Du nouveau sur le tape ?


Du nouveau sur les bandes colorées….

Le syndrome d’impingement de l’épaule représente 44% à 65% de toutes les plaintes de douleurs à l’épaule (Bhattacharyya R et al)
C’est une affection qui entraîne un dysfonctionnement de la cinématique de l’omoplate (Phadke V, Timmons MK). D’après l’article, une méta analyse de 2012 (Timmons MK) montre une plus grande rotation interne de l’omoplate et moins de rotation externe de l’omoplate
et de bascule postérieure pendant l’élévation du membre supérieur.

Essai contrôlé randomisé à trois bras. Le but était de savoir si l’ajout de bandes Kinesio en plus de l’exercice thérapeutique chez les patients souffrant du syndrome d’impingement de l’épaule était plus efficace.

Méthode

120 patients (moyenne (écart-type) : âge 37,8 (5,4)) souffrant du syndrome d’impingement de l’épaule.

Les patients ont été répartis au hasard :

  • un groupe d’exercices thérapeutiques seuls
  • un groupe d’exercices thérapeutiques avec bande Kinesio
  • un groupe témoin

Mesures

La douleur a été mesurée à l’aide d’une échelle d’évaluation numérique et le handicap et la cinématique scapulaire ont été mesurés respectivement à l’aide d’un questionnaire relatif et d’un logiciel d’analyse du mouvement, au départ et après huit semaines d’intervention.

Exercices thérapeutiques

Elle comprenait trois exercices d’étirement et trois exercices de renforcement effectués soit pour le côté impliqué ou non. L’intervention s’est déroulée huit semaines, trois jours par semaine, pendant une heure.

Les exercices d’étirement ciblaient le trapèze supérieur (FIGURE 3A), le petit pectoral (FIGURE 3B) et la région postérieure de l’épaule (FIGURE 3C), et ont été réalisés pendant 3 répétitions de 30 secondes, espacées de 30 secondes.

Pour les exercices de renforcement, il était réalisés trois séries de 10 répétitions pour chaque exercice ont été effectuées, avec une minute de repos entre les séries. 3 niveaux progressifs de résistance étaient utilisés, par couleur de la bande (rouge, vert ou bleu).

Les exercices suivants ont été effectués : rotation externe de l’épaule (FIGURE 3D), en commençant par le coude à 90° de flexion et l’épaule à environ 45° de rotation interne, le bras étant abducté dans le plan scapulaire à l’aide d’une balle.Dans cette position, les participants devaient effectuer la rotation externe maximale dont ils étaient capables.

Pour le muscle trapèze inférieur (FIGURE 3E), les participants devaient effectuer une extension de l’épaule en position couchée.

Pour le muscle dentelé antérieur (FIGURE 3F), l’exercice a été effectué en position couchée, avec le bras à 90° de flexion et le coude en extension complète, en demandant au participant de faire sortir l’omoplate et de tirer la bande dans la direction supérieure.

Ces muscles ont été choisis car ils présentent une diminution d’activation chez les patients souffrant d’impingement (Phadke V). Les patients devaient effectuer mes mouvements dans l’amplitude maximale sans douleur.

Tape

Une bande en Y a traversé l’origine jusqu’à l’insertion du supra-épineux sans tension pendant que les participants positionnait les membres supérieurs derrière leur dos et fléchissaient leur cou vers le côté controlatéral.

Ensuite, une bande en I est appliqué à partir du processus coracoïde autour du deltoïde postérieur en utilisant une pression vers le bas et un étirement d’environ 50 % à 75 %. Initialement, l’épaule était soumise à une rotation externe sans élévation, puis elle était déplacée en légère adduction horizontale et en élévation vers l’avant lorsque l’extrémité de la bande était appliquée sans étirement. Cette bande en I avait une forme en Y à l’extrémité de la bande.

Enfin, une bande en Y est mis de la zone T10-T12 au bord médial de l’omoplate en utilisant une tension sans papier pour faciliter le muscle trapèze inférieur. Pour cette technique, la queue latérale de la bande en Y était appliquée avec l’épaule en adduction horizontale, et la queue médiale était appliquée avec les mains croisées sur la poitrine.

Et voilà, il est tout beau.

Résultats

Il y avait des différences significatives dans le groupe d’exercice thérapeutique avec bande Kinesio par rapport à l’exercice thérapeutique seul et au groupe de contrôle respectivement :

  • la douleur (d = -0,34, P = 0,042 ; et d = -1,53, P = 0,001)
  • le handicap (d = -0,46, P = 0,024 ; et d = -2,18, P = 0. 001)
  • la rotation scapulaire vers le haut dans le plan sagittal (d = 0,33, P = 0,033 ; et d = 0,68, P = 0,001), le plan scapulaire (d = 0,18, P = 0,045 ; et d = 0,43, P = 0. 001), l’inclinaison scapulaire dans le plan sagittal (d = 0,55, P = 0,043 ; et d = 1,39, P = 0,001), et le plan scapulaire (d = 0,29, P = 0,034 ; et d = 0,58, P = 0,001).

L’exercice thérapeutique seul était supérieur au groupe témoin pour tous les résultats significatifs (P < 0,05).

Conclusion

La bande de Kinesio ajoutées aux exercices thérapeutiques parait avoir des effets plus significatifs avec des tailles d’effet plus importantes. 

Selon cette étude le tape peut apporter un plus aux exercices thérapeutiques. Le matériel utilisé était une bande standard 5-cm Kinesio Tex. A chaque session, le ruban de Kinesio était retiré avant l’exercice thérapeutique et appliquée à nouveau après l’exercice thérapeutique pendant 24h. 

Références bibliographiques

Letafatkar A, Rabiei P, Kazempour S, Alaei-Parapari S. Comparing the effects of no intervention with therapeutic exercise, and exercise with additional Kinesio tape in patients with shoulder impingement syndrome. A three-arm randomized controlled trial. Clin Rehabil. 2021 Apr;35(4):558-567. doi: 10.1177/0269215520971764. Epub 2020 Nov 6. PMID: 33155484.

Bhattacharyya R, Edwards K and Wallace AW. Does arthroscopic sub-acromial decompression really work for sub-acromial impingement syndrome: a cohort study. BMC Musculoskelet Disord 2014; 15(1): 324. 

Phadke V, Camargo P and Ludewig PM. Scapular and rotator cuff muscle activity during arm elevation: a review of normal function and alterations with shoulder impingement. Braz J Phys Ther 2009; 13(1): 1–9.

Timmons MK, Thigpen CA, Seitz AL, et al. Scapular kinematics and subacromial-impingement syndrome: a metaanalysis. J Sport Rehabil 2012; 21(4): 354–370

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s