Poignet & Main (4) : Tester l’intégrité ligamentaire du poignet


Généralités  

Les tests ligamentaires de provocation à la douleur du poignet se proposent de tester son intégrité ligamentaire. Un test est considéré comme positif uniquement s’il reproduit la douleur ayant motivé la consultation du patient, avec ou sans hyper-mobilité comparativement au côté opposé. Il est considéré probablement positif en présence d’une hypermobilité ou s’il provoque une douleur ne correspondant pas à la douleur originelle. 

Validité 

boussoleLa plupart des tests de provocation ci-dessous, réalisés par des kinésithérapeutes expérimentés dans le domaine, présentent peu ou ne présentent pas d’intérêt pour diagnostiquer les blessures ligamentaires, lorsque ces examens sont comparés à une arthroscopie [8], à l’exception du test du scaphoïde, des tests médio-carpien et radio-carpiens inférieurs, qui sont d’une utilité relative. 

Coupler ces tests à l’IRM pourrait légèrement améliorer la prise de décision, mais l’IRM seule n’est pas non plus une évaluation à la validité parfaite.

Test de décalage du scaphoïde (Scaphoid Shift test) 

Objectifs

Il s’agit de comprimer le tubercule du scaphoïde en direction dorsale à la recherche d’une douleur ou d’une impression de subluxation. Le patient est assis, avant-bras vertical, en pronation. 

Procédure 

Le kinésithérapeute assis face à lui, amène d’une main le poignet d’une inclinaison ulnaire et légère extension à une inclinaison radiale et flexion,  pendant que le pouce de l’autre main comprime le tubercule du scaphoïde. Cette pression étire le ligament scapho-lunaire et s’oppose à la rotation normale du scaphoïde (pronation du scaphoïde) lorsque le poignet passe de l’inclinaison ulnaire à l’inclinaison radiale [3]. 

Variante : le test de Watson

Le test de Watson, reprend les mêmes mouvements de la main, mais la face dorsale de celle-ci est posée sur la table en supination.

Test de mobilité entre lunatum et triquetrum 

1
Test du ligament luno-triquetral

Objectifs

Le test du ballottement est un cisaillement dorso-palmaire du complexe triquetrum-pisiforme en stabilisant le lunatum, main en pronation. Il s’agit de s’assurer de l’intégrité du ligament unissant le lunatum au triquetrum. 

Valeurs 

Le test est considéré comme positif en présence de crépitations, douleur, hypermobilités.

Test des glissements sagittaux radio-carpiens 

2

Objectifs 

Le mouvement d’antériorisation du carpe par rapport à la cavité glénoïde anté-brachiale doit être possible s’il n’existe pas de restriction capsulaire ou ligamentaire. Il ne doit pas être excessif comparativement au côté opposé.

Procédure 

Le patient est en décubitus. Le praticien empaume à deux mains le poignet du patient. Fixant l’avant-bras, il mobilise la première rangée du carpe vers le ventral et le caudal. Une hypomobilité est constante après immobilisation.

Test de mobilité médio-carpien 

3

Procédure 

Patient la main en pronation, le kinésithérapeute latéral à lui stabilise la première rangée des os du carpe et mobilise en cisaillement dorso-palmaire la 2° rangée par rapport à la première. 

Valeurs 

Le test est considéré comme positif en présence de douleur et d’un bruit articulaire traduisant une subluxation.

Test de l’articulation radio-ulnaire inférieure 

Il évalue les ligaments radio-carpiens dorsaux et palmaires. 

Procédure 

Il s’agit de mobiliser l’ulna en dorso-palmaire, en stabilisant le radius. Il est proposé que la position de pronation teste le ligament radio-ulnaire ventral, que celle de supination teste le ligament radio-ulnaire dorsal. 

Test de contrainte du disque articulaire du carpe

Procédure 

Le patient est assis, avant-bras vertical, kinésithérapeute face à lui. Une main stabilise le radius et l’avant-bras alors que l’autre réalise des mouvements de cisaillement dorso-ventraux de l’ulna. L’inclinaison ulnaire permet un mouvement plus ample puisque cela relâche les tissus environnants. L’inclinaison radiale doit les réduire, sauf s’il existe une une hyperlaxité. 

Valeurs 

Le test est positif lorsqu’une hypermobilité est constatée. 

Variante 

Une variante se fait en compression axiale.


13.3.19 : Remarques de Grégory Mesplié sur cette note 

914pF8vWe1L._SY600_
C’est lui

Pour le Shift Test, la pronation n’apporte rien au niveau SL mais augmente par contre les contraintes sur l’espace LT. Lors du passage en IR, le scaphoïde se déplace en flexion / pronation / IU et le pouce en appui sur le tubercule s’oppose à ce mouvement, pouvant déclencher un ressaut dorsal.

Le test de Watson est plus utilisé mais avec une sensibilité et spécificité de l’ordre de 0,6

L’IRM n’est pas l’examen de choix pour les lésions des ligaments du poignet (surtout intra-articulaire). C’est l’arthroscanner qui permet de valider une lésion ligamentaire dont le SL représente plus de 85% des cas.

9782840237570-reeducation-main-tome-bilan-diagnoctic,-techniques-reeducation-poignet-traumatique_g
C’est son bouquin

Le test de mobilité « médio-carpien » est peu représentatif d’une instabilité média-carpienne. En cas d’instabilité médio-carpienne palmaire (90% des cas), cela correspond à une atteinte du ligament triquetro-hamato-capital et on observe un « clunk-test » représentatif correspondant au passage brusque de la première rangée d’une position de flexion en IR à une extension en IU. Normalement cette transition est progressive mais en cas d’instabilité média-carpienne palmaire, elle est brusque et parfois douloureuse.

Le test de contrainte du disque articulaire ou grinding test doit être fait en IU ou l’index radio-ulnaire devient positif, mettant en avant une souffrance du disque articulaire. En supination, l’IU met en avance une instabilité de l’EUC.


Références bibliographiques

[3] LaStayo P, Howell J. Clinical provocative tests used in evaluating wrist pain: a descriptive study. Journal of Hand Therapy. 1995; 8: 10–17

[8] Prosser R, Harvey L, LaStayo P et al. Provocative wrist tests and MRI are of limited diagnostic value for suspected wrist ligament injuries: a cross-sectional study. Journal Of Physiotherapy. 2011Volume 57, Issue 4, Pages 247–253

Mesplié G et al. Rééducation de la main Tome 1 . Bilan diagnostic, techniques de rééducation et poignet traumatique. Sauramps Médical. 2011.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s