Thérapie miroir et AVC


 

La thérapie miroir semble devoir être faite intensivement (ex : plutôt 5 fois par semaine pendant 6 semaines que 3 fois par semaine pendant 10 semaines) [Gamez Santiago 2022]. 

La compilation des KINotes sur le sujet depuis ces dernières années…

Principes 

b89328809aa79c7a4a8fbbcc3060a4a33d7eef37La thérapie miroir (TM) utilise des stimuli visuels pour produire une réponse souhaitée dans le membre affecté.

Elle semble avoir des effets non seulement sur les déficiences motrices mais aussi sur les sensations, la négligence visuo-spatiale et la douleur après un AVC.

Cette revue systématique présente les perspectives actuelles sur la thérapie miroir et son application dans la réadaptation post-AVC, indique un dosage, montre la faisabilité et l’acceptabilité par le patient.

28 études ont été incluses dans cette revue.

La plupart des études concernent des déficiences motrices brachio-faciales, en phases chroniques ou aiguës post-AVC.

Les durées de traitement sont de l’ordre de 1 à 8 semaines.

La TM  semble permettre des améliorations motrices et sensorielles définitives bien que l’étendue des améliorations des déficiences sensorielles et sur l’hémi-negligence soit limitée.

Elle permet, contrairement à d’autres thérapies (membre contraint par exemple, réalité virtuelle) de prendre en charge une hémiplégie flasque.

La discussion de l’article porte sur les effets retrouvés lors d’imageries en IRM fonctionnelle [Gandhi 2020].

Acheter sa Mirror Box et les produits du NOIgroup en euros

La proprioception du membre supérieur hémi-parétique : pas si simple

La littérature actuelle suggère que plus de 50 % des survivants d’un accident vasculaire cérébral ne peuvent pas percevoir avec précision la position de leur membre supérieur.

mains de personnes avec des couleurs arc en ciel

Des travaux récents démontrent que la mesure dans laquelle cette perception est affectée peut dépendre de la façon dont la tâche est exécutée. Par exemple, les personnes victimes d’un AVC qui ne parviennent pas à reproduire la position de leur avant-bras parétique placé passivement lors d’une tâche entre deux bras peuvent reproduire avec précision la position de leur avant-bras parétique contrôlé activement lors d’une tâche à un seul bras.

De plus, la capacité des individus présentant divers types de lésions unilatérales à localiser leur pouce peut dépendre du fait qu’ils tendent la main vers leur pouce parétique ou non parétique.

Cette étude a cherché à savoir dans quelle mesure la précision de personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC) hémi-parétique dans la mise en miroir des positions de l’avant-bras lors d’une tâche entre deux bras peut être influencée par diverses conditions.

Le nombre de fois où les participants ont été classés comme ayant un déficit était le plus faible lorsqu’ils reproduisaient les positions de l’avant-bras en position de flexion en se référant à leur avant-bras non parétique.

De plus, la différence dans l’ampleur des erreurs lorsque les participants se référaient à chaque bras était plus importante lors de mouvements actifs que passifs.

Les résultats de cette étude [Gurari 2021] fournissent des preuves supplémentaires que la précision avec laquelle les personnes ayant subi un AVC perçoivent la position de leurs membres peut dépendre de la façon dont une tâche est exécutée. Les facteurs à prendre en compte comprennent le caractère actif ou passif des mouvements, le membre auquel on se réfère et l’endroit où le membre est positionné.

Efficacité

Une revue systématique avec méta-analyse

boucher devant sa boutique

La thérapie miroir a été proposée comme une intervention efficace pour la réadaptation des membres inférieurs après un AVC.

Cette revue systématique avec méta-analyse a examiné si ce traitement améliorait la spasticité et les fonctions motrices, l’équilibre, la mobilité, la vitesse de marche, l’amplitude passive du mouvement de dorsiflexion de la cheville et la démarche caractéristiques des patients souffrant des conséquences d’un AVC par rapport à d’autres interventions.

Méthodes

Les différences moyennes standardisées (DMS) ont été utilisées pour évaluer l’effet de la thérapie miroir sur le fonctionnement des membres inférieurs.

Résultats

Neuf études ont été incluses.
Parmi les mesures de résultats primaires, il y avait des preuves d’un effet significatif de la thérapie miroir sur la fonction motrice par rapport aux interventions fictives et non factice (DMS 0,54; IC 95% 0,24-0,93).

En outre, parmi les mesures de résultats secondaires, il y avait des preuves d’un effet significatif de la thérapie miroir pour l’équilibre (DMS -0,55, IC 95% -1,01 à -0,10), la vitesse de marche (DMS 0,71, IC 95% 0,35-1,07), les amplitudes de flexion de la cheville (DMS 1,20, IC à 95% 0,71-1,69) et la longueur du pas (DMS 0,56; IC 95% -0,00 à 1,12).

Conclusions

Les résultats indiquent que l’utilisation de la thérapie miroir pour le traitement de certains déficits des membres inférieurs chez les patients avec AVC pourraient avoir un effet positif [Broderick 2018].

Bien que ces résultats soient encourageants, les auteurs mettent en garde le lecteur sur  une interprétation trop favorable, en raison de problèmes méthodologiques concernant les études incluses.

Commentaire 

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire.

Et m’indiquer comment pratiquement réaliser ce type de rééducation ?

Les AVC marchent plus vite après s’être vus bouger assis devant un miroir

Sans titre.png

Une revue systématique…

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s