Règles d’Ottawa pour la cheville et le pied


2
Règles d’Ottawa : présence d’une douleur A) au bord postérieur ou à la pointe de la malléole latérale B) au bord postérieur ou à la pointe de la malléole médiale, C) à la base du 5° métatarsien, D) sur le naviculaire.

Objectifs

Les entorses de cheville sont un des problèmes les plus fréquemment observés dans les services d’urgence. Avant l’élaboration des règles d’Ottawa, la plupart des patients bénéficiaient d’une radiographie systématiquement malgré un taux de fracture relativement faible (moins de 15%).

Bien que la radiographie de la cheville soit de relativement faible coût, sa fréquence induit plus de 500 millions de dollars de dépenses annuelles aux États Unis et au Canada [20].

Les règles ont pour but de déterminer si un patient nécessite une radiographie de sa cheville et / ou de son pied immédiatement après un traumatisme.

Algorithme pour la cheville

Une radiographie de la cheville n’est requise que s’il existe une douleur dans la région malléolaire médiale ou latérale ET l’un de ces symptômes :

  • Sensibilité osseuse dans la zone A (bord postérieur ou pointe de la malléole latérale) OU
  • Sensibilité osseuse dans la zone B (bord postérieur ou pointe de la malléole médiale) OU
  • Incapacité à réaliser une mise en charge sur le membre traumatisé et faire 4 pas (incapacité à réaliser deux fois un appui unipodal alterné), indépendamment de toute boiterie.

Algorithme pour le pied

Une radiographie du pied n’est requise qu’en présence d’une douleur du médio-pied ET l’un de ces symptômes :

  • Sensibilité osseuse en C (base du 5° métatarsien) OU
  • Sensibilité en D (os naviculaire) OU
  • Incapacité à réaliser une mise en charge sur le membre traumatisé et faire 4 pas (incapacité à réaliser deux fois un appui unipodal alterné), indépendamment de toute boiterie.

Validité

La validité est établie comparativement à l’imagerie médicale. L’application stricte des règles d’Ottawa conduit à une diminution de 16% pour les radiographies de la cheville et de 29% pour celles du pied. Elles sont adaptées à un usage pédiatrique chez des enfants de 2 à 16 ans [Perry 2006].

3


Référence bibliographique

Perry J, Stiell I. Impact of clinical decision rules on clinical care of traumatic injuries to the foot and ankle, knee, cervical spine, and head. December 2006. Injury. Volume 37, Issue 12, Pages 1157–1165

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s