Signe de Thomas


Rédigé par le Mercredi 1 Août 2018




Signe de Thomas
Il s’agit de rechercher l’indépendance du bassin et de la région lombaire dans le plan sagittal.

Procédure

Le patient est en décubitus. La flexion maximale de la hanche et du genou opposés induit une extension relative de celle-ci.
Le sujet en décubitus doit pouvoir étendre ses membres inférieurs sans creuser la région lombale pour que le test soit négatif. En l’absence d’une limitation de l’extension du genou, la face postérieure de cuisse doit être en contact avec la table. Lors de la flexion complète d’un membre inférieur, le membre controlatéral doit rester en contact avec le plan de la table.

Test de Thomas modifié


Il est destiné à mettre en évidence une tension du droit fémoral et des autres fléchisseurs de hanche.
Le patient est en décubitus en bout de table. Les deux hanches et les deux genoux sont fléchies jusqu’à ce que la région lombale soit écrasée sur la table. Un membre inférieur est ensuite laissé ballant vers l’extension, l’autre est maintenu par le patient.

Il faut veiller à l’absence d’abduction ou adduction. Les angles de cuisse et de jambe dans le plan sagittal traduisent l’extensibilité du droit fémoral. Ils peuvent être mesurés.

Le test est négatif si le patient arrive à maintenir un genou en flexion à 90° dans cette position.

Ce test peut mettre en évidence d’autres déficits :

L’absence de contact de la cuisse avec la table indique une tension des autres fléchisseurs,
La mise en abduction relative signe une tension du TFL,
L’absence de contact avec un genou maintenu passivement en extension signe une tension capsulo-ligamentaire antérieure.

Fiabilité

La fiabilité inter-examinateurs est variable voire contradictoire en fonction des études [1, 2, 3, 4].

Références bibliographiques

[1] Clapis PA et al. Reliability of inclinometer and goniometric measurements of hip extension flexibility using the modified Thomas test. Physiother Theory Pract. 2008;24:135-141

[2] Godges JJ et al. Effects of exercise on hip range of motion, trunk muscle performance, and gait economy. Phys Ther. 1993;73:468-477.

[3] Van Dillen LR et al. Effect of knee and hip position on hip extension range of motion in individuals with and without low back pain. J Orthop Sports Phys Ther. 2000;30:307-316.

[4] Winters M et al. Passive versus active stretching of hip flexor muscles in subjects with limited hip extension: a randomized clinical trial. Phys Ther. 2004;84:800-807

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s