Mesures d’une différence de longueur des membres inférieurs


Il apparaît que les mesures indirectes, patient debout, sont à privilégier par rapport aux bonnes vieilles mesures au mètre-ruban de couturière.

La note aborde ici les mesures destinées à mettre en évidence une différence de longueur anatomique. On n’est pas dans les estimations de pseudo-jambes courtes que vous trouverez dans cette autre kinote.

Intérêt de ces mesures ?

La différence de longueur des membres inférieurs est un facteur avancé dans beaucoup de pathologies dont la lombalgie. Elle entraine des modifications de la marche et de la course, un coût énergétique plus important des déplacements, mais qui peut très bien ne pas être mal vécu… [Gurney 2002].

Il semble qu’une inégalité inférieure à 10 mm soit quasi systématique [Pommerol 2003], les différences de longueur acquises tardivement étant plus pathogènes que les congénitales ou précoces. Leur relation avec la lombalgie est discutée [Gurney 2002].

Il semble qu’une différence majeure puisse être liée à l’apparition de lombalgie, mais ceci n’est pas obligatoire, même pour des dénivelés de 5 cm [McGill 2008].

Objectif

Mettre en évidence cliniquement une différence de longueur des membres inférieurs.

Mesures indirectes

Le block test (test de la cale) 

Procédure 

Le patient est debout, pieds écartés de 10 cm, genoux en extension, le poids également réparti sur les deux pieds. Le kinésithérapeute place ses mains sur une structure anatomique bilatérale : EIPS, EIAS, crête iliaque. 

Il évalue à l’oeil s’il y a une inégalité de longueur, et si c’est le cas, il place une planche de bois de 0.5 cm sous le pied du côté le plus court. Il incrémente par planches de bois de même épaisseur jusqu’à estimation d’une égalité de longueur, l’épaisseur de la planche étant égale à la différence de longueur de la jambe.

Fiabilité et validité 

Selon Physiopedia, bien que la fiabilité dépende fortement de la précision des mesures du clinicien, cette méthode a donné d’excellents résultats lors d’examens intermédiaires entre des cliniciens expérimentés et des étudiants en médecine. L’asymétrie pelvienne, le positionnement incorrect des pieds, l’obésité, la scoliose sont des facteurs de confusion.

La validité et/ou l’exactitude et/ou la fiabilité du test du bloc ou des planches de bois standardisées ont été déterminées dans onze études. La norme de référence était la radiographie ou le scanner. 

Il est considéré comme fiable, précis et pertinent ou supérieur à la méthode du mètre ruban dans cinq études. Cependant, deux études ont signalé une validité et une fiabilité médiocres par rapport à l’ortho-roentgenographie (système EOS ?). En outre, cette méthode a été jugée moins précise que l’échographie et la radiographie. 

Deux études semblaient insuffisantes sur le plan méthodologique, de sorte qu’une conclusion claire sur la précision, la validité ou la fiabilité n’a pu être fournie sur la base de leurs résultats [Alfuth 2021].

Palpation de l’EIAS et ajustement à l’aide d’un magazine

Une variante que tout un chacun a expérimenté… 

Proécdure 

Fiabilité et validité 

La fiabilité et la validité de la méthode ont été évaluées dans une étude. Dans cette étude, la mesure radiographique debout a servi de norme de référence. En raison de la grande fiabilité et de la bonne validité de la méthode, il a été recommandé d’utiliser la palpation de la crête iliaque pour identifier la différence de longueur des membres inférieurs lorsqu’il n’y a pas d’antécédents de déformation pelvienne et que les crêtes iliaques peuvent être simplement palpées. Sur la base d’une seule étude de haute qualité avec un faible risque de biais, la preuve que la méthode est fiable et assez valide est forte, cependant, d’autres études sont nécessaires pour confirmer cette conclusion [Alfuth 2021].

Inclinométrie de la hauteur des crêtes iliaques, sujet debout

Matériel 

IMG_4205

Sur un sujet debout, utiliser ce type d’inclinomètre pour évaluer le dénivellé en veillant à ce que les membres inférieurs soient également en rectitude. Il ne s’agit que d’utiliser un outil de mesure pour confirmer une impression palpatoire.

1A défaut, une toise en bois servant à mesurer les bébés et en poser les curseurs sur les crêtes iliaques. Y poser un inclinomètre.

Procédure

Poser un inclinomètre sous les rebords inférieurs des EIPS comme l’aligner sur les fossettes de Michaelis ou utiliser le Palm est problématique. Les repères ne sont pas assez ponctuels, ou parfois peu évidents à trouver.

Mesure à l’aide du PALM

Fiabilité et validité

Sur la base de deux études de haute qualité avec un faible risque de biais, l’utilisation d’instruments pour détecter la différence de longueur des membres inférieurs sont des moyens modérément valides et fiables [Alfuth 2021].

Mesures directes

Mesures centimétriques de la longueur des membres inférieurs

2

Procédure

Le sujet est en décubitus, le corps aligné parallèlement au rebord de la table. L’examinateur est du côté homolatéral à la mesure. Le bord crânial du mètre-ruban est appliqué sur l’EIAS, en butée contre son tubercule. La partie caudale du mètre-ruban est appliquée tangentiellement à la malléole médiale du membre inférieur homolatéral. La tangente du mètre-ruban est ponctuelle et indique la longueur en centimètres. La même mesure est réalisée du côté controlatéral.

Variante ombilic – malléole médiale

3

Dans la même position, la partie crâniale du mètre-ruban est placée au rebord inférieur de l’ombilic. La partie caudale du mètre-ruban est appliquée tangentiellement à la malléole médiale du membre inférieur homolatéral. La tangente du mètre-ruban est ponctuelle et indique la longueur en centimètres. La même mesure est réalisée du côté controlatéral

Variante EIAS – malléole latérale

Le sujet est en décubitus, le corps aligné parallèlement au rebord de la table. L’examinateur est du côté homolatéral à la mesure. Le bord crânial du mètre-ruban est appliqué sur l’EIAS, en butée contre son tubercule. La partie caudale du mètre-ruban est appliquée tangentiellement à la malléole latérale du membre inférieur homolatéral. La tangente du mètre-ruban est ponctuelle et indique la longueur en centimètres. La même mesure est réalisée du côté controlatéral.

Mesures en procubitus

Il a été proposé de mesurer la distance entre l’angle inféro-latéral du sacrum et la malléole médiale, ce qui permettrait de mettre en évidence des DLMI en dessous du centimètre [Alfuth 2021]. Cependant, il n’y a pas de concordances entre les mesures en procubitus et en décubitus, ce qui peut expliquer bien des désarrois notamment chez les étudiants en ostéopathie 😀


Fiabilité & validité

boussoleLa validité (comparaison à une mesure scannographique) comme la fiabilité entre kinésithérapeutes ont été jugées très bonnes pour un auteur [Neelly 2013], mais depuis, …

La mesure est faiblement corrélée à la mesure rastéréographique (r = 0.304; p = 0.004), très faiblement avec la mesure radiographique (r = 0.285; p = 0.032) pour un autre… 😦 [Betsch 2019]. 

Une revue systématique exhaustive de 2021 est beaucoup plus sévère sur cet examen : Quelles que soient les mesures (EIAS / Malléole médiale, EIAS / malléole latérale, EIAS / nombril, EIAS / appendice xyphoïde, pubis / malléole médiale), seules quelques études ont rapporté que la méthode du mètre ruban était fiable et/ou valide.

Dans la plupart des études, il a été conclu que ces méthodes de mesure par ruban sont les moins précises, les moins valides et les moins fiables. Elles révèlent une grande variation, une faible corrélation avec d’autres méthodes et un manque de concordance avec la radiographie. Elles conduisent à une estimation erronée et doivent être utilisées avec prudence [Alfuth 2021].

En résumé, cliniquement ou pas…


Références bibliographiques 

Martin Alfuth, Patrick Fichter, Axel Knicker. Leg length discrepancy: A systematic review on the validity and reliability of clinical assessments and imaging diagnostics used in clinical practice. PLoS One. 2021 Dec 20;16(12):e0261457. doi: 10.1371/journal.pone.0261457. 

Article en accès libre en cliquant sur le lien du titre 

Betsch M, Michalik R, Graber M, Wild M, Krauspe R, Zilkens C. Influence of leg length inequalities on pelvis and spine in patients with total hip arthroplasty. PLoS One. 2019 Aug 27;14(8):e0221695. doi: 10.1371/journal.pone.0221695.

Articles en rapport avec le sujet

McGill S. Low Back Disorders. Evidence-based Prevention and Rehabilitation. Human Kinetics. 2th edition. 2008

Neelly K, Wallmann HW, Backus CJ. Validity of measuring leg length with a tape measure compared to a computed tomography scan. Physiother Theory Pract. 2013 Aug;29(6):487-92.

Gurney B. Leg length discrepancy. Gait & Posture. 15. p 195-206. 2002

Pommerol P. Cheze L.  Etude bibliographique sur le retentissement clinique d’une inégalité de longueur des membres inférieurs et de sa compensation. Kinésithérapie scientifique. 2003 ;432 : 31-37

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s