Avec ou sans scoliose lombaire, une même lombalgie ?

adult back view beach calmness
Photo de Tatiana sur Pexels.com

Toujours à notre idée que la scoliose soit une affection rachidienne non-douloureuse, nous ne nous sommes pas trop posé la question d’éventuelles particularités liées à cette déformation. 

De fait, il n’y a pas de consensus sur le point de savoir si la lombalgie chez les patients présentant une scoliose est liée à la scoliose ou s’il s’agit simplement d’une coincidence entre cet état et un symptôme pouvant survenir chez n’importe qui.

Le but de cette étude rétrospective était de comparer de jeunes patientes adultes avec et sans scoliose lombaire et de fournir une base théorique à un éventuel traitement différentiel.

Méthodes 

Quatre-vingt-dix femmes adultes lombalgiques ont été classées en fonction de la présence ou non d’une scoliose. Elles avaient de l’ordre de 25 ± 2 ans de moyenne d’âge. Il s’agissait d’une scoliose lombaire isolée, dont l’apex était situé entre L2 et L4, avec un angle de Cobb supérieur à 10°. 

Les caractéristiques de la douleur, de la mobilité lombaire, de la force musculaire, de l’angle de Cobb, la mesure de la gibbosité au scoliomètre, l’activité électro-myographique des spinaux ont été comparées entre les deux groupes.

Résultats

  • La douleur chez les patients scoliotiques était plus concentrée sur le côté gauche de la colonne lombaire (P ≤ 0,001). 
  • La zone affectée par la douleur (P = 0,028) et les scores numériques de l’échelle d’évaluation de la douleur (P = 0,014) étaient inférieurs à ceux des patients non scoliotiques. 
  • La différence entre les amplitudes en inclinaison latérale chez les patients scoliotiques était plus grande que celle chez les patients non scoliotiques (p = 0,001). 
  • Les patients scoliotiques présentaient une capacité de flexion (P = 0,001) et d’extension (P = 0,017) significativement supérieure à celle des patients non scoliotiques. 
  • Les spinaux chez les patients scoliotiques étaient plus puissants que ceux des patients non scoliotiques (p = 0,014).

Conclusions

Il y a bien des différences observables dans cette étude rétrospective. Les auteurs recommandent de prévoir un traitement différent. 

Commentaire 

Article allant à l’encontre du paradigme prônant l’absence de liaison entre les altérations anatomiques et les souffrances du patient. Je vais encore me faire attraper par la brigade des influenceurs facebookiens…

Mais peut être que pour celle qui la porte, la scoliose est une souffrance en soi ?


Références bibliographiques 

Sans titreYuan W, Shen J, Chen L, Wang H, Yu K, Cong H, Zhou J, Lin Y. Differences in Nonspecific Low Back Pain between Young Adult Females with and without Lumbar Scoliosis. Pain Res Manag. 2019 Mar 3;2019:9758273. doi: 10.1155/2019/9758273.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s