Apparemment, toujours pas de preuves en faveur de l’existence des points-gâchettes. Désolé…


couple amour gens femmes

Pour évaluer la rigidité du tissu musculaire de l’infra-épineux, à la fois avec et sans la présence de points-gâchettes latents, les auteurs ont utilisé l’élastographie sous échographie.L’hypothèse primaire était que le muscle présentant un point-gâchette latent présenterait une raideur accrue à l’élastographie.

L’hypothèse secondaire était que les raideurs musculaires (vitesses des ondes de cisaillement dans la région où se situe le point-gâchette seraient plus élevées chez les patients par rapport aux sujets témoins, et seraient similaires entre les deux groupes dans les régions non impliquées.

Lieu de l’étude

Centre de physiothérapie ambulatoire en milieu hospitalier.

Sujets

Échantillon avec n = 9 patients (6 femmes, 3 hommes, âge moyen = 44 (plage = 31-61 ans) présentant des points-gâchettes latents dans l’infraépineux et n = 9 témoins appariés sans points-gâchettes.

Résultats

La vitesse de l’onde de cisaillement du point-gâchette latent (moyenne = 4,09 ± ET1,4 m / s) ne différait pas du tissu musculaire adjacent (3,92 ± 1,6 m / s, p> 0,05), mais elle était plus élevée par rapport aux tissus correspondants chez les sujets témoins (2,8 ± 0,75 m / s, p = 0,02).

La vitesse de l’onde de cisaillement était généralement plus grande dans le muscle du côté sain des patients (3,83 ± 1,6 m / s) que dans le muscle du côté sain des sujets témoins (2,62 ± 0,2 m / s, p = 0,05).

Conclusion

Bien que de discrètes régions présentant une modification de la vitesse de l’onde de cisaillement et ne correspondant pas au point-gâchette ont été observées chez les patients**, des signes d’une raideur musculaire généralement accrue de l’infraspinatus ont été observés par rapport aux sujets contrôles sains.

Commentaire ActuKiné

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire.

Pourquoi le sous-épineux plutôt que le supra ? Plus fiable d’avoir une mesure en comprimant le muscle entre sonde et scapula dans la fosse infra-épineuse que dans la fosse supra-épineuse ?

Une étude précédente avait déjà conclu qu’il n’y avait aucune relation entre des points de supra-épineux déterminée par des experts de plus de 20 ans de pratique en points-gâchettes et une élastographie par IRM. C’est peut être pour ça aussi…

Comment les auteurs ont déterminé avec précision et fiabilité les points-gâchettes ?

Les muscles des scapulalgiques apparaîssent plus raides que ceux des sujets sains, y compris du côté sain…ils veulent dire que généralement, la souffrance d’un patient ne se limite pas à des boutons pressions qui s’allument ?

** Perso, j’adore ces tournures de phrases : « Although discrete regions of increased shear wave speed corresponding to the trigger point were not observed in patients », surtout dans un article intitulé « Preuves d’une raideur musculaire généralisée en présence de points-gâchettes latents de l’infra-épineux » :))

Abord EBP des points-gâchettes scapulaires

Lire aussi

Référence bibliographique  

Grabowski PJ, Slane LC, Thelen DG, Obermire T, Lee KS. Evidence of generalized muscle stiffness in the presence of latent trigger points within infraspinatus. Arch Phys Med Rehabil. 2018 Apr 27. pii: S0003-9993(18)30245-4. doi: 10.1016/j.apmr.2018.03.024. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s