Techniques de mise en tension neurale au membre inférieur

Si l’on y réfléchit bien, la première à avoir utilisé les mises en tension neurales comme thérapie, c’est Françoise Mézières…:)
Après tout, placer le système neural en limite de douleur et attendre que le cerveau juge que tout compte fait, son appareil locomoteur ne court aucun risque et qu’il n’y a donc pas de raison d’empêcher le patient de s’en servir en lui faisant mal ?

Sur une sciatique bien cognée, il est classiquement pas trop recommandé de commencer par ça, et pourtant…

Mézières

Technique de mise en tension du nerf fibulaire superficiel 

1

Procédure 

Le patient est en décubitus, le pied placé en flexion plantaire/inversion, le genou en extension. Le kinésithérapeute est controlatéral au nerf à traiter. En stabilisant du coude le genou du patient et en maintenant la position du pied, le membre inférieur du patient est amené en flexion et relative adduction coxo-fémorale, puis ramené en position de départ après une ou deux secondes de mise en tension. La sensation de tension ne doit pas être douloureuse [3]. 

Technique de mise en tension graduelle du nerf tibial 

Objectifs

Cette technique est appropriée lors d’une souffrance podale du nerf tibial apparentée à une fasciite plantaire, particulièrement en présence d’oedème autour du nerf, à la partie médiale de la cheville [3].

Elle est indiquée lorsque le patient présente une souffrance podale médiale, localisée au canal tarsien, qui est majorée lors de la flexion de hanche lorsque les composantes distales sont maintenues lors du test de flexion dorsale / éversion.

2

Procédure 

Elle comprend trois temps et débute avec le patient en décubitus, genou fléchi.

1°- La cheville est amenée et maintenue en flexion dorsale, éversion, pronation.

2°- Une extension passive du genou est réalisée tout en maintenant la position de la cheville.

3°- Une flexion de hanche passive en maintenant les composantes distales est réalisée.

Validité 

BoussoleUne minute d’alternances entre une flexion plantaire et une flexion dorsale en fin d’amplitude à la vitesse de 30 répétitions par minute permet de diminuer, sur cadavre frais non embaumé, un oedème intra-neural artificiellement induit par l’injection d’un liquide coloré. Comparativement à un membre contrôle, la mobilisation passive favorise la dispersion du produit injecté [2].

Technique de mise en tension du nerf fibulaire superficiel, en charge 

3

«Placez vous debout la main du côté de la névralgie en appui contre un mur, le pied du même côté en arrière du pied opposé, reposant sur la face dorsale des orteils, le genou tendu, croisé en arrière du genou d’appui. Tournez la cuisse vers le dedans. Vous devez ressentir une tension en avant de la jambe jusqu’au pied. Abaisser la tête et courbez le dos vers l’avant en regardant votre abdomen peut provoquer une augmentation de la tension dans la jambe».

Technique de mise en tension du nerf fibulaire superficiel, au sol

4

«Couchez-vous sur le dos, le pied posé sur un mur ou dans l’ouverture d’une porte, genou demi-fléchi. A l’aide d’un drap tenu des deux mains comme les rênes d’un cheval, maintenez votre pied étendu, le gros orteil vers le dedans comme si vous vouliez regarder la plante de votre pied. Tout en gardant cette position du pied, étendez le genou puis revenez à la position de départ, une dizaine de fois. L’extension du genou doit mettre en tension votre nerf, ce qui peut se ressentir à la face latérale de la cheville».

Auto-mobilisation en mise en tension des nerfs fibulaires 

6

Position de départ et d’arrivée

La mise en tension globale des nerfs fibulaires se réalise à partir d’une position patient assis en bord de table, dos droit, les 2 mains croisées sous la face postérieure de l’extrémité inférieure du fémur pour soutenir le poids du segment crural, genou fléchi à environ 90°, pied relâché. La mise en tension proximale s’effectue en cyphosant le dos, fléchissant la tête et le cou. Elle est couplée avec une mise en tension distale en extension complète de genou accompagnée d’une flexion plantaire de cheville.

Variantes 

  • Le nerf fibulaire profond, médian bénéficie d’une plus grande tension lors de l’abduction et de la pronation du pied.
  • Le nerf fibulaire superficiel, latéral, bénéficie d’une plus grande tension lors de l’adduction et de la supination du pied.

Technique de mise en tension neurale sciatique bilatérale 

8

Procédure 

Le patient est assis au sol jambes étendues, pieds collés au mur, rachis fléchi pour favoriser l’étirement du névraxe. Le kinésithérapeute applique une pression cervicale à la limite de survenue de la douleur. 5 répétitions de cette posture maintenue 30 secondes sont réalisées. 

Un auto-étirement neural, identique au traitement réalisé avec le kinésithérapeute, mais la pression exercée sur le névraxe est réalisée par le patient, mains croisées derrière la nuque, réalisée deux fois et maintenue 30 secondes. 

Posologie 

Deux séances sont recommandées par semaine pendant trois semaines, soit 6 séances en tout.

BoussoleValidité 

Destiné à des patients souffrant d’une lombo-sciatique chronique, l’ajout de cet étirement neural à un programme classique est cliniquement significatif sur la douleur, la fonction (Oswestry Disability Index), les craintes du patient (FABQ) [14]. 

Auto-étirement du nerf fémoral en procubitus 

9

C’est une mise en tension intense du nerf fémoral, par la flexion du cou et la flexion du genou, avec une extension relative coxo-fémorale.

Procédure 

La position de départ se fait en décubitus ventral, membre inférieur du côté sain en appui sur le sol en flexion de hanche de l’ordre de 100°, genou droit légèrement fléchi. La tête est hors de la table, le membre inférieur du côté névralgique est sur la table, dans le prolongement du buste. La mise en tension se fait par la flexion de tête et la flexion du genou. Le patient doit réaliser des alternances de mise en tension et retour en position de départ, ne jamais maintenir la position de mise en tension plus de quelques secondes, ne pas insister en cas de retour des douleurs.


Références bibliographiques

[2] Brown C et al. The effects of neurodynamic mobilization on fluid dispersion within the tibial nerve at the ankle: an unembalmed cadaveric study. J Man Manip Ther. 2011 Feb; 19(1): 26–34

[3] Butler D. The Sensitive Nervous System. NOIgroup publications. 2000. Adelaide. Australia.

[14] Nagrale AV et al. Effect of slump stretching versus lumbar mobilization with exercise in subjects with non-radicular low back pain: a randomized clinical trial. J Man Manip Ther. 2012 February; 20(1): 35–42

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s