11- Observations & mesures lombaires en position assise

Après la station debout, deuxième temps de l’examen par position, qui limite les pertes de temps liées aux allers et retours entre une position et une autre.

Observations & signes cliniques

Recherche d’une asymétrie paraspinale en flexion lombaire 

1

Ces impressions d’asymétries paraspinales chez le lombalgique sont très fréquentes et fluctuent en fonction de l’évolution et des traitements. 

Elles se rapprochent de celles décrites par Sahrmann comme des facteurs accompagnant certains syndromes douloureux lombaires, en rotation notamment [80]. 

Procédure 

Le patient est assis en bord de table, en flexion rachidienne complète, pieds au sol. Le praticien, en arrière de lui ou face à lui, pose ses pouces symétriquement étage par étage (d’une largeur de pouce) ou les fait glisser le long des muscles paravertébraux, à la recherche d’une asymétrie segmentaire.

Valeurs

La présence d’une scoliose lombaire peut être connue du patient et considérée comme responsable d’une gibbosité unilatérale, plus fréquemment à gauche, peu ou pas réductible par la thérapie manuelle. En dehors de cette limitation avérée, cette asymétrie est attribuée à :

  • Un syndrome en rotation douloureuse [80].
  • Un refus de glissement unilatéral en divergence d’une articulaire sur son homologue sous-jacente, d’origine articulaire ou lié à une contracture paravertébrale homolatérale [51]. 

Il n’y a pas de relation évidente entre cette asymétrie et la douleur ressentie par le patient, même s’il est concevable qu’une douleur en compression à droite sur un même étage puisse être compensée par une sidération des spinaux droits et une activité accrue observée des spinaux gauches.

Le concept de Fryette 

2
Tonton Fryette

Fryette [24], repris par Mitchell, considérait qu’une postériorité paravertébrale segmentaire et unilatérale gauche apparaissant en flexion complète du rachis traduisait l’incapacité pour le segment vertébral de se placer en flexion inclinaison latérale droite et rotation droite. Cette postériorité, est le point d’appui sur laquelle l’ostéopathe agit lors d’une manipulation vertébrale directe. L’effacement de cette postériorité immédiatement après traitement est pour lui l’indication de la réussite de la technique.

boussoleCe concept est considéré comme dépassé [38] car ne correspondant pas à la véritable biomécanique rachidienne. Si la plupart des études [16] indiquent qu’il existe un mouvement couplé de rotation et d’inclinaison latérale lombaire, toutes ne tombent pas en accord sur le caractère homo ou controlatéral de ces mouvements. 

En conséquence, il est hasardeux de bâtir un raisonnement thérapeutique sur des «lois» de mobilité immuables, d’autant que les vertèbres à l’anatomie et au jeu symétrique sont plus l’exception que la règle.

Recherche d’une asymétrie dans les plans horizontal et frontal 

3

Une vertèbre réalise à la fois une inclinaison latérale et une rotation, mais raisonner cliniquement plan par plan est plus facile. 

Objectifs

Il s’agit là de mettre en évidence un ou plusieurs étages vertébraux apparemment limités en amplitude par rapport aux étages sus- et sous-jacents, de façon unilatérale. La station assise place le rachis lombaire en flexion; elle doit être majorée de façon à désengager les articulaires postérieures et amplifier le mouvement de rotation observable.

Procédure

Le sujet est assis en bord de table, le kinésithérapeute en arrière de lui. En partant de la tête, imposer au patient une rotation de l’ensemble de la colonne vertébrale vers la droite et la gauche. Procéder de même avec l’inclinaison latérale. Rechercher des dysharmonies de courbures perturbées à la fois en rotation et inclinaison latérale au même étage. Dans la même position, faire glisser le pouce le long des épineuses, à la recherche d’une cassure dans l’harmonie de la courbure, en inclinaison latérale, en rotation, pour confirmer l’impression visuelle.

5
La station assise érigée imbrique les facettes lombaires et limite la rotation lombaire

Test de la flexion lombaire sujet assis 

6

Objectifs

Il est destiné à rechercher un défaut d’ouverture inter-épineuse lombaire.

Procédure 

Le kinésithérapeute latéral au patient le soutient par une prise sous les avant-bras. Il imprime par le thorax un mouvement de flexion antérieure du tronc ; une main palpe l’ouverture inter-épineuse lombaire. L’absence d’ouverture signe la restriction de l’étage testé.

Test de l’extension active du genou sujet assis 

7
Test de l’extension active du genou sujet assis selon Sahrmann

Objectifs

Il est destiné à analyser l’indépendance entre membres inférieurs et rachis lombaire, la présence d’une rotation lombaire [80].

Procédure 

Le patient, en station assise érigée, est invité à étendre un genou. Un sujet sain et souple doit pouvoir réaliser ce geste sans se placer en cyphose lombaire.

Valeurs

Une asymétrie unilatérale apparaissant lors de l’extension du genou homolatéral est pour Sahrmann le signe d’une raideur des ischio-jambiers, le rachis se plaçant en rotation homolatérale pour compenser [80]. Ce mouvement n’est pas douloureux dans un syndrome douloureux en extension sauf s’il existe une hypersensibilité neurale sciatique. Il est douloureux lors d’un syndrome douloureux en flexion.

Examen neural patient assis 

La fréquence des douleurs neurales accompagnant les rachialgies basses nécessite l’examen voire le traitement des souffrances de cette origine (Voir le chapitre consacré au membre inférieur douloureux).

Recherche d’une douleur rachidienne en flexion sujet assis 

8

Objectifs

Il s’agit de mettre en évidence une souffrance neurale ou musculo-squelettique en flexion en charge. Il permet au patient de décrire un trajet douloureux éventuel, de pointer du doigt une région douloureuse. Il est bien sûr positif dans un syndrome douloureux en flexion.

Procédure 

Le patient est assis sur la table, jambes tendues. La position peut être adaptée, si besoin, avec un coussin sous les genoux ou davantage de flexion rachidienne. Le kinésithérapeute stabilise en compression le rachis au niveau de la jonction cervico-thoracique.

Valeurs 

La survenue de douleurs bilatérales en éclair dans les deux membres inférieurs lors de la réalisation de ce test doit inciter à la prudence. Ce pourrait être l’indication d’une souffrance neurologique centrale (signe de Lhermitte) retrouvée par exemple dans une sclérose en plaque.

Variante en différentiation structurale 

La différentiation peut être réalisée par une flexion de genou. Celle-ci détend le névraxe ; la disparition des douleurs signe l’implication neurale dans les douleurs rachidiennes. Dans le cas contraire, il s’agit vraisemblablement d’une hypersensibilité musculo-squelettique. 

Mesures 

Mesure au goniomètre-boussole de la rotation, sujet assis 

9

Procédure 

Sujet à califourchon sur la table, en position assise naturelle, les bras croisés « à l’égyptienne ». Le kinésithérapeute place une boussole de randonnée sur le thorax ou sur le sternum du patient et imprime un mouvement de rotation. Il doit contrôler le respect du plan rotatoire et l’absence d’inflexion.

boussoleFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs de cet examen est bonne [29].

Mesure au mètre-ruban de la rotation, sujet assis 

10

Procédure 

Assis en arrière du patient, le kinésithérapeute mesure la distance entre l’acromion et l’EIPS controlatérale (il est possible de demander au sujet de maintenir le mètre ruban plaqué contre l’acromion).

boussoleFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs est très bonne [71].

Remarque 

Les autres mesures (EIAS-acromion ou EIAS-patella opposée) ne sont pas recommandées, à cause du volume des seins et/ou de l’abdomen, de l’absence de repère ponctuel sur la patella, de la tension variable du mètre ruban.

Mesure de la flexion du sujet assis et debout à l’électrogoniomètre 

11
BodyGuard ®

Une illustration de ce qui pourra se faire lors de la démocratisation de ces nouveaux outils de mesure.

Procédure 

Une jauge de contrainte de 6 cm, de type BodyGard ®, est placée en utilisant du ruban adhésif sur les apophyses épineuses de L3 et S2, déterminées par palpation manuelle. Elle est calibrée par rapport à la position assise et debout. 

Sujet assis sans dossier, pieds au sol, hanches et genoux fléchis à 90°, le patient réalise une extension lombaire et une flexion maximales en station debout, une antéversion et rétroversion maximale en station assise. La flexion maximale maintenue est calibrée comme étant la position zéro, après trois essais. L’extension maximale est obtenue par lordose maximale. En position debout, le même processus est réalisé, à partir d’une position zéro en délordose lombaire maximale.

boussoleFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs est très bonne [57]. 

Validité 

Comparé à des radiographies dynamiques, le test semble reproduire les amplitudes avec fidélité [57]. 


Références bibliographiques 

[16] Edmond S. Does the Evidence Support the Existence of Lumbar Spine Coupled Motion ? A Critical Review of the Literature. J Orthop Sports Phys Ther. 2007;37(4):169-178.

[24] Fryette HH. Principes des techniques ostéopathiques (traduction). SBORTM éditeur. Belgique. 1983

[29] Gouilly P. Revue bibliographique du diagnostic kinésithérapique du lombalgique. Conférence de consensus sur les lombalgies. AFREK. 1998

[38] Le Roux P. Mobilité tridimensionnelle in vivo du rachis: Base de la thérapie manuelle. Kinésithérapie, la Revue, Volume 10, Issue 107, November 2010, Pages 19-21

[51] Mitchell Jr F. The muscle energy manual. Evaluation and treatment of the thoracic spine, lumbar spine & Rib cage. Volume 2. MET Press. 2004

[71] Ughetto J, Lempereur JJ. Étude de la reproductibilité intra- et inter-observateurs des mesures centimétriques de la mobilité du rachis cervical et du rachis thoracolombaire. Kinésithérapie La Revue. Vol 13 – N° 139 – juillet 2013 :24-29

[80] Sahrmann S. Diagnosis and Treatment of Movement Impairment Syndromes. Mosby Ed. 2001

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s