La bandelette ilio-tibiale & son syndrome


Deux articles récents en accès libre font le point sur le syndrome dit « de l’essuie-glace ». 

Leurs conclusions sont semblables :

  • Le traitement kiné est d’une efficacité toute relative
  • Les justifications biomécaniques sont questionnables
  • Le renforcement musculaire des stabilisateurs latéraux de hanche est loin d’être la panacée
  • Modifier sa façon de courir pourrait être une partie de la solution du problème.

Ce que j’en retiens 

Anatomie 

  • Par rapport aux primates non humains, le grand fessier des humains, proportionnellement plus gros, présente une attache dans le fascia lata. En fait, ce « nouveau » point d’insertion, ou le développement d’une bandelette prononcée, est unique à l’homme, et est anatomiquement distinct du fascia lata des autres primates. 
  • Tous les mammifères ont un TFL mais nous sommes les seuls à avoir une bandelette ilio-tibiale. Chez tous les autres animaux, le TFL se termine dans la partie supérieure de la cuisse et s’insère sur le fémur près du grand trochanter. 
  • C’est la bipédie qui est responsable du développement d’un grand grand fessier, d’un changement de position du bassin de l’horizontale à la verticale, et de la formation d’une bandelette (nous ne naissons pas avec une bandelette distincte à insertion distale; celle-ci se forme plus tard, après l’acquisition de la marche). 
Singe qui voudrait bien lui aussi une bandelette de Maissiat descendant au genou. Photo de Pixabay sur Pexels.com

Hypothèses

  • Il faut abandonner le concept de friction de la bande sur le condyle latéral. Ce n’est pas une ficelle qui s’use par frottement comme l’imaginent les patients. La théorie du frottement est une illusion créée par le déplacement d’avant en arrière des contraintes sur le fascia lata (FL) lorsqu’il est mis en tension. Il ne peut pas frotter parce qu’il est attaché au fémur distal.
  • Du coup, on a évoqué l’irritation par compression de la graisse située entre le FL et l’os : lorsque le genou est fléchi au-delà de 30°, la bande se comprime médialement contre l’épicondyle fémoral latéral à mesure que la tension augmente dans les fibres postérieures du FL. Mais 30° de flexion en courant, c’est courant sur du plat ?

Lors de la course

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s