Examens et traitements de l’acuité tactile cervicale


 

Quel test tent la route ? Quelle posologie de traitement modifie les valeurs ?

En fait, vous allez pouvoir faire des économies en n’achetant qu’un pied à coulisse digital pour mesurer. Si vous voulez faire jouer vos patients, il vous faudra investir. En tout cas, vous pouvez arrêter de leur écrire dans le cou. C’est ridicule. Surtout au stylo feutre. Ça se voit et ça va finir par se savoir.

 

Sans titre

Les altérations du SNC contribuent à la douleur chronique. Il est avancé que la réorganisation corticale peut être évaluée en mesurant l’acuité tactile de la région douloureuse et que le ré-entrainement de la sensibilité discriminative pourrait avoir un effet antalgique [1]. Cette étude [2] compare 4 moyens de tester cette acuité au cou.

Mesure de la reconnaissance de deux points distincts :

Un pied à coulisse digital est posé sur le cou d’un patient, horizontalement au niveau de l’épineuse de C7, du côté du membre dominant, lesté de son propre poids. L’évaluation débute avec une distance de 20 mm entre les deux points et est augmentée de 1mm en 1mm jusqu’à ce que le sujet reconnaisse la présence de deux points distincts. La moyenne d’une série de 6 évaluations (2 sites distincts et trois essais par site) est retenue.

Valeurs moyennes chez le sujet sain :

35.2 ± 9.6 mm. Erreur standard de mesure 3,7 mm.

Mesure de la reconnaissance de l’indication tactile d’un point :

Le sujet tient un stylo en contact sur son occiput. Un filament de Von-Frey (6,45 g) est appliqué pendant une seconde sur l’une des trois localisations de la colonne cervicale. Le sujet est invité à aller toucher le plus précisément possible la localisation indiquée. La distance entre le point perçu et le point réellement indiqué est notée. La moyenne de neuf essais est retenue.

Valeurs moyennes chez le sujet sain :

13.3 ± 4.5 mm Erreur standard de mesure 2,8 mm.

Graphesthésie :

20 lettres de l’alphabet sont tracées dans un ordre aléatoire sur la région cervicale du côté dominant, à l’aide d’un crayon à bout arrondi. Le score du nombre de lettres perçues est noté.

Valeurs moyennes chez le sujet sain :

16.2 ± 2.6 bonnes réponses sur 20 lettres aléatoires. Erreur standard de mesure à 1,9 réponses.

Reconnaissance à l’aide du Imprint Tactile Training Device :

Les sujets étaient assis sur une chaise, tenant une tablette reliée sans fil à une écharpe dotée de 12 vibreurs posée sur le cou (Imprint Tactile Training Device). Ils sont invités à indiquer sur une grille de 12 cercles sur la tablette quel vibreur est activé.

Une photographie du cou du sujet est placée en fond d’écran, de façon à relier les boutons numériques à l’emplacement réel de chaque stimulus. Après apprentissage, les sujets sont invités à identifier l’emplacement de 30 stimuli vibratoires consécutifs, en sélectionnant le bouton numérique correspondant. Les stimuli sont délivrés dans un ordre aléatoire. À la fin du test, l’appareil génère un pourcentage de bonnes réponses.

Valeurs moyennes chez le sujet sain :

54.9 ± 13.9 % de bonnes réponses. Erreur standard de mesure 8,8 %.

Fiabilités

Sans titre é

Corrélation entre les examens :

 

Elle est non significative (coefficients de Pearson entre données de distributions normales situés entre 0,03 et 0,26). Un examen n’en remplace pas un autre, donc. Mesurent t’ils le même paramètre ?

Effets de l’entrainement

Les participants ont complété un programme d’entrainement à l’acuité tactile en utilisant le matériel Imprint Tactile Training. Le programme comprenait en séances quotidiennes de 30 minutes de localisation et discrimination pendant cinq jours ouvrables consécutifs.

La rééducation était semblable à celle des tests de localisation, sauf que :

1- Des commentaires visuels immédiats ont été fournis à l’écran concernant l’exactitude des réponses,
2- Les participants ont indiqué non seulement l’emplacement perçu, mais aussi l’intensité de stimulation perçue (faible, moyen ou élevée) et,
3- Des niveaux de difficulté progressifs ont été introduits, avec une progression vers le prochain niveau de difficulté à chaque fois qu’un score supérieur à 90% de bonnes réponses était atteint.

Le niveau de difficulté a d’abord été augmenté en réduisant le temps de stimulation vibrotactile, le temps de réponse et éventuellement l’introduction de séquences de deux stimuli, plutôt qu’un seul stimulus.

Des commentaires concernant l’exactitude de la réponse étaient indiqués après chaque essai. Les scores de progression globale ont été donnés à la fin de chaque jeu de 20 essais.

Résultats :

Des améliorations significatives ont été détectées par trois des quatre indicateurs. Un large effet était démontré à la fois par le pied à coulisse et la localisation, un effet moyen était démontré par le matériel informatique, alors que la graphesthésie n’indiquait aucune amélioration.


Références bibliographiques :

[1] Luedtke, K., Adamczyk, W., Tactile acuity in the neck: calling for more basic science research, Musculoskeletal Science and Practice (2017)

Résumé disponible en ligne

[2] Harvie, D.S., Kelly, J., Buckman, H., Chan, J., Sutherland, G., Catley, M., et al., 2017. Tactile acuity testing at the neck: a comparison of methods. Musculoskelet. Sci. Pract. 0,

Résumé disponible en ligne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s