Y’a t’il un autre point-gâchette que celui du trapèze supérieur ?


blue and yellow plastic toy revolver pistol
Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

La sensibilité des tissus peut être mesurée par algométrie. Les seuils réduits de douleur à la pression de la région crânio-cervicale sont censés refléter des signes de sensibilisation du noyau caudal trigemino-cervical *

Une revue systématique a été réalisée pour évaluer la littérature scientifique actuelle décrivant les valeurs de seuil de pression de pression sur cette région chez les patients souffrant de migraine, de céphalée de tension et de céphalée cervicogène.

Une recherche documentaire a été effectuée dans trois bases de données.

Un total de 624 articles ont été identifiés dont les articles pertinents ont ensuite été évalués pour leur qualité méthodologique.

Vingt-deux articles sélectionnés ont été évalués par deux examinateurs indépendants et la majorité des études ont noté un faible risque de biais sur les éléments sélectionnés.

Les valeurs moyennes des seuil de douleur à la pression de plusieurs sites mesurés dans la région cranio-cervicale chez les patients souffrant de migraine, de céphalée de tension chronique et de céphalée cervicogène ont obtenu des résultats plus faibles que ceux des sujets témoins.

Le muscle trapèze (au niveau du point médian entre C7 et l’acromion) était le plus fréquemment ciblé et présentait des valeurs significativement plus basses de seuil de douleur à la pression chez les adultes migraineux (différence moyenne en kPa: 1.26 IC 95%[-1.71 à -0.81] et chronique (différence moyenne en kPa: -2,00 IC95%[ -2,93 à-1,08]).

La plupart des études n’ont trouvé aucune association entre les valeurs des seuils et les caractéristiques de la céphalée telles que la fréquence, la durée ou l’intensité de la pathologie.

Une normalisation plus poussée de la mesure de ces seuils de douleur à la pression dans la région cranio-cervicale est recommandée.


Référence bibliographique

Castien RF, van der Wouden JC, De Hertogh W. Pressure pain thresholds over the cranio-cervical region in headache: a systematic review and meta-analysis. J Headache Pain. 2018 Jan 26;19(1):9. doi: 10.1186/s10194-018-0833-7

Accès à l’article

Articles en rapport avec le sujet

* C’est ce qu’on appelait avant le ganglion de Gasser ?

Le commentaire critique sur cette méta-analyse

Les commentaires portent sur un certain nombre de lacunes méthodologiques plutôt graves.

– Sont analysées et mélangées deux types de céphalées qui montrent une composante de sensibilisation périphérique ou centrale.

– Les protocoles de test sensoriel quantitatifs utilisés sont remis en question : n’utiliser que quelques tests, comme dans ce cas les seuils de douleur de pression, ne donne pas l’image complète de la maladie et ne peut pas distinguer entre la présence et l’absence d’une sensibilisation. Le test pique-touche ou un test thermique auraient donné une image plus claire.

– Il aurait fallu distinguer les tests en période de céphalée ou migraine (?) des tests réalisés chez des sujets «migraineux» en période calme.

– La recherche documentaire a une date butoir précoce (août 2015).

– La présentation des données est peu claire, des études sont passées à la trappe…

Commentaire

Ca ne change pas fondamentalement l’interrogation sur l’existence des points de Knapp / Travell / Simons / … / ???

Je suppose que des praticiens peu au fait des caractéristiques supposées des points-gâchettes (ex latents ou actifs) puissent trouver limite que l’on se base que sur des données palpatoires ?
Il n’en reste que ce sont les seuls outils utilisés usuellement par des kinésithérapeutes. Ils ne sont pas précis ? On a l’habitude ;))

Sinon, d’autres commentaires sur l’existence des points-gâchettes ?

On aurait trouvé d’autre planète habitable que la Terre ? Je veux dire un autre point-gâchette qu’au milieu du trapèze supérieur ?


Référence bibliographique

Luedtke K, Szikszay T, Adamczyk W, May A. Comment on Castien et al. (2018) pressure pain thresholds over the cranio-cervical region in headache – a systematic review and meta-analysis. J Headache Pain. 2018 Apr 13;19(1):30

Article disponible en ligne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s