Poignet & Main (2) : Repérages et palpations musculaires


En présence d’une plainte douloureuse, une fois éliminée les souffrances à point de départ osseux ou articulaire, il faudra interroger chaque muscle en contraction isométrique contre résistance manuelle. 

Repérage des épicondyliens latéraux 

1

La main posée sur la face postérieure de l’avant-bras permet de repérer le brachio-radial le long du pouce, le long extenseur radial du carpe le long de l’index, le court extenseur radial du carpe le long du médius, l’extenseur des doigts le long de l’annulaire, l’extenseur ulnaire du carpe le long de l’auriculaire [2].

Repérage des épicondyliens médiaux

2

La main posée sur la face antérieure de l’avant-bras permet de repérer le rond pronateur dans l’alignement du pouce, le fléchisseur radial du carpe dans celui de l’index, le long palmaire dans celui du médius, le fléchisseur ulnaire du carpe le long de l’annulaire [2]. 

3

L’index peut s’insinuer entre les palmaires ou entre le long palmaire et le fléchisseur ulnaire du carpe, les individualisant jusqu’à la partie moyenne de l’avant-bras [10].

Mise en évidence du long extenseur radial du carpe au coude

Le long extenseur radial du carpe (LERC) peut se palper au niveau sus-épicondylien en demandant une inclinaison radiale du poignet, sans flexion du coude. C’est la petite « boule » que l’on observe latéralement au pli du coude. 

Mise en évidence des extenseurs radiaux du carpe au poignet

4
Palpation des tendons des LERC et CERC au poignet

Long et court extenseur radial du carpe (CERC) (ex 1° et 2° radial) passent à la face latérale du tubercule du radius. Demander au sujet de fermer la main. La tension de ces muscles, ayant pour fonction de maintenir la palette métacarpienne en extension afin d’éviter que les fléchisseurs des doigts l’attirent en flexion, est palpable lors de la flexion forcée des doigts.

Palpation du fléchisseur ulnaire du carpe  

5

L’ex cubital antérieur est palpable à son insertion sur le pisiforme. Il forme le galbe de l’avant-bras. On peut insinuer l’index entre le fléchisseur ulnaire du carpe (FUC) et long palmaire.

Mise en évidence du long palmaire 

7

Le long (ex-petit) palmaire est mis en évidence, lorsqu’il existe, par l’appui résisté du pouce sur les derniers doigts, qui met en tension le rétinaculum des fléchisseurs (ex ligament annulaire antérieur du carpe) par les muscles thénariens et hypothénariens s’y insérant, ou par le travail du court abducteur du pouce qui fait saillir le long palmaire par la tension qu’il engendre sur ce rétinaculum.

6

Palpation du fléchisseur radial du carpe 

L’ex-grand palmaire est mis en évidence en dehors du long palmaire. L’index peut s’insinuer entre long palmaire et fléchisseur radial du carpe (FRC).

Mise en évidence de l’extenseur ulnaire du carpe 

8

L’ex-cubital postérieur peut-être palpable en arrière de la styloïde ulnaire lorsque l’on demande une inclinaison ulnaire ou lorsque l’on demande une abduction du pouce, puisqu’il stabilise la palette métacarpienne. Son insertion longe la crête ulnaire ; la palpation de la crête ulnaire lors d’une extension en inclinaison ulnaire met en évidence sa contraction qui n’est pas parasitée par celle des autres épicondyliens latéraux.

Palpation et repérage du canal carpien 

9

Très schématiquement, le canal carpien s’inscrit entre le scaphoïde, le tubercule du trapèze, le pisiforme, le crochet de l’hamatum.

Portion quadrilatère délimitée par le pisiforme et l’uncus de l’hamatum (apophyse unciforme de l’os crochu) en dedans, les tubercules du trapèze et du scaphoïde en dehors, elle aménage un passage pour le nerf médian et les tendons des fléchisseurs.

Palpation du fléchisseur des doigts 

10

Le fléchisseur superficiel se palpe à travers les palmaires, entre FUC et long palmaire, lors de la flexion des articulations inter-phalangiennes proximales (IPP). Il est difficilement dissociable du fléchisseur profond qui emprunte en profondeur le même trajet.

Palpation du court abducteur du pouce 

11

Il est le plus superficiel des muscles thénariens, fronçant la peau de l’éminence thénar lors de sa contraction. Il s’insère sur le rétinaculum des fléchisseurs, puisque sa contraction permet de mettre en évidence le long palmaire lorsqu’il existe. Lors de sa contraction, son expansion sur le tendon du long extenseur du pouce place le pouce en regard de l’index, en extension des phalanges.

Repérage des extenseurs extrinsèques du pouce et de l’index 

12

Les doigts longs posés sur la face postérieure de la partie inférieure de l’avant-bras permettent le repérage des extrinsèques. L’index de l’examinateur indique le long abducteur du pouce, le médius le court extenseur, l’annulaire le long extenseur, l’auriculaire l’extenseur de l’index [2].

Repérage actif des muscles extrinsèques du pouce 

Long abducteur et court extenseur sont accolés lors de l’abduction du pouce dans le plan de la main. Une abduction en avant de ce plan met en évidence le long abducteur, une abduction en arrière de ce plan met en évidence le long extenseur. 

Mise en évidence de l’opposant du pouce 

Immédiatement en dessous du court abducteur, il fait subir à la colonne du pouce une rotation afin de présenter sa pulpe aux autres doigts. Il enroule le 1° métacarpien et ne s’insère pas sur les phalanges. Il est palpable au bord latéral de cet os si les autres thénariens sont atrophiés.

Mise en évidence du court fléchisseur du pouce 

Ce muscle est en deux faisceaux, le superficiel innervé par le nerf médian, le profond par le nerf ulnaire. Le tendon du long fléchisseur du pouce passe entre ces deux faisceaux, est palpable lors de sa contraction ce qui permet de discerner les faisceaux du court fléchisseur à la base du pouce.

La physiologie différente des deux faisceaux permet de repérer le muscle lors de sa contraction :

  • Le faisceau superficiel place le pouce en regard de l’index, en flexion de la méta-carpo-phalangienne, l’inter-phalangienne restant en extension de par l’expansion dorsale.
  • Le faisceau profond permet au 1° métacarpien et à la 1° phalange de glisser sur la face palmaire des têtes métacarpiennes.

Mise en évidence de l’adducteur du pouce 

Ce muscle présente la physiologie la plus simple des thénariens ; stabilisateur de la colonne du pouce, il place celle-ci en adduction lorsqu’elle est en abduction, en abduction lorsqu’elle est en adduction, en flexion lors de l’extension, en extension lors de la flexion. Il tracte le sésamoïde médial en fermant la 1° commissure. Il est secondé par le 1° inter-osseux palmaire qui présente la même innervation. Il permet le maintien d’une préhension entre pouce et paume de la main lorsque les autres thénariens sont atteints.

Anatomie fonctionnelle de la main


Références bibliographiques

[2] Hoppenfeld S. Examen clinique des membres et du rachis. Collection de rééducation fonctionnelle et de réadaptation. Masson. 1990 

[10] Tixa S. Atlas d’anatomie palpatoire du cou, du tronc, du membre supérieur. Investigation manuelle de surface. Masson 1999.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s