Est-ce qu’une tendinopathie achilléenne est un facteur de risque d’une rupture achilléenne ?


 

Sans titre

Cette question est sous-tendue par le patient venant consulter pour tendinopathie achilléenne et je parie qu’elle influence le résultat des séances : une attitude catastrophiste accompagnera les cannes béquilles et l’esquive d’appui, une attitude positive accompagnera la reprise modérée du sport après échauffement quitte à souffrir le lendemain de l’activité.
Mais du coup, ne suis-je pas trop catégorique ? Est-ce que je ne risque pas de pousser les patients vers la rupture de leur tendon d’Achille en favorisant la reprise de l’activité ?Rien ne vaut une étude bien large tels que les américains savent faire en utilisant leurs bases de données.

Introduction :

Les troubles du tendon d’Achille peuvent être classés en catégories aiguës et chroniques. Peu d’études ont établi qu’une tendinopathie achilléenne chronique puisse précéder une rupture aiguë.
Dans cette étude, les auteurs ont évalué la relation entre la tendinopathie et la rupture d’Achille, clarifiant l’incidence de rupture dans le contexte de la tendinopathie sous-jacente.

Méthodes :

La base de données orthopédique de United Healthcare (20 484 172 patients) a été utilisée pour identifier les patients avec des codes ICD-9 pour la rupture d’Achille et / ou la tendinopathie d’Achille.
Le nombre de patients atteints de rupture aiguë, de tendinopathie chronique et de rupture suite à un diagnostic préalable de tendinopathie a été évalué.

Résultats :

Quatre pour cent des patients ayant un diagnostic sous-jacent de la tendinopathie d’Achille ont subi une rupture (7,232 patients).
Les patients les plus âgés atteints de tendinopathie étaient les plus vulnérables à la rupture.

Limitations de l’étude :

Elles sont à lire, puisqu’elles modulent les résultats.

Et je dis quoi maintenant au patient ?

Pour les jeunes, je sais…mais pour tous et au moins pour les autres, j’aurais bien aimé une analyse multivariée, histoire de me donner le « poids » de cet antécédent dans la survenue de la rupture. Ils ne devaient pas avoir trop de données précises pour aller plus loin. On est là dans l’évènement B qui suit l’évènement A, ce qui ne signifie pas que A soit significativement la cause de B…


Référence bibliographique :

Yasui Y, Tonogai I, Rosenbaum AJ, Shimozono Y, Kawano H, Kennedy JG. The Risk of Achilles Tendon Rupture in the Patients with Achilles Tendinopathy: Healthcare Database Analysis in the United States. Biomed Res Int. 2017;2017:7021862. doi: 10.1155/2017/7021862.

Accès à l’article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s