Eduquer son patient ça vaut le coup ?


Revue systématique avec méta analyse

Contexte

Evaluer l’efficacité des programmes d’éducation à la douleur pour améliorer les connaissances du patient et améliorer son état. Eh oui plus ils en savent mieux c’est !!!! Ne gardons plus nos connaissances, partageons-les.

Question

Déterminer si l’ajout de stratégies d’éducation à la douleur aux traitements de physiothérapie est bénéfique pour réduire l’intensité de la douleur et l’invalidité des personnes souffrant de douleurs musculo-squelettiques chroniques

Procédure

Recherche des essais contrôlés randomisés qui ont examiné l’utilisation simultanée de l’éducation à la douleur et de la thérapie physique.

Les principaux résultats recherchés était la douleur et l’invalidité.

Quatorze articles ont été inclus avec une haute qualité (la crème de la crème) en utilisant l’échelle d’évaluation de la qualité PEDro.

Une recherche systématique de toute la littérature pertinente a été entreprise dans six bases de données : PubMed, CINAHL, ProQuest, PEDro, Cochrane Register of Controlled Trials et Scopus de leur création à juin 2018. Une recherche de littérature grise a été effectuée dans les bases de données PROSPERO et Google Scholar.

Critères d’inclusion

Les études publiés dans une revue à comité de lecture, disponibles en anglais, en espagnol ou en grec et étaient composées de participants signalant une douleur musculo-squelettique
d’une durée supérieure ou égale à 3 mois (12 semaines).

Etudes

La fréquence des séances varient d’une étude à l’autre de 1 à 2 séances sur une période de 4 à 12 semaines, et intégrant divers types d’éducation sur la douleur et de traitements de physiothérapie.

La terminologie des différents types d’éducation à la douleur comprennent :

1) la formation aux techniques d’adaptation à la douleur

2) l’éducation à la neurophysiologie de la douleur

3) l’éducation aux neurosciences de la douleur

4) l’éducation thérapeutique du patient

5) l’éducation à l’autogestion

6) le programme « retour à l’école »

7) la thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Un effet important a été observé sur la douleur à court terme (SMD 0,837), la douleur à long terme (SMD 0,964) et le handicap à long terme (SMD 1,374).

Un effet modéré sur l’invalidité à court terme (SMD 0,791)

Conclusion

Les auteurs n’ont pas trouvés de signification statistique groupée ????.

Cette revue systématique n’a pas permis d’établir la meilleure technique pour réduire la douleur ou le handicap entre l’éducation neuroscientifique de la douleur ou la thérapie cognitivo-comportementale.

Des études de haute qualité montrent que l’éducation à la douleur en plus des interventions traditionnelles de physiothérapie est plus efficace que la physiothérapie traditionnelle seule, que la liste d’attente ou que la prise en charge médicale des groupes contrôle.

En clair transmettez votre savoir, un patient éclairé est un patient déjà sur la voie de la guérison…..Bon souvent, il faut souvent expliquer plusieurs fois….. pas encore d’études sur le sujet.

Références bibliographiques

Marris D, Theophanous K, Cabezon P, Dunlap Z, Donaldson M. The impact of combining pain education strategies with physical therapy interventions for patients with chronic pain: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Physiother Theory Pract. 2021 Apr;37(4):461-472. doi: 10.1080/09593985.2019.1633714. Epub 2019 Jun 28. PMID: 31250682.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s