Rechercher la vertèbre thoracique responsable des douleurs


Le traitement en thérapie manuelle de la région thoracique se résume souvent à la recherche et au traitement d’une limitation vertébrale segmentaire.

Les ostéopathes analysent globalement l’individu à la recherche de la «lésion primaire ostéopathique primaire», après identification des «lésions secondaires», compensatrices, les partisans de la thérapie manuelle orthopédique cherchent à mettre en évidence des régions «coupables» après identification de régions «victimes», … Tous conviennent que la résolution des troubles d’une région peut aussi se faire grâce à l’intervention isolée sur une région distante, muette. 

La région thoracique est ainsi l’une de leurs régions coupables favorites. Selon leurs convictions, ils y rechercheront une douleur provoquée lors de la mobilité segmentaire et/ou un défaut de mobilité visible ou palpable.

Ces concepts biomécanistes réduisent souvent la cage thoracique au jeu de ses pièces osseuses et ne tiennent pas compte de l’éventualité d’un contrôle moteur déficient. Ils provoquent des contraintes physiques interprétées en fonction du contexte par les centres supérieurs.

Observations & signes cliniques

Recherche d’une douleur segmentaire articulaire 

Il s’agit d’une douleur provoquée à la pression sur l’épineuse ou lors du mouvement. Ainsi :

  • Maigne interroge le segment par appuis des pouces sur les épineuses en rotation (les pouces appuient de façon convergente sur deux processus épineux adjacents) ou en extension (les pouces appuient sur les deux processus transverses d’une même vertèbre) ou en flexion (le passage d’une clé sur le ligament surépineux peut réveiller une douleur existante lors de sa mise en tension en ouverture inter-épineuse).
  • Sohier interroge le patient sur le sens de la douleur, à la recherche d’une douleur apparaissant immédiatement en convergence (fermeture du foramen inter-vertébral), pouvant apparaitre plus tardivement en divergence (ouverture du foramen) [48].
  • Maitland [36] réalise une mobilisation passive postéro-antérieure par appui sur les épineuses et demande au patient si la manoeuvre est douloureuse en fonction de l’intensité de son appui. 

Les valeurs doivent être binaires pour accroître la reproductibilité ; la vertèbre est considérée comme douloureuse ou non. La fiabilité de cette évaluation est modérée, mais supérieure à l’estimation d’un défaut de mobilité par le même procédé [43].

Mise en évidence d’une allodynie segmentaire cutanée 

Il s’agit d’interroger la peau en regard d’un étage vertébral.

Pincer cette peau voire simplement l’effleurer peut provoquer une douleur vive, unilatérale, systématique, exagérée.

Une hyperalgie segmentaire thoracique peut se retrouver, avec une excellente fiabilité, notamment chez plus de 70% des cervicalgies attribuées à un fléau cervical [7], lors du passage d’une roulette dentée (Wartenberg pinwheel ®).

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s