Les kinés sont indécrottables : ils pensent qu’il y a une bonne façon de s’asseoir et de se tenir debout


Dans la même ligne directrice que leur article portant sur la meilleur façon de lever une charge, les O’Sullivan s’intéressent aux idées préconcues des kinésithérapeutes sur la meilleure façon d’être debout et assis. Pour eux, la meilleure façon c’est n’importe comment. Pour les kinésithérapeutes grecs, manifestement, les conceptions sont plus classiques…

Leur étude s’est donné comme objectif de déterminer les croyances des physiothérapeutes en ce qui concerne la posture optimale en position assise et debout.

Conception 

Sondage en ligne.

Méthodes 

544 physiothérapeutes grecs ont choisi une posture assise optimale, parmi sept postures différentes et une posture debout optimale, parmi cinq, tout en justifiant leur choix.

Résultats 

L’éducation relative à une posture assise et debout optimale était considérée comme «considérablement» ou «très» importante par 93,9% des participants. 

Sans titreTrois postures d’assise différentes et deux postures debout différentes ont été choisies comme postures optimales par 97,5% et 98,2% des physiothérapeutes, respectivement.

Globalement et sans surprise, les postures choisies respectaient toutes la lordose lombaire en position assise et debout, les positions relâchées, tête en avant n’étant presque jamais sélectionnées. 

Conclusions des auteurs

Ces résultats suggérent que les postures en position lordotique assise et debout sont considérées comme optimales par les kinés, malgré le manque de preuves solides qu’une posture spécifique soit liée à de meilleurs résultats pour la santé.

Commentaire

« Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage »

On a bien compris le message, qui vient à contre-courant de ce qui est classiquement  admis, à savoir que l’on ne doit pas se préoccuper de la posture du patient puisque les contraintes majorées de certaines postures ne suffisent pas à provoquer une lombalgie.

Mais l’exemple cité par les auteurs vaut son pesant de cacahuètes. Pour venir appuyer l’absence de relation entre posture et lombalgie, ils avancent qu’on ne peut pas prouver la survenue de lombalgie lors de positions maintenues en extension thoracique et lordose lombaire, soit l’inverse des positions habituellement incriminées dans les douleurs rachidiennes.

Ils sont mignons.

For example, while specific StPs adopted for a prolonged time involving increased lumbar lordosis or increased thoracic extension have been implicated in the development of spinal symptoms (Gallagher et al., 2014; Sorensen et al., 2015), longitudinal studies have failed to demonstrate a strong relationship between these postures and LBP (Smith et al., 2017).

OK, OK, mais en fait, quelle est la meilleure façon de s’asseoir ou de rester debout ?

Imaginer qu’il y a une «posture optimale» assise ou debout fait débat chez les professionnels de la santé depuis toujours. 

Chaise de StaffelStaffel, en 1884 réglait le problème de la station assise des élèves en les plaçant les chevilles, les genoux, les hanches à 90°, le dos bien droit. 

Depuis, les positions de moindre contraintes articulaires, comme si on laissait un homme se relaxer dans le vide sont revenues sur ces concepts très prussiens… .

géométrie-de-moindre-contra

.. mais nous ne sommes toujours pas loin de l’orthopédie (étymologiquement « remettre les enfants droits »), et de l’alignement des bidasses dans la cour de la caserne, pour que le sergent ne voit qu’une tête.

army authority drill instructor group
« – La ligne de gravité en avant de la cheville, soldat ! – Chef, oui chef ! -M’ferez quatre jours ! » Photo de Pixabay sur Pexels.com

Il y a des croyances largement acceptées par les kinés concernant les «bonnes» et les «mauvaises» postures. L’idée de départ est toujours la même :

  • Une bonne posture diminue les contraintes articulaires, 
  • Une mauvaise posture augmente les contraintes articulaires.

Globalement :

  • Nous sommes revenus de la posture debout complètement alignée du garde-à-vous militaire pour se rendre compte que la tête était habituellement un peu projetée en avant, que la ligne de gravité passe habituellement en avant de la cheville, par une articulation en forme de hamac, bien mieux conçue que la cheville pour amortir le poids.
  • La plupart des auteurs recommandent un maintien de la lordose lombaire en position assise, de façon à rapprocher la forme de la région lombaire en station assise de celle adoptée en position debout.

Est-ce que le non respect de ces postures nous fait courir un plus grand risque de lombalgie ?

La contrainte n’est pas le facteur causal d’une rachialgie. Les patients ne sont pas douloureux simplement parce qu’ils se tiennent mal.

  • Il n’y a pas de preuves que des contraintes modérées soient responsables de lombalgie, bien au contraire : la douleur lombaire a une relation particulière avec l’activité physique : elle augmente quand il n’y en a pas ET quand il y en a de trop. On dit que la relation n’est pas linéaire, mais qu’elle adopte une courbe en forme de «U».
Sans titre 2
Heneweer H et al. Physical activity and low back pain: A U-shaped relation? Pain. Volume 143, Issues 1–2, May 2009, Pages 21–25
  • Il y a des preuves en faveur d’une survenue de la lombalgie lors de contraintes subies et mal vécues, et/ou trop longtemps maintenues.

Face à une patiente obligée de rester 7 heures par jour assise sur une chaise bancale, il n’est pas encore interdit au kinésithérapeute d’indiquer qu’un soutien lombaire maintenant la lordose et que se lever régulièrement sont des moyens de diminuer ses contraintes.

Derrière le discours provocateur de O’Sullivan, il y a des conséquences sociales qui peuvent conduire à nier l’impact des situations contraignantes au travail.

Or, tout le monde n’a pas la chance d’avoir une table à hauteur variable, dans un métier choisi, sympa et rémunérateur.


Références bibliographiques 

S24687812Korakakis V, O’Sullivan K, O’Sullivan PB, Evagelinou V, Sotiralis Y, Sideris A, Sakellariou K, Karanasios S, Giakas G. Physiotherapist perceptions of optimal sitting and standing posture. Musculoskelet Sci Pract. 2019 Feb;39:24-31. doi: 10.1016/j.msksp.2018.11.004.

Articles en rapport avec le sujet

(Article en accès libre) 

Heneweer H et al. Physical activity and low back pain: A U-shaped relation? Pain. Volume 143, Issues 1–2, May 2009, Pages 21–25

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s