L’IRM est utile dans les rachialgies 


3
Dégénérescence graisseuse des multifides d’un lombalgique chronique

Il est désormais classiquement avancé que l’IRM a un effet néfaste dans les rachialgies.

Cet article indique au contraire qu’il existe une urgence reconnue pour de nouvelles approches inter-disciplinaires du problème. Elle concerne les tissus mous, muscles squelettiques, la moelle épinière et le cerveau, puisque ces éléments anatomiques sont de plus en plus considérés comme des contributeurs biologiques importants de la rachialgie. 

En réaction à la suspicion récente et aux valeurs contestées des résultats basés sur l’imagerie, cet article avance que l’évolution technologique des techniques d’imagerie, et en particulier de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), permet de trouver des pistes prometteuses, auparavant moins visibles. 

Ces pistes permettent la quantification et l’analyse des données de plusieurs contributeurs anatomiques selon le concept biopsychosocial pour la compréhension de la douleur vertébrale. 

Les nouvelles preuves concernent la patho-biologie des modifications de la composition musculaire (atrophie, infiltration graisseuse), et sont permises par les progrès des techniques d’imagerie neurales et musculo-squelettique (capacité de distinguer la graisse de l’eau, IRM fonctionnelle, capacité de mesurer la diffusion en eau des structures) 

Ces sources de données objectives et non invasives peuvent compléter les facteurs de pronostic connus d’une récupération médiocre, de l’autodéclaration du patient, des tests de diagnostic. 

Lorsqu’elles sont combinées, ces analyses peuvent aider à identifier des associations auparavant non prises en compte. 

Pour les auteurs, les technologies et la recherche en IRM sont essentielles à la compréhension de la complexité des affections rachidiennes.

Commentaire 

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire pour enrichir ma note.


Références bibliographiques 

coverCrawford RJ, Fortin M, Weber KA 2nd, Smith A, Elliott JM. Are Magnetic Resonance Imaging Technologies Crucial to Our Understanding of Spinal Conditions? J Orthop Sports Phys Ther. 2019 Mar 26:1-32. doi: 10.2519/jospt.2019.8793. Article sous presse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s