Mise en évidence des raideurs segmentaires thoraciques


IMG_3662Malgré leur utilisation répandue chez les thérapeutes manuels, il existe peu de preuves concernant la fiabilité de la palpation statique de la colonne thoracique afin de rechercher une lésion manipulable en utilisant la rigidité ou la sensibilité en tant que marqueurs diagnostiques. 

Les auteurs de cette étude ont eu pour objectif de déterminer l’accord entre examinateurs de cet examen et de préciser l’effet d’une formation standardisée pour les examinateurs. 

L’objectif secondaire était d’explorer le consensus des experts sur le degré de sensibilité segmentaire requis pour localiser une « lésion manipulable ».

Méthodes 

Deux chiropraticiens ont utilisé la palpation statique des vertèbres thoraciques à deux reprises, approches pragmatiques et standardisées.

Ils avaient une expérience clinique de 3 ans.

Un troisième examinateur (anatomiste) ou un quatrième examinateur (chiropraticien) ont utilisé un marqueur non toxique, non permanent, pour marquer les niveaux perçus de l’apophyse épineuse des vertèbres thoraciques 1 à 12, afin d’éliminer les erreurs d’identification entre examinateurs. Un seul examinateur a marqué les processus épineux de chaque sujet. 

Les sujets ont évalué la sensibilité sur une échelle numérique de notation de la douleur (NPRS) de 11 points et les évaluateurs ont jugé la rigidité segmentaire en fonction de leur expérience et de leur perception de la mobilité en la jugeant hypomobile ou de mobilité normale. 

La concordance des observations entre examinateurs a été mesurée par le calcul des coefficients de Kappa de Cohen (κ) standards et ajustés en fonction de la prévalence (PABAK). 

Dans une étude préliminaire, un groupe d’experts composé de 10 chiropraticiens avait participé à un processus Delphi afin d’identifier le niveau de sensibilité segmentaire significatif requis pour localiser une « lésion manipulable ».

Procédure 

La palpation statique impliquait un «spring test» effectué de manière médiale sur les apophyses épineuses afin d’évaluer la mobilité segmentaire et la provocation de la douleur. 

Il s’agissait d’une pression douce mais ferme postéro-antérieure sur des sujets en procubitus, de T1 à T12. 

Qualifier un segment comme rigide ou non est une estimation subjective basée sur l’expérience de l’examinateur et sur la perception de la flexibilité «normale». 

Ils ont ensuite obtenu des informations de la part du sujet sur le caractère sensible du segment et l’ont noté sur une échelle numérique d’évaluation de la douleur (NPRS) à 11 points, en expliquant que des scores de 0 représentaient l’absence de douleur et 10 la pire douleur imaginable.

Résultats

Trente-six sujets (20 femmes) de 22,4 (3,4) années de moyenne d’âge ont participé à l’étude, avec une distribution égale de participants asymptomatiques (n = 17) et symptomatiques (n = 17) . 

12998_2018_218_Fig1_HTML

Globalement, l’accord inter-évaluateur pour la rigidité segmentaire de la colonne vertébrale présentait des valeurs de Kappa indiquant une concordance pouvant être inférieure à celle obtenue par hasard (plage κ entre – 0,11 et 0,53).

Après ajustement, le PABAK variait d’un accord faible à substantiel (entre 0,12 & 0,76), un accord modéré ou substantiel étant démontré pour la majorité des niveaux de la colonne vertébrale (T1, T2 et T6 à T12). 

En règle générale, il y avait un accord juste à substantiel pour la rigidité segmentaire (plage de Kappa entre 0,22 & 0,77). 

La formation n’a pas sensiblement amélioré l’accord entre interlocuteurs en terme de qualification de la raideur et de la sensibilité. 

Le processus Delphi a indiqué qu’un score NPRS de 2 sur 10 identifiait une « lésion manipulable » potentielle.

Conclusion des auteurs 

La palpation statique était globalement relativement fiable pour l’identification de la rigidité et de la sensibilité de la colonne thoracique segmentaire, la sensibilité montrant une fiabilité supérieure. En outre, une concordance accrue a été trouvé en région thoracique moyenne. Une brève intervention de formation n’a pas permis d’en améliorer la fiabilité.

Mon avis 

Encore une étude portant sur des examens classiquement enseignés tant en thérapie manuelle orthopédique qu’en chiropraxie, confirmant les résultats précédents : un praticien est incapable de déterminer ce qu’est une raideur «anormale» et tout juste capable de trouver l’endroit où le patient va dire qu’il a mal…

Références bibliographiques 

Beynon AM, Hebert JJ, Walker BF. The interrater reliability of static palpation of the thoracic spine for eliciting tenderness and stiffness to test for a manipulable lesion. Chiropr Man Therap. 2018 Dec 4;26:49. doi: 10.1186/s12998-018-0218-7.

 Articles en rapport avec le sujet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s