12- Traitement multimodal de la trapézo-métacarpienne 


Une prise en charge devrait aujourd’hui associer à des degrés divers les prise en charge actives, passives et neurales.

Un traitement des souffrances trapèzo-métacarpiennes validé [11] vient ici illustrer ce qui devrait être la règle des traitements en kinésithérapie des troubles musculo-squelettiques. 

Il associe mobilisation passive de l’articulation, glissements neuraux des nerfs médian et radial, exercices actifs, à raison de 12 séances en un mois.

boussoleValidité 

Comparativement à un traitement inactif (ultra-sons sans intensité), les souffrances comme les seuils de douleur à la pression sont cliniquement significativement moindres dans le groupe bénéficiant de ce traitement [11]. 

Mobilisation passive de la trapézo-métacarpienne 

1
Schéma de la position respective des articulations

Il s’agit d’une articulation en emboîtement réciproque. Le cavalier trapèze est assis sur la selle du cheval métacarpien. On peut schématiser la forme de l’articulation en plaçant les premières commissures ouvertes en face à face : la main du kinésithérapeute simule le métacarpien, celle du patient le trapèze. La position neutre se situe en légère antépulsion du pouce. 

Le peu d’emboîtement de cette articulation permet de s’affranchir des règles classiques de mobilité, mais classiquement : 

Pour réaliser un mouvement d’opposition ou de contre-opposition, il s’agit de mobiliser une surface concave (métacarpien) sur une surface convexe (trapèze). Le glissement est donc dans le sens du mouvement. L’axe se situe au niveau du trapèze (surface convexe).

Pour réaliser un mouvement d’abduction-adduction, il s’agit de mobiliser une surface convexe (métacarpien) sur une surface concave (trapèze). Le glissement est donc dans le sens inverse du mouvement. L’axe se situe au niveau du métacarpien (surface convexe).

3
Flexion

 

2
Extension

 

4
Abduction de la trapézo-métacarpienne
5
Adduction de la trapézo-métacarpienne

La posologie est de l’ordre de 3 minutes par mobilisation passive, répétée 3 fois avec une minute de repos.

Technique de glissement du nerf médian 

6
Glissements du nerf médian en flexion du poignet – extension du coude / flexion du coude – extension du poignet (photos issues de l’article).

Objectifs

Il s’agit de faire glisser le nerf médian sans le mettre en tension. 

Procédure 

Le patient est en décubitus et le praticien est debout face à lui. Le moignon de l’épaule est fixé en position basse à l’aide de la main crâniale du kinésithérapeute posée à plat sur la table. La main caudale réalise, le membre supérieur du patient maintenu en abduction, rotation latérale relatives de l’épaule, une alternance de mobilisation passive en :

Extension du coude et flexion du poignet.

Flexion du coude et extension du poignet. 

 

Technique de glissement du nerf radial 

7
Glissements du nerf radial en pronation de l’avant-bras – flexion du coude, supination de l’avant-bras – extension du coude (photos issues de l’article).

Objectifs

Il s’agit de faire glisser le nerf radial sans le mettre en tension.

Procédure 

Le patient est en décubitus, le kinésithérapeute debout ou assis du côté du membre à traiter. Il réalise des alternances de mobilisation passive en :

Dépression du moignon de l’épaule, rotation médiale scapulo-humérale, pronation, flexion du coude, du poignet, du pouce et des doigts

Élévation du moignon de l’épaule, rotation médiale scapulo-humérale, supination, extension du coude, du poignet, avec relâchement de l’appui sur le pouce et les doigts.

L’appui sur le moignon de l’épaule se réalise de la hanche ou de l’épaule selon que le kinésithérapeute est debout ou assis. 

La posologie est de deux fois 5 minutes avec une minute de repos, pour chaque traitement neural.

 

Exercices actifs 

Ce sont des exercices montrés au patient, et à réaliser par lui à domicile.

  • Poignet et main en position neutre, flexion et retour en position neutre uniquement de la métacarpo-phalangienne du 2° au 5° doigt. 
  • Poignet et main en position neutre, flexion et retour en position neutre uniquement des IPP et IPD du du 2° au 5° doigt.
  • Poignet et main en position neutre, fermer le poing
  • Contacts pulpo-pulpaires du pouce avec les autres doigts
  • Main à plat, abduction maximale des doigts 
  • Contact de la pulpe du pouce avec la métacarpo-phalangienne du 5° doigt.
  • Compressions fortes d’une balle de type Thera-Band ® en fermant le poing, entre pouce et la face latérale de l’index, entre pouce et pulpe des autres doigts, un par un. Elles se font avec une balle peu résistante (jaune) au début du traitement, en montant graduellement en fonction des capacités du patient, 10 répétions les 4 premières séances, 12 répétitions les 2 suivantes, 15 les deux autres, 20 les 4 dernières.

Références bibliographiques

[11] Villafañe JH, Cleland JA, Fernández-de-las-Peñas C. The Effectiveness of a Manual Therapy and Exercise Protocol in Patients With Thumb Carpometacarpal Osteoarthritis: A Randomized Controlled Trial. J Orthop Sports Phys Ther 2013;43(4):204-213

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s