Commander isolément le multifide lombaire

Commander isolément le multifide lombaire

Ceux d’entre nous qui ont assisté au cours de Paul Hodges, aux dernières JFK, ont pu être étonnés des consignes données au patient lombalgique pour recruter ses multifides. Ces muscles sont réputés préparer le mouvement et n’être sollicitables isolément qu’à l’aide de contractions contre-faible résistance.

Tout semble se passer comme si un lombalgique chronique ayant sidéré depuis longtemps ses muscles juxta-articulaires utilisait préférentiellement que ses muscles les plus superficiels, mal adaptés à l’ajustement inter-vertébral.

Le but de cette étude était d’évaluer si oui ou non trois instructions verbales différentes modifieraient l’épaisseur musculaire du multifide lombaire différemment chez des individus asymptomatiques et des patients lombalgiques.

Méthodes

Trois instructions verbales ont été sélectionnées pour cette étude. En respirant normalement, le sujet devait :

– gonfler le muscle sous une sonde échographique,
– attirer son nombril vers sa colonne vertébrale
– penser à antéverser son bassin mais sans vraiment le faire.

L’épaisseur du multifide a été déterminée par échographie, sur un sujet en procubitus, au repos et à la suite de l’ordre donné. Il s’agissait de la distance entre la portion la plus postérieure de l’articulation zygapophysaire au plan le plus médian de l’aponévrose séparant le multifide des tissus superficiels.

Les mesures de l’épaisseur des muscles ont été recueillies au repos et pendant les instructions verbales de 21 adultes asymptomatiques et de 21 patients atteints de lombalgie.

Un coussin était glissé sous le ventre du sujet pour limiter la lordose lombaire, la jonction lombo-sacrée ne devant pas être supérieure à 10° (mesure inclinométrique)

Les pourcentages de changement de l’épaisseur musculaire pendant la contraction et au repos ont été comparés entre les groupes et à travers les instructions verbales.

Résultats

Les résultats de l’analyse de variance n’ont montré aucune interaction significative pour L4-5 et L5-S1, mais un effet principal significatif de l’instruction verbale (P = 0,049) à L4-5.

Une analyse a posteriori a montré une augmentation plus importante avec l’instruction verbale 3 qu’avec l’instruction verbale 2 (P = 0,009). Ce n’était pas significatif sur l’un ou l’autre des segments.

Discussion

Les résultats de l’étude suggèrent que les deux groupes ont répondu de manière similaire aux trois instructions verbales, notamment en L5-S1.

Commentaires

Je n’ai pas compris pour quelle raison demander au patient de rapprocher son nombril de son rachis sollicite les multifides ? Les auteurs citent une étude de Manual Therapy prônant la co-contraction entre abdominaux et spinaux comme habituelle.

Manifestement, même si le multifide réagit à ça, c’est peut être pas la meilleure façon de faire : «This discrepancy may indicate a disconnection between the patients’ comprehension of verbal instruction and their performance.»

Est-ce que cette étude n’était pas d’abord destinée à observer une différence contractile des multifides entre lombalgiques et sujets sains ? Apparemment, c’est raté : «Our study also showed no significant difference in muscle thickness change between the two groups at both segments, indicating that both groups responded similarly to the three verbal instructions».

L’achat de mon échographe ne va pas se décider à partir de cette étude.

Questions au lecteur

1- Puisque le multifide est le plus gros et charnu en partie basse, en gros en dedans des EIPS à la hauteur des sacro-iliaques et qu’à ce niveau les spinaux superficiels sont aponévrotiques, pourquoi ne pas utiliser le biofeedback ?

2- Est-ce que l’activité électro-myographique peut être détectée par une autre partie du muscle que son corps musculaire ? Les aponévroses permettent aussi de conduire l’activité électro-myographique ?

3- Est-ce que le point moteur principal du multifide peut être déterminé cliniquement ? Est-il différent de celui des spinaux superficiels ?

A vous lire !

Référence bibliographique

Sharon Wang-Price, Jason Zafereo, Kelli Brizzolara, Lily Sokolowski, Dawn Turner Effects of different verbal instructions on change of lumbar multifidus muscle thickness in asymptomatic adults and in patients with low back pain. J Man Manip Ther. 2017 Feb; 25(1): 22–29.

Accès à l’article

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s