Mesurer les jambes courtes


 

Coluche disait que la bonne longueur, pour les jambes, c’est quand les deux touchent par terre. Pourquoi donc les mesurer ?

Cette revue systématique a inclus 37 articles portant sur les évaluations cliniques (13 à faible risque de biais) et 15 études portant sur les diagnostics radiographiques (6 à faible risque de biais). Elle fait la synthèse des examens utiles, cliniques et paracliniques.  

Cliniquement 

Le test de la cale est une méthode indirecte, a montré une fiabilité, une sensibilité (55%) et une spécificité (89%) plus élevées que l’utilisation d’un mètre ruban (sensibilité = 45% ; spécificité = 56%), qui est considéré comme la méthode de mesure clinique directe. 

Les deux évaluations cliniques ont été décrites comme étant plus fiables et plus pertinentes que les mesures au scanner pour la détermination de la différence de longueur des membres inférieurs chez les patients ayant subi une fracture du fémur. Dans un seul cas sur 20, le test de la cale a identifié la mauvaise jambe comme étant plus courte que la radiographie pelvienne. 

En revanche, les résultats d’autres études suggèrent que le test de la cale n’est pas aussi précis que les diagnostics par imagerie et qu’il devrait donc être utilisé pour le dépistage des patients suspectés de présenter une dénivellation. 

En outre, les valeurs élevées de la variance inter-observateurs (différence moyenne : 1,01 cm ; IC 95 % : 2,2 cm) ont conduit à la conclusion que le test est inacceptable pour la prise de décision clinique.

A noter que des résultats contradictoires entre les études peuvent être dus à l’âge différent des participants aux études (23-85 ans contre 1,5-19 ans). 

Dans l’ensemble, la taille des échantillons différait entre les études sur les évaluations cliniques, ce qui peut avoir influencé les analyses et les interprétations statistiques.

La plupart des études incluses sur le test de la cale étaient de qualité acceptable, voire élevée. Par conséquent, le test semble être bénéfique, car il est réalisé avec le participant en position debout et la différence de longueur de jambe fonctionnelle et anatomique est capturée simultanément. Cependant, la palpation et l’analyse visuelle pendant la mesure peuvent représenter des sources potentielles de biais.

Des dispositifs tels que le PALM ou le niveau à eau pelvien ont démontré une bonne fiabilité, cependant, pour ce dernier, la validité n’était que modérée par rapport aux diagnostics par imagerie (ICC = 0,64). 

Le test de la cale semble être la méthode la plus utile pour l’évaluation clinique de la différence de longueur des membres inférieurs.

Le PALM est lui considéré comme une alternative à la mesure radiographique.

Par imagerie

La procédure d’imagerie diagnostique idéale doit être précise, fiable, facilement disponible et abordable. Elle doit permettre la visualisation de l’ensemble du membre inférieur, utiliser une faible dose de radiation et ne pas présenter d’erreur de grossissement. 

L’utilisation du téléo-roentgenogramme a été considérée comme le premier choix pour l’examen initial pour plusieurs raisons. Le grossissement moyen du téléoroentgénogramme par rapport au scanogramme était de moins de 5%.

Une excellente corrélation entre les mesures du téléoroentgenogramme et du scanogramme a été trouvée. 

La fiabilité intra- et inter-observateur des mesures a été démontrée. 

Le scanogramme fournit des mesures fiables avec un grossissement minimal, mais l’exposition aux radiations est de 1,6 à 3,8 fois supérieure à celle de la radiographie des membres inférieurs.

L’IRM a une excellente fiabilité intra- et inter-observateur, cependant, il n’y a pas de norme de référence (gold-standard), de sorte qu’aucune information sur la validité des résultats n’était disponible. Elle n’irradie pas, mais coûte cher et prend du temps.

Conclusion 

La radiographie antéro-postérieure des membres inférieurs en position debout sur toute leur longueur semble être la méthode la plus valide et la plus fiable et peut être utilisée comme norme de référence globale pour mesurer les différences de longueur anatomiques. 


Références bibliographiques 

Martin Alfuth, Patrick Fichter, Axel Knicker. Leg length discrepancy: A systematic review on the validity and reliability of clinical assessments and imaging diagnostics used in clinical practice. PLoS One. 2021 Dec 20;16(12):e0261457. doi: 10.1371/journal.pone.0261457. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Photo de Karyme Franu00e7a sur Pexels.com

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s