2- Facteurs de risque d’une cervicalgie

Les cervicalgies aiguës sont la plupart du temps idiopathiques. Les causes sérieuses sont rares, inférieures à 1% des cas. Des antécédents d’accident automobile ne sont pas des facteurs de risque pour développer une cervicalgie, mais lorsque les patients attribuent à cet accident leur cervicalgie, le passage à la chronicité est plus fréquent. 

Il faut donc éviter les questions stupides comme «avez-vous eu un accident ?» pour les patients ne faisant pas le lien entre traumatisme et cervicalgie : à partir d’un certain âge, la probabilité est forte que le patient soit au moins tombé une fois de son vélo et le simple fait de poser la question comme de lier le traumatisme à cet évènement peut influencer l’évolution. 

Les changements dégénératifs, l’arthrose ne sont ni des causes, ni des facteurs de risque de la cervicalgie.

Les conditions sociales du travail sont de réels facteurs de risque [Australian Acute Musculoskeletal Pain Guidelines Group 2004].  

Facteurs généraux

La cervicalgie augmente avec l’âge, notamment entre 30 et 50 ans. Il y a une prédominance féminine réelle mais faible. Un mauvais état de santé, des épisodes douloureux ou traumatismes antérieurs, la présence d’autres troubles musculo-squelettiques (lombalgies, scapulalgies) augmentent la probabilité de chronicité [Childs JOSPT 2008].

Facteurs psychologiques 

1

Comme souvent, les patients au comportement actif, optimiste, volontaire présentent un avantage sur des personnalités anxieuses, inquiètes, manquant de confiance en elles, au comportement passif, dépressives. Les personnalités adeptes de compétition, ambitieuses, impatientes peuvent aussi être désavantagées [Côté 2008, Murphy 2007].

Des troubles de mémoire et de concentration ont pu être retrouvés dans les cervicalgies attribuées à un fléau cervical, mais ne peuvent pas être rattachés à une déficience identifiable. 

Contraintes liées au travail  

Type de travail 

Les dentistes, secrétaires, le travail sur ordinateur, les chauffeurs de poids lourds, les  enseignants et leurs étudiants sont plus touchés.

3

Les contraintes mentales du travail (stress au travail et difficultés techniques, contraintes psychologiques et hiérarchie, monotonie des tâches,…) sont des facteurs favorisants.

On ne retrouve pas de différences entre les catégories aisées et défavorisées, les «cols blancs» et les «cols bleus», ni en fonction du niveau d’éducation. 

2

Il y a par contre des différences entre le statut libéral ou salarié, par le recours plus ou moins fréquent aux arrêts de travail.  

Poste de travail  

Si le travail physique intense peut être identifié comme facteur favorisant, de nos jours, ce sont plus les contraintes liées au travail sur écran, aux postures maintenues, qui sont incriminées. Des conseils ergonomiques peuvent être prodigués mais se heurtent aux réalités du monde du travail et ont un impact mineur. La prise de conscience de ces attitudes permet de faire le lien avec les souffrances lorsqu’il existe effectivement.

Sont retrouvées :

Une translation antérieure de tête 

4
Travail sur écran

Lors du travail sur écran, la station assise prolongée, la tête maintenue en flexion ou rotation, des postures rachidiennes asymétriques, le travail inconfortable face à un écran, induisent à la fatigue un effondrement cervical qui résulte de la translation antérieure du poids du crâne et impacte les articulaires postérieures. 

Des tensions musculaires cervico-scapulaires 

Le coude dans le vide pour tenir la souris lors de tâches de précision sur écran nécessite un contrôle actif proximo-distal permanent. 

Des tensions neurales 

5
Variation des tensions neurales entre la flexion et l’extension cervicale (d’après Breig)

L’abaissement des épaules sans accoudoirs induit une tension neurale pouvant être douloureuse et limiter la rotation cervicale, même chez le sujet jeune et sain.

Sports & loisirs 

6

Contrairement aux autres pathologies, il n’y a pas de preuves en faveur d’un effet protecteur du sport en général envers les récidives de la cervicalgie. 

Cette constatation générale peut être liée à l’effet néfaste particulier du cyclisme, qui est plutôt une cause de cervicalgie par la position d’extension du cou longtemps maintenue qu’il nécessite [Child JOSPT 2008].


Références bibliographiques

[Australian Acute Musculoskeletal Pain Guidelines Group 2004] Australian Acute Musculoskeletal Pain Guidelines Group. Evidence-based Management of Acute Musculoskeletal Pain. A Guide for Clinicians. Australian Academic Press. PTY LTD. 2004

[Biller 2014] Biller J, Sacco RL, Albuquerque FC et al. American Heart Association Stroke Council. Cervical arterial dissections and association with cervical manipulative therapy: a statement for healthcare professionals from the american heart association/american stroke association. Stroke. 2014 Oct;45(10):3155-74

[Bogduk 2000a] Bogduk N. Mercer S. Biomechanics of the cervical spine. I. Normal kinetics. Clinical Biomechanics 15 p 633-648. 2000

[Bogduk 2000b] Bogduk N. Yoganandan N. Biomechanics of the cervical spine. III.  Minor injuries. Clinical Biomechanics 16 p 267-75. 2000

[Bogduk 2007] Bogduk N, McGuirk B. Prise en charge des cervicalgies aiguës et chroniques. Une approche fondée sur les preuves. Elsevier 2007

[Brown 1995] Brown S. Ocular dysfunction associated with whiplash injury. Australian Journal of Physiotherapy 41:55-56. 1995

[Childs JOSPT 2008] Childs JD et al. Neck Pain: Clinical Practice Guidelines Linked to the International Classification of Functioning, Disability, and Health From the Orthopaedic Section of the American Physical Therapy Association. J Orthop Sports Phys Ther 2008;38(9):A1-A34

[Côté 2008] Côté P et al. The burden and determinants of neck pain in workers: results of the Bone and Joint Decade 2000-2010 Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders. Spine (Phila Pa 1976). 2008 Feb 15;33(4 Suppl):S60-74.

[Enix 2014] Enix DE et al. The cervical myodural bridge, a review of literature and clinical implications. J Can Chiropr Assoc. 2014 Jun;58(2):184-92

[Fice 2012] Fice JB et al. Investigation of whiplash injuries in the upper cervical spine using a detailed neck model. J Biomech. 2012 Apr 5;45(6):1098-102

[Ghasemi 2013] Ghasemi M et al. The value of provocative tests in diagnosis of cervical radiculopathy. J Res Med Sci. 2013 Mar;18(Suppl 1):S35-8.

[Grob 2007] Grob D et al.The association between cervical spine curvature and neck pain. Eur Spine J. 2007 May; 16(5): 669–678

[Gummesson 2006] Gummesson C et al. The transition of reported pain in different body regions – a one-year follow-up study. BMC Musculoskelet Disord. 2006; 7: 17.

[Guzman 2009] Guzman J et al. Clinical practice implications of the Bone and Joint Decade 2000-2010 Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders: from concepts and findings to recommendations. J Manipulative Physiol Ther. 2009 Feb;32(2 Suppl):S227-43

[Heikkilä 1998] Heikkilä HV, Wenngren B. Cervicocephalic kinesthetic sensibility, active range of cervical motion, and oculomotor function in patients with whiplash injury. Arch Phys Med Rehabil 1998;79:1089-1094

[Hogg-Johnson 2008] Hogg-Johnson S. The Burden and Determinants of Neck Pain in the General Population. Results of the Bone and Joint Decade 2000–2010 Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders. Eur Spine J. 2008 Apr; 17(Suppl 1): 39–51

[Hutting 2013] Hutting N et al. Diagnostic Accuracy of Upper Cervical Spine Instability Tests: A Systematic Review. Phys Ther. 2013 Dec;93(12):1686-95

[Kaale 2008] Kaale BR et al. Clinical assessment techniques for detecting ligament and membrane injuries in the upper cervical spine region – A comparison with MRI results. Manual Therapy 13 (2008) 397–403

[Kauppi 1998] Kauppi M et al. Active conservative treatment of atlantioaxial subluxation in rheumatoid arthritis. British J Rheum 1998;37:417-420

[Kongsted 2008] Kongsted A et al. Are early MRI findings correlated with long-lasting symptoms following whiplash injury? A prospective trial with 1-year follow-up. European Spine Journal. 2008. Volume 17, Number 8, 996-1005

[Krakenes 2006] Krakenes J, Kaale BR. Magnetic resonance imaging assessment of craniovertebral ligaments and membranes after whiplash trauma. Spine 2006;31(24):2820-6

[Matsumoto 1998] Matsumoto M et al. MRI of cervical intervertebral discs in asymptomatic subjects. J Bone Joint Surg Br. 1998 Jan;80(1):19-24

[Meisingset 2015] Meisingset I et al. Neck motion, motor control, pain and disability: A longitudinal study of associations in neck pain patients in physiotherapy treatment, Manual Therapy (2015)

[Moore 2005] Moore A et al. Clinical guidelines for the physiotherapy management of Whiplash Associated Disorder. Quick reference guide (2005). Chartered Society Of Physiotherapy

[Murphy 2007] Murphy DR., Hurwitz EL A theoretical model for the development of a diagnosis-based clinical decision rule for the management of patients with spinal pain. BMC musculoskeletal disorders. 2007;8:75

[Nordin 2008] Nordin M et al. Assessment of neck pain and its associated disorders: results of the Bone and Joint Decade 2000-2010 Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders. Spine (Phila Pa 1976). 2008 Feb 15;33(4 Suppl):S101-22.

[Osmotherly 2012] Osmotherly P et al. Construct Validity of Clinical Tests for Alar Ligament Integrity: An Evaluation Using Magnetic Resonance Imaging. Phys Ther. 2012 Jan 19

[Palomeque-Del-Cerro 2016] Palomeque-Del-Cerro L et al. A Systematic Review of the Soft-Tissue Connections Between Neck Muscles and Dura Mater: The Myodural Bridge. Spine (Phila Pa 1976). 2016 Apr 22. Article sous presse

[Patijn 2001] Patijn J, Wilmink J. CT study of craniovertebral rotation in whiplash injury. European Spine Journal. Volume 10 Issue 1 (2001) pp 38-43

[Pfirrmann 2001] Pfirrmann CW et al. MR morphology of alar ligaments and occipitoatlantoaxial joints: study in 50 asymptomatic subjects. Radiology. 2001 Jan;218(1):133-7

[Rasmussen 2015] Rasmussen H et al. In a secondary care setting, differences between neck pain subgroups classified using the Quebec task force classification system were typically small – a longitudinal study. BMC Musculoskelet Disord. 2015 Jun 16;16:150

[Rethnam 2008] Rethnam U et al. Does applying the Canadian Cervical Spine rule reduce cervical spine radiography rates in alert patients with blunt trauma to the neck ? A retrospective analysis. BMC Medical Imaging 2008, 8:12

[Schneider 2013] Schneider GM et al. Intrarater and interrater reliability of select clinical tests in patients referred for diagnostic facet joint blocks in the cervical spine. Arch Phys Med Rehabil. 2013 Aug;94(8):1628-34.

[Thomas 2009] Thomas LC et al. Validity of the Doppler velocimeter in examination of vertebral artery blood flow and its use in pre-manipulative screening of the neck. Manual Therapy, Volume 14, Issue 5, October 2009, Pages 544-549

[Thomas 2015] Thomas LC et al. The effect of end-range cervical rotation on vertebral and internal carotid arterial blood flow and cerebral inflow: A sub analysis of an MRI study. Man Ther. 2015 Jun;20(3):475-80

[Verhagen 2011] Verhagen AP et al. Do whiplash patients differ from other patients with non-specific neck pain regarding pain, function or prognosis? Man Ther. 2011 Oct;16(5):456-62

[Webb 2011] Webb AL, Collins P, Rassoulian H, Mitchell BS. Synovial folds – a pain in the neck ? Man Ther. 2011 Apr;16(2):118-24

[Wong 2014] Wong JJ et al. The Course and Prognostic Factors of Symptomatic Cervical Disc Herniation with Radiculopathy: A Systematic Review of the Literature. Spine J. 2014 Aug 1;14(8):1781-9

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s