12 derniers mois étaient le sexe féminin, la présence d’hypertension, de diabète sucré ou de dépression, le fait de regarder la télévision plus de trois fois par semaine et de travailler en position assise. 

La présence de tabagisme dans les antécédents était un facteur de protection. 

Les variables associées à la douleur multi-site au cours des sept derniers jours étaient le sexe féminin, le groupe d’âge de 60 ans et plus, les faibles revenus, la présence de comorbidités telles que l’hypertension, le diabète sucré ou la dépression et le travail en position assise.

Conclusion : 

La prévalence de la douleur musculo-squelettique multi-site était élevée et associée à des variables démographiques, socio-économiques, liées au travail, au travail sur ordinateur et à la morbidité déclarée.


Références bibliographiques 

Alberto de Vitta, Nicoly Machado Maciel, Thiago Paulo Frascareli Bento et al. Multisite musculoskeletal pain in the general population: a cross-sectional survey. Sao Paulo Med J. 2021 Nov 8,S1516-31802021005027102. doi: 10.1590/1516-3180.2021.0134.R1.05052021. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Photo de Kindel Media sur Pexels.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s