Électrolyse percutanée guidée par ultra-sons : une nouvelle approche de la cervicalgie attribuée à un fléau cervical


Banderillero_Curro_Molina
Je vais encore me faire incendier par les confrères hispanisants…mais c’est plus fort que moi. OK, je sors. Image wikipedia.

Les kinésithérapeutes s’approprient l’échographie et pratiquent le dry needling. Ils sont passés maîtres dans l’administration de courants continus depuis des générations. Pourquoi donc ne pas pratiquer l’EPGUStothérapie ?

Vous ne connaissez pas l’EPGUStothérapie ? Permettez moi de pouffer…

En gros, c’est comme cette nouvelle mode qui transforme, pour un prix conséquent, les mains du kinésithérapeute en éponges d’électrothérapie, mais là, on pique dans la viande et on se plie à la rigueur (?) d’une étude contrôlée randomisée.

Les auteurs de l’étude ont émis comme hypothèse que l’électrolyse percutanée à l’aiguille (PNE) soit une approche efficace pour le traitement du syndrome du coup de fouet cervical aigu de type II.

Déjà, ça part mal, de commencer par l’hypothèse alternative d’une différence, mais bon. Ils sont persuadés, mais ils font l’étude quand même.

Le PNE consiste en l’application de brefs courants galvaniques dans une structure endommagée, produisant une réponse inflammatoire contrôlée localement, avec une amélioration ultérieure de la cicatrisation tissulaire dit le résumé.

Ils auraient peut être simplement dû écrire :

« Le PNE consiste en l’application de brefs courants galvaniques dans une structure anatomique« . Non ?

Matériaux et méthodes :

Cent patients souffrant de cervicalgie attribuée à un fléau cervical ont été randomisés dans: (a) une intervention de physiothérapie standard ou (b) un protocole PNE normalisé. Les deux groupes ont été évalués pour le résultat du traitement à la 5ème semaine.

Résultats :

Les deux groupes ont montré une amélioration statistiquement significative selon le Northwick Park Neck Questionnaire, l’échelle visuelle analogique et le seuil de douleur à la pression.

L’amélioration était similaire dans les deux groupes, sauf pour le seuil de pression de la douleur, avec une réduction de 56,6% contre 44,4% en faveur du groupe PNE (P = 0,035).

En outre, le groupe de physio a consommé un temps de traitement moyen de 20 heures, alors que l’intervention de PNE a duré en moyenne moins d’une heure au total.

Discussion :

Le PNE peut être considéré comme une option de traitement efficace pour la cervicalgie attribuée à un fléau cervical. Fait important, la technique est très rentable, avec un équipement limité requis et une réduction notable du temps de traitement, par rapport à des protocoles de physiothérapie plus complets.

Type d’étude :

Essai contrôlé randomisé.

Niveau de preuve :

1b.

Commentaires :

1- Ils piquent dans l’élévateur de la scapula ! Pour quelle raison ?

2 – On va attendre une étude à trois bras pour se prononcer, puisqu’une étude précédemment sortie dans le Lancet montrait que 20 séances de physiothérapie avaient le même avantage qu’une seule, c’est à dire pas grand effet.

3- Voyons ce qu’on retrouve dans la littérature sur le sujet :

On a çà [2] et ça [3] sur l’épicondyle, et puis çà [4] sur l’épaule.

Dans l’étude non contrôlée [3], la majorité des patients présentaient une absence de récurrence de leur épicondylalgie à 1 an. On ne rigole pas, mais j’espère que de nos jours, même un K1 ne marchera pas dans ce type de fake-étude. Si ?

4- faire de l’électro avec du courant continu, voire même avec des médicaments, des « ionis’ations » comme disaient les vieux, les kinés ont fait ça pendant des années. Il y avait un rapport coût / bénéfice imbatable mais une efficacité nulle, avec une dangerosité intrinsèque. Le fait de piquer directement dans les tissus, ce serait mieux ? On brûle plus vite ? Le courant continu à l’éponge électrique ne passe pas les aponévroses et reste dans le derme ?


Références bibliographiques

[1] Garcia Naranjo J, Barroso Rosa S, Loro JF, Limiana JM, Suarez Hernndez E, A novel approach in the treatment of acute whiplash syndrome: ultrasound-guided needle percutaneous electrolysis. A randomized controlled trial., Orthopaedics and Traumatology: Surgery and Research (2017), https://doi.org/10.1016/j.otsr.2017.09.012

Résumé disponible en ligne

[2] de la Cruz Torres B, Albornoz Cabello M, García Bermejo P, Naranjo Orellana J. Autonomic responses to ultrasound-guided percutaneous needle electrolysis of the patellar tendon in healthy male footballers. Acupunct Med. 2016 Aug;34(4):275-9. doi: 10.1136/acupmed-2015-010993. Epub 2016 Jan 20.

Résumé disponible en ligne

[3] Valera-Garrido F, Minaya-Muñoz F, Medina-Mirapeix F. Ultrasound-guided percutaneous needle electrolysis in chronic lateral epicondylitis: short-term and long-term results. Acupunct Med. 2014 Dec;32(6):446-54. doi: 10.1136/acupmed-2014-010619.

Accès à l’article

[4] José L. Arias-Buría et al. Ultrasound-Guided Percutaneous Electrolysis and Eccentric Exercises for Subacromial Pain Syndrome: A Randomized Clinical Trial. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine. Volume 2015 (2015), Article ID 315219, 9 pages

Accès à l’article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s