La flexion passive du genou est limitée. Évaluations


Généralités sur la flexion passive du genou

BoussoleL’amplitude de flexion nécessaire chez des sujets ayant dépassé les 60 ans ne requiert pas 90° même pour la marche en pente, mais elle passe par contre à 90-120° pour s’asseoir ou pratiquer les escaliers et 135° pour prendre un bain (mesures réalisées avec un électrogoniomètre embarqué) [29].

Observations & signes cliniques

Le passage assis-debout 

1
Passage assis-debout avec appui sur les cuisses

Pour pouvoir se lever d’une chaise, il faut pouvoir glisser au moins un pied sous l’assise, donc posséder plus de 90° de flexion pour au moins l’un des deux genoux.  La nécessité de prendre un appui manuel sur la ou les faces antérieures des cuisses est révélatrice d’une faiblesse des quadriceps. Celà peut rester encore problématique un an après pose d’une prothèse totale de genou (PTG) [9], à cause de ce déficit comme à cause d’une limitation articulaire. Plusieurs affections neurologiques peuvent aussi accroître la difficulté.

Montée des escaliers en symétrique 

Pour pouvoir monter ou descendre des escaliers en symétrique, il faut une flexion supérieure à 110°. À la montée, le membre oscillant doit éviter la butée de la pointe du pied avec le nez de marche, ce qui requiert obligatoirement plus que l’angle droit. A la descente, il est plus confortable, notamment pour de petits sujets, de bénéficier d’une flexion en charge majorée. 

S’accroupir

2

Demander au patient, en se tenant à la table, de s’accroupir. Celà permet d’avoir une évaluation instantanée de la stabilité et mobilité de l’ensemble de la flexion des hanches, genoux, pieds, et de la capacité du patient à se verticaliser à nouveau. 

Appréciation de la flexion du genou en décubitus  

3

Lors de l’appréciation des flexions coxo-fémorales et lombaires, le kinésithérapeute assis face au patient réalise une flexion de genou maximale. Sa prise est enveloppante autour du genou fléchi. Toute limitation terminale de la flexion du genou sera mise en évidence à ce stade, le geste étant arrêté par le patient si la butée en flexion est douloureuse.

Mesures

Inclinométrie de la flexion du genou

Procédure 

Le kinésithérapeute place son genou caudal sur la table. Il place le genou du patient en flexion maximale, le pied reposant sur la cuisse du praticien. La hanche est fléchie. L’inclinomètre est placé sur la face antérieure du tibia, distalement à la tubérosité tibiale antérieure. Il n’est pas préalablement cliqué sur 0 : le zéro du cadran, placé en regard de l’aiguille, indique la verticale. L’inclinomètre est ensuite placé sur la face antérieure du fémur, partie médiane. 

Valeur

L’angle balayé par l’aiguille entre les deux positions indique le débattement de flexion du genou. 

Goniométrie de la flexion du genou

Procédure 

Le kinésithérapeute, latéralement au sujet en décubitus, place son genou caudal sur la table. Il place le genou du patient en flexion maximale, son pied reposant sur la cuisse du praticien. La hanche est fléchie. Dans la même position, sont repérés :

La malléole latérale, le tubercule latéral du condyle latéral, le milieu du bord supérieur du grand trochanter. Un goniomètre à grandes branches est placé sur ces trois repères. 

A noter que :

  • Le grand trochanter glisse de plusieurs centimètres sous le revêtement cutané lors de la flexion de hanche : un repère cutané utilisé en flexion de hanche doit être marqué dans cette position et non préalablement en position anatomique.
  • Le parallélisme du fémur et du tibia en flexion maximale chez un sujet sain et souple ne permet pas la mesure goniométrique, d’autant plus qu’elle est inutile dans ce cas. 

Mesure photographique des amplitudes du genou 

Procédure 

Sur un sujet en décubitus, en flexion ou extension maximale, sont repérés préalablement la malléole latérale et le grand trochanter. A partir de ces repères, les grands axes des os sont estimés et l’angle formé par leur intersection mesuré. 

BoussoleFiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs est très bonne [24]. 

Validité

La corrélation avec des mesures radiographiques est aussi très bonne.

Mesure de la flexion active du genou en procubitus 

Elle permet de quantifier une limitation d’amplitude en flexion du genou, une extension douloureuse lombaire, une mise en tension douloureuse du nerf fémoral ou du droit fémoral, une insuffisance fonctionnelle active des ischio-jambiers.

5
Gajdosik R Rectus femoris muscle tightness: intratester reliability of an active knee flexion test. J Orthop Sports Phys Ther. 1985;5:289–292.

Procédure 

Kinésithérapeute latéralement au patient. Demander au patient de fléchir le genou sans mouvement de bassin. En fin de mouvement, mesurer, à l’aide d’un inclinomètre, l’angle fait entre le segment jambier et la verticale juste avant l’ébauche d’un mouvement du bassin.

À noter que le sanglage du bassin comme la fixation de l’inclinomètre sur la jambe du patient ne sont pas utilisés en pratique courante, mais sont susceptibles d’améliorer la précision de la mesure. 

BoussoleValeurs 

Chez des sujets jeunes, sains et masculins, les valeurs sont de l’ordre de 110° (étendue 85-125°). 

Fiabilité 

La fiabilité inter-examinateurs, bassin stabilisé, est très bonne [12].

 


Références bibliographiques concernant l’abord passif du genou

[1] Abbott JH et al. Manual therapy, exercise therapy, or both, in addition to usual care, for osteoarthritis of the hip or knee: a randomized controlled trial. 1: clinical effectiveness. Osteoarthritis Cartilage. 2013 Apr;21(4):525-34.

[2] Aquino C et al. Stretching versus strength training in lengthened position in subjects with tight hamstring muscles: A randomized controlled trial. Manual Therapy. Feb 2009. Pages 26-31

[3] Bandy D et al. The effect of time and frequency of static stretching on flexibility of the hamstring muscles. Physical Therapy 1997 77: 1090-1096.

[4] Bonci CM. Assessment and evaluation of predisposing factors to anterior cruciate ligament injury. J Athl Train. 1999 Apr;34(2):155-64.

[5] Brent Feland J et al. The Effect of Duration of Stretching of the Hamstring Muscle Group for Increasing Range of Motion in People Aged 65 Years or Older. Physical Therapy 2001 81: 1110-1117.

[6] Bruyneel AV, Bridon F. Inclinométrie du genou : comparaison de la reproductibilité d’un outil mécanique et d’une application sur smartphone. Kinésithérapie La Revue. Vol 15 – N° 158 – février 2015; 74-79

[7] Curtis B et al. (2016) Acute Effects of Neural Mobilization and Static Hamstring Stretching on Multi-joint Flexibility in a Group of Young Adults. J Nov Physiother 6: 283

[8] Deyle et al. Physical therapy treatment effectiveness for osteoarthritis of the knee: a randomized comparison of supervised clinical exercise and manual therapy procedures versus a home exercise program. Physical Therapy 2005 Dec;85(12):1301-1317

[9] Farquhar S et al. Persistence of Altered Movement Patterns During a Sit-to-Stand Task 1 Year Following Unilateral Total Knee Arthroplasty. Phys Ther 2008 88: 567-57.

[10] Fredriksen H et al. Passive knee extension test to measure hamstring muscle tightness. Scand J Med Sci Sports, 7(5):279-82 1997 Oct

[11] Gajdosik R, Lusin G. Hamstring muscle tightness: reliability of an active-knee-extension test. Phys Ther. 1983;63(7):1085–1090

[12] Gajdosik R Rectus femoris muscle tightness: intratester reliability of an active knee flexion test. J Orthop Sports Phys Ther. 1985;5:289–292.

[13] Gajdosik R., Bohannon R. Clinical measurement of range of motion. Physical Therapy vol 67 n°12. 1987

[14] Gose JC. Continuous passive motion in the postoperative treatment of patients with total knee replacement: a retrospective study. Physical Therapy 67 / 1:39-42 ; 1987

[15] Guex K et al. Passive Knee-Extension Test to Measure Hamstring Tightness: Influence of Gravity Correction. Journal of Sport Rehabilitation, 2012, 21, 231-234

[16] Harvey LA et al. Continuous passive motion following total knee arthroplasty in people with arthritis. Cochrane Database Syst Rev. 2010 Mar 17;(3)

[17] Kendall H. Les muscles. Bilan et étude fonctionnelle. Maloine éditions. Paris. 4° édition. 1971.

[18] Law R et al. Stretch Exercises Increase Tolerance to Stretch in Patients With Chronic Musculoskeletal Pain: A Randomized Controlled Trial. Phys Ther. October 2009 89:1016-1026.

[19] Le Sant G et al. Elastography Study of Hamstring Behaviors during Passive Stretching. PLoS One. 2015 Sep 29;10(9)

[20] Lim KI, Nam HC, Jung KS.  Effects on hamstring muscle extensibility, muscle activity, and balance of different stretching techniques. J Phys Ther Sci. 2014 Feb;26(2):209-13

[21] McKeon M et al. Sex differences and representative values for 6 lower extremity alignment measures. J Athl Train. 2009 May-Jun;44(3):249-55

[22] Monticone M et al. Hyaluronic acid intra-articular Injection and exercise therapy: effects on pain and disability in subjects affected by lower limb joints osteoarthritis. The Italian Society of Physical and Rehabilitation Medicine (SIMFER) systematic review. Eur J Phys Rehabil Med. 2016 Jun;52(3):389-99

[23] Morris J. The value of continuous passive motion in rehabilitation following total knee replacement. Physiotherapy, 81(9), 557-562. 1995

[24] Naylor J et al. Validity and reliability of using photography for measuring knee range of motion: a methodological study. BMC Musculoskeletal Disorders 2011, 12:77

[25] Nguyen AD et al. A preliminary multifactorial approach describing the relationships among lower extremity alignment, hip muscle activation, and lower extremity joint excursion. J Athl Train. 2011 May-Jun;46(3):246-56.

[26] Perrin A. Aurel C. Extensibilité des ischio-jambiers : reproductibilité intra et inter-testeur d’un test inspiré de Kendall. Kinésithérapie les Annales. 2003 ;16 :30-7

[27] Pope RO et al. Continuous passive motion after primary total knee arthroplasty. Does it offer any benefits? J Bone Joint Surg Br, 79(6):914-7 1997 Nov

[28] Rannou F et al. Le cartilage : de la mécanobiologie au traitement physique. Annales de Réadaptation et Médecine Physique. 44. 259-67. 2001

[29] Rowe P et al. Knee joint kinematics in gait and other functional activities measured using flexible electrogoniometry: how much knee motion is sufficient for normal daily life? Gait & Posture. Volume 12, Issue 2, pp. 143 – 155, 1 October, 2000

[30] Sharma S et al. Short term effectiveness of neural sliders and neural tensioners as an adjunct to static stretching of hamstrings on knee extension angle in healthy individuals: A randomized controlled trial. Phys Ther Sport. 2016 Jan;17:30-7

[31] Shultz SJ et al.Joint laxity is related to lower extremity energetics during a drop jump landing. Med Sci Sports Exerc. 2010 Apr;42(4):771-80.

[32] Shultz SJ et al. Identifying multiplanar knee laxity profiles and associated physical characteristics. J Athl Train. 2012 Mar-Apr;47(2):159-69.

[33] Steffen T. Low-load prolonged stretch in the treatment of knee flexion contracture in nursing home residents. Physical Therapy vol 75 n°10. 1995

[34] Taylor AL et al. Knee Extension and Stiffness in Osteoarthritic and Normal Knees: A Videofluoroscopic Analysis of the Effect of a Single Session of Manual Therapy. J Orthop Sports Phys Ther, Epub 25 February 2014.

[35] Thumerelle M., Camus JP. : Thérapie hypopressive séquentielle & arthrose. Annales de Kinésithérapie tome 16 n°9. 409-12. 1989.

[36] Trimble M et al. The relationship between clinical measurements of lower extremity posture and tibial translation. Clin Biomech (Bristol, Avon). 2002 May;17(4):286-90.

[37] Umegaki H et al. The effect of hip rotation on shear elastic modulus of the medial and lateral hamstrings during stretching. Man Ther. 2015 Feb;20(1):134-7.

[38] Umegaki H et al. Acute effects of static stretching on the hamstrings using shear elastic modulus determined by ultrasound shear wave elastography: Differences in flexibility between hamstring muscle components. Man Ther. 2015 Aug;20(4):610-3.

[39] Viswanathan P, Kidd M. (2010): Effect of continuous passive motion following total knee arthroplasty on knee range of motion and function: A systematic review. New Zealand Journal of Physiotherapy 38(1) 14-22

[40] Waddell G, Somerville D, Henderson I, Newton M. Objective clinical evaluation of physical impairment in chronic low back pain. Spine. 1992;17:617–628.

[41] Watkins M. Reliability of goniometric measurements and visual estimates of knee ROM obtained in clinical settings. Physical Therapy vol 71 n°2. 90-7. 1991

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s