L’extension passive du genou est limitée. Évaluations

Généralités

« Le genou est un valet soumis à deux maîtres » 

Par cet aphorisme, il faut comprendre que le genou s’adapte et compense des problèmes sus et/ou sous-jacents et ne peut être pris en charge sans examen préalable de la région lombaire, des hanches et des pieds.

Exemples :

  • Un flessum des deux genoux en charge doit faire penser à une compensation dans un plan sagittal d’un déport antérieur du centre de gravité, comme une cyphose lombaire prononcée dûe à un effondrement discal à la sénescence, dès lors que la hanche ne peut plus compenser ce déport par une hyper-extension.
  • Un flessum unilatéral peut-être en rapport avec une différence de longueur anatomique des membres inférieurs. Il est alors homolatéral au membre long.
  • Une attitude en station hanchée (exemples : « spasme » du carré des lombes, scoliose lombaire) peut trouver sa compensation provisoire dans un flessum controlatéral à l’inflexion latérale lombaire. Il s’agit de la compensation dans un plan sagittal d’une limitation dans le plan frontal.

Le cartilage, un tissu mécanosensible

Les stimulations cycliques ont probablement un effet bénéfique et nutritif sur le cartilage, contrairement aux stimulations statiques et à l’immobilité qui ont un effet délétère. 

Il semble que la fréquence de la contrainte soit responsable : nulle (cas de l’immobilité) ou élevée (supérieure à 1 Hz), elle entraîne une inhibition de la production de protéines matricielles. Pour des contraintes cycliques de fréquence modérée, on observe au contraire une stimulation de ces synthèses. 

BoussoleUn modèle animal montre cet effet bénéfique sur la réparation du cartilage chez l’animal à l’issue d’une immobilisation prolongée expérimentale ; une activité physique intense à l’issue de cette même immobilisation a l’effet inverse [28]. 

L’intérêt d’une extension complète du genou chez le sujet sain 

Le recurvatum physiologique du genou permet la stabilité en extension par la mise en tension des structures passives postérieures, notamment les coques condyliennes. La patella est alors libre de tout engagement et de toute traction. La contraction quadricipitale n’est pas nécessaire à la station debout mais elle le devient lors du mouvement. Or :

  • Le moindre déverrouillage en flexion du genou oblige à une vigilance active du quadriceps. Il devient impossible de mobiliser passivement la patella, engagée dans la trochlée fémorale et stabilisée par l’appareil extenseur.
  • La stabilisation par la traction vers le bas des gastrocnémiens et vers le haut des ischios-jambiers vient dans cette position compléter cette vigilance active du quadriceps, tout en majorant les forces de compression, qui interviennent sur une plus petite partie de l’articulation fémoro-tibiale, plus postérieure.
  • Les condyles fémoraux présentent lors de la flexion un rayon de courbure moins grand, d’où une surface cartilagineuse moins large, ce qui la rend plus vulnérable. 
  • L’épaisseur du cartilage y est de plus moins importante qu’en extension complète.
  • Si la marche à allure normale peut ne pas être affectée par la perte de quelques degrés d’extension (le genou n’y est jamais en extension complète), par contre, la station debout, le piétinement, la marche du sujet âgé peuvent devenir pénibles voire pathogènes. 
  • Les contraintes fémoro-patellaires sont majorées par l’augmentation de l’angle entre tendon patellaire et tendon quadricipital, traduisant une contrainte patellaire plus importantes sur la trochlée fémorale.

Observations & signes cliniques

Observation d’un flessum du genou

1

Procédure 

Patient en décubitus. Lui demander d’allonger les membres inférieurs. Il ne doit pas y avoir d’espace entre les creux poplités et la table. Vérifier qu’il n’existe pas de flessum de hanche pouvant expliquer une attitude en flessum de genou. Veiller à ce que les hallux soient au zénith et que la hanche ne soit pas en compensation en abduction et en rotation latérale. 

Réaliser un appui antéro-postérieur. Une sensation élastique peut être en rapport avec une interposition méniscale ; une sensation dure est plutôt en rapport avec une raideur articulaire installée. 

Analyse du recurvatum physiologique du genou

2

Toute perturbation du genou retentira d’abord sur cette position de moindre contrainte du genou. Des antécédents séquellaires peuvent être mis en évidence ainsi. 

Procédure 

Patient en décubitus, praticien à ses pieds, exercer un appui sur la tubérosité tibiale antérieure en direction ventro-dorsale. Tout flessum du genou doit opposer une résistance à ce mouvement : le creux poplité n’est alors pas en contact avec la table de ce côté.

Variante

3

Patient en décubitus, l’extrémité inférieure du fémur maintenue, le kinésithérapeute décolle le pied de la table. La comparaison avec le côté opposé indique le genou apparaissant le plus souple, donc a priori le côté sain. 

Le kinésithérapeute doit pouvoir décoller le talon de la table chez un sujet sain. Une perte du recurvatum physiologique est anormale.

Et si on retrouve une hyper-extension passive ? 

BoussoleUne majoration forte de l’hyper-extension est en faveur d’une instabilité du genou pouvant prédisposer aux entorses du ligament croisé antérieur pour beaucoup d’auteurs [4, 31, 32, 21], non repris par d’autres [25, 36], bien qu’ils considèrent qu’une hyperlaxité constitutionnelle puisse être un facteur favorable. 

Recherche d’une hypo-extensibilité de la chaine musculaire postérieure 

4

Kendall [17] proposait d’analyser l’extensibilité des muscles thoraciques, lombaires, ischio-jambiers et gastrocnémiens en demandant au patient, assis membres inférieurs sur la table, d’aller toucher ses orteils de ses doigts. 

Observation & analyse du sujet assis en grande flexion selon Kendall [17]

Observation  Analyse 
Dos et lombes sont en cyphose, les genoux étendus, les mains touchent les orteils Extensibilité normale 
Le dos est en cyphose, les lombes sont en position neutre, les genoux étendus, les mains touchent les orteils Hyper-extensibilité thoracique, relative hypo-extensibilité lombaire et des ischio-jambiers
Dos et lombes sont en cyphose, les genoux étendus, les mains ne touchent  pas les orteils Extensibilité rachidienne normale, hypo-extensibilité des ischio-jambiers 
Le dos est en cyphose, les lombes sont en position neutre, les genoux étendus, les mains ne touchent pas les orteils Hypo-extensibilité des ischio-jambiers, relative hypo-extensibilité lombaire, hyper-extensibilité  thoracique
Dos et lombes sont en cyphose, les genoux sont en léger flessum, les mains ne touchent  pas les orteils, les chevilles sont en extension  Hypo-extensibilité isolée des triceps
Le rachis thoracique et lombaire reste en position neutre, le bassin est très antéversé, les mains ne touchent pas les orteils Paralysie des muscles des membres inférieurs, hypo-extensibilité lombaire, extensibilité cervicale et thoracique normale. 
Le dos est en cyphose, le bassin est retroversé, les mains sont à la hauteur des tibias Hypo-extensibilité lombaire, des ischio-jambiers et des triceps

Mesures

BoussoleLa mesure est préférable à l’estimation visuelle, pour l’extension comme la flexion du genou [41, 13]. 

Inclinométrie de l’extension du genou 

Procédure 

Sujet en décubitus, en position anatomique, le pied sur un coussin de façon à induire un porte-à-faux au genou, s’il n’existe pas de contre-indications médico-chirurgicales à cette position (fracture ou entorse récentes, non consolidation).

Placer un inclinomètre non cliqué sur 0 ou un smartphone [6] sur la face antérieure du fémur puis du tibia permet de lire directement les amplitudes d’extension du genou ainsi que les quelques degrés de récurvatum physiologique. 

Veillez à vous placer systématiquement sur le corps du quadriceps, partie moyenne de cuisse et sur la crête tibiale, en dessous de la tubérosité tibiale antérieure. 

BoussoleFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs est bonne [6]. 

Goniométrie de l’extension du genou

5

Dans la même position que précédemment,  placer un goniomètre à branches dans le prolongement des segments fémur et tibia, après avoir repéré la malléole latérale, le tubercule latéral du condyle latéral fémoral et le milieu du bord supérieur du grand trochanter.

Test du talon le plus haut (High-Heel-Distance Test) 

6

Procédure 

Patient en procubitus bout de table, patellas dans le vide, une planche posée sur les deux talons, indique au bout d’une minute le dénivelé entre les deux. En plaçant un niveau à eau horizontal, le dénivelé est mesuré en millimètres sur la règle posée du côté sain. Il est indiqué en degrés à l’aide d’un inclinomètre remplaçant le niveau à eau.

Mesurer l’extensibilité des ischio-jambiers 

Voir la note qui lui est consacrée.


Références bibliographiques concernant l’abord passif du genou

[1] Abbott JH et al. Manual therapy, exercise therapy, or both, in addition to usual care, for osteoarthritis of the hip or knee: a randomized controlled trial. 1: clinical effectiveness. Osteoarthritis Cartilage. 2013 Apr;21(4):525-34. 

[2] Aquino C et al. Stretching versus strength training in lengthened position in subjects with tight hamstring muscles: A randomized controlled trial. Manual Therapy. Feb 2009. Pages 26-31

[3] Bandy D et al. The effect of time and frequency of static stretching on flexibility of the hamstring muscles. Physical Therapy 1997 77: 1090-1096.

[4] Bonci CM. Assessment and evaluation of predisposing factors to anterior cruciate ligament injury. J Athl Train. 1999 Apr;34(2):155-64.

[5] Brent Feland J et al. The Effect of Duration of Stretching of the Hamstring Muscle Group for Increasing Range of Motion in People Aged 65 Years or Older. Physical Therapy 2001 81: 1110-1117.

[6] Bruyneel AV, Bridon F. Inclinométrie du genou : comparaison de la reproductibilité d’un outil mécanique et d’une application sur smartphone. Kinésithérapie La Revue. Vol 15 – N° 158 – février 2015; 74-79

[7] Curtis B et al. (2016) Acute Effects of Neural Mobilization and Static Hamstring Stretching on Multi-joint Flexibility in a Group of Young Adults. J Nov Physiother 6: 283

[8] Deyle et al. Physical therapy treatment effectiveness for osteoarthritis of the knee: a randomized comparison of supervised clinical exercise and manual therapy procedures versus a home exercise program. Physical Therapy 2005 Dec;85(12):1301-1317

[9] Farquhar S et al. Persistence of Altered Movement Patterns During a Sit-to-Stand Task 1 Year Following Unilateral Total Knee Arthroplasty. Phys Ther 2008 88: 567-57.

[10] Fredriksen H et al. Passive knee extension test to measure hamstring muscle tightness. Scand J Med Sci Sports, 7(5):279-82 1997 Oct

[11] Gajdosik R, Lusin G. Hamstring muscle tightness: reliability of an active-knee-extension test. Phys Ther. 1983;63(7):1085–1090

[12] Gajdosik R Rectus femoris muscle tightness: intratester reliability of an active knee flexion test. J Orthop Sports Phys Ther. 1985;5:289–292.

[13] Gajdosik R., Bohannon R. Clinical measurement of range of motion. Physical Therapy vol 67 n°12. 1987

[14] Gose JC. Continuous passive motion in the postoperative treatment of patients with total knee replacement: a retrospective study. Physical Therapy 67 / 1:39-42 ; 1987

[15] Guex K et al. Passive Knee-Extension Test to Measure Hamstring Tightness: Influence of Gravity Correction. Journal of Sport Rehabilitation, 2012, 21, 231-234

[16] Harvey LA et al. Continuous passive motion following total knee arthroplasty in people with arthritis. Cochrane Database Syst Rev. 2010 Mar 17;(3)

[17] Kendall H. Les muscles. Bilan et étude fonctionnelle. Maloine éditions. Paris. 4° édition. 1971.

[18] Law R et al. Stretch Exercises Increase Tolerance to Stretch in Patients With Chronic Musculoskeletal Pain: A Randomized Controlled Trial. Phys Ther. October 2009 89:1016-1026.

[19] Le Sant G et al. Elastography Study of Hamstring Behaviors during Passive Stretching. PLoS One. 2015 Sep 29;10(9)

[20] Lim KI, Nam HC, Jung KS.  Effects on hamstring muscle extensibility, muscle activity, and balance of different stretching techniques. J Phys Ther Sci. 2014 Feb;26(2):209-13

[21] McKeon M et al. Sex differences and representative values for 6 lower extremity alignment measures. J Athl Train. 2009 May-Jun;44(3):249-55

[22] Monticone M et al. Hyaluronic acid intra-articular Injection and exercise therapy: effects on pain and disability in subjects affected by lower limb joints osteoarthritis. The Italian Society of Physical and Rehabilitation Medicine (SIMFER) systematic review. Eur J Phys Rehabil Med. 2016 Jun;52(3):389-99

[23] Morris J. The value of continuous passive motion in rehabilitation following total knee replacement. Physiotherapy, 81(9), 557-562. 1995

[24] Naylor J et al. Validity and reliability of using photography for measuring knee range of motion: a methodological study. BMC Musculoskeletal Disorders 2011, 12:77

[25] Nguyen AD et al. A preliminary multifactorial approach describing the relationships among lower extremity alignment, hip muscle activation, and lower extremity joint excursion. J Athl Train. 2011 May-Jun;46(3):246-56.

[26] Perrin A. Aurel C. Extensibilité des ischio-jambiers : reproductibilité intra et inter-testeur d’un test inspiré de Kendall. Kinésithérapie les Annales. 2003 ;16 :30-7

[27] Pope RO et al. Continuous passive motion after primary total knee arthroplasty. Does it offer any benefits? J Bone Joint Surg Br, 79(6):914-7 1997 Nov

[28] Rannou F et al. Le cartilage : de la mécanobiologie au traitement physique. Annales de Réadaptation et Médecine Physique. 44. 259-67. 2001

[29] Rowe P et al. Knee joint kinematics in gait and other functional activities measured using flexible electrogoniometry: how much knee motion is sufficient for normal daily life? Gait & Posture. Volume 12, Issue 2, pp. 143 – 155, 1 October, 2000

[30] Sharma S et al. Short term effectiveness of neural sliders and neural tensioners as an adjunct to static stretching of hamstrings on knee extension angle in healthy individuals: A randomized controlled trial. Phys Ther Sport. 2016 Jan;17:30-7

[31] Shultz SJ et al.Joint laxity is related to lower extremity energetics during a drop jump landing. Med Sci Sports Exerc. 2010 Apr;42(4):771-80.

[32] Shultz SJ et al. Identifying multiplanar knee laxity profiles and associated physical characteristics. J Athl Train. 2012 Mar-Apr;47(2):159-69.

[33] Steffen T. Low-load prolonged stretch in the treatment of knee flexion contracture in nursing home residents. Physical Therapy vol 75 n°10. 1995

[34] Taylor AL et al. Knee Extension and Stiffness in Osteoarthritic and Normal Knees: A Videofluoroscopic Analysis of the Effect of a Single Session of Manual Therapy. J Orthop Sports Phys Ther, Epub 25 February 2014.

[35] Thumerelle M., Camus JP. : Thérapie hypopressive séquentielle & arthrose. Annales de Kinésithérapie tome 16 n°9. 409-12. 1989.

[36] Trimble M et al. The relationship between clinical measurements of lower extremity posture and tibial translation. Clin Biomech (Bristol, Avon). 2002 May;17(4):286-90.

[37] Umegaki H et al. The effect of hip rotation on shear elastic modulus of the medial and lateral hamstrings during stretching. Man Ther. 2015 Feb;20(1):134-7.

[38] Umegaki H et al. Acute effects of static stretching on the hamstrings using shear elastic modulus determined by ultrasound shear wave elastography: Differences in flexibility between hamstring muscle components. Man Ther. 2015 Aug;20(4):610-3.

[39] Viswanathan P, Kidd M. (2010): Effect of continuous passive motion following total knee arthroplasty on knee range of motion and function: A systematic review. New Zealand Journal of Physiotherapy 38(1) 14-22

[40] Waddell G, Somerville D, Henderson I, Newton M. Objective clinical evaluation of physical impairment in chronic low back pain. Spine. 1992;17:617–628.

[41] Watkins M. Reliability of goniometric measurements and visual estimates of knee ROM obtained in clinical settings. Physical Therapy vol 71 n°2. 90-7. 1991

Baltaci G, Un N, Tunay V, et al Comparison of three different sit and reach tests for measurement of hamstring flexibility in female university students British Journal of Sports Medicine 2003;37:59-61. 

Accès à l’article 

Hui SS, Yuen PY. Validity of the modified back-saver sit-and-reach test: A comparison with other protocols. Med Sci Sports Exerc 2000;32:1655–1659.

Accès à l’article

Pedro A. López-Miñarro, Pilar Sáinz de Baranda Andújar, Pedro L. RodrÑGuez-GarcÑa. A comparison of the sit-and-reach test and the back-saver sit-and-reach test in university students. J Sports Sci Med. 2009 Mar; 8(1): 116–122. 

Accès à l’article 

Pooja Sabhachandani, Poonam Rani. Comparison of back saver sit and reach test and modified back saver and reach test as a measurement of hamstring flexibility in female college student. Medicina Sportiva (2011), vol VII, no 4, 1717 – 1723 

Accès à l’article 

Shamsi M, Mirzaei M, Khabiri SS. Universal goniometer and electro-goniometer intra-examiner reliability in measuring the knee range of motion during active knee extension test in patients with chronic low back pain with short hamstring muscle. BMC Sports Sci Med Rehabil. 2019 Mar 22;11:4. doi: 10.1186/s13102-019-0116-x

(Article en accès libre)

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s