Technique Mulligan de mobilisation avec mouvement actif talo-crural

13

Mulligan a développé un ensemble de techniques de gains d’amplitudes appelé Mobilisations avec Mouvements (MWM) qui combinent un mouvement accessoire passif avec une mobilisation active.

Procédure

Le patient est debout sur la table de traitement, ou en chevalier-servant, le pied symptomatique en avant de l’autre. Le kinésithérapeute fait face au patient, une sangle non-élastique solidarise le bassin du kinésithérapeute avec la face postérieure partie inférieure du tibia. Le kinésithérapeute stabilise le pied symptomatique sur la table.

Le patient est invité à réaliser une flexion de cheville arrêtée juste avant le début des douleurs ou lors de la fin de mouvement. Le kinésithérapeute tracte le tibia en antérieur et maintient la position terminale pendant 10 secondes. 4 séries de 4 mouvements sont réalisées, avec 20 secondes de repos entre chaque série.

BoussoleValidité

Immédiatement et comparativement à un groupe témoin, un gain de l’ordre de 1 à 2° d’amélioration immédiate au Posterior Talal Glide Test, un peu moins d’un centimètre de distance hallux / mur pour la mesure centimétrique de la flexion de cheville sont observés, sur des patients jeunes ayant eu au moins deux entorses de cheville récente avec une asymétrie d’au moins 2 cm à la mesure centimétrique de flexion de cheville en charge [22].

Utilité

BoussoleUne mobilisation passive en flexion de cheville doit être entreprise précocément chez les patients souffrant d’entorse latérale. Cela permet une amélioration significative des amplitudes et du seuil de pression à la douleur consécutives au traitement [23]. Dès la première séance le résultat est significatif, ce qui justifie les pratiques empiriques de « repositionnement de l’astragale antérieure » [10].

D’une manière générale, l’ajout de thérapie manuelle aux exercices actifs permet sur un mois une amélioration cliniquement significative sur la douleur et les activités des patients souffrant d’entorse de cheville, statistiquement significative sur 6 mois, comparativement à une prise en charge uniquement basée sur ces mêmes exercices actifs [4].

Une autre utilisation de la technique a été proposée dans le cadre du traitement orthopédique de l’AVC, des améliorations de la marche et de l’équilibre étant observées après 4 semaines de rééducation [Park 2018]. 


Références bibliographiques

[22] Vicenzino B et al. Initial changes in posterior talar glide and dorsiflexion of the ankle after mobilization with movement in individuals with recurrent ankle sprain. Journal of Orthopaedic and Sports Physical Therapy 2006;36(7):464-71

[4] Cleland J et al. Manual Physical Therapy and Exercise Versus Supervised Home Exercise in the Management of Patients With Inversion Ankle Sprain: A Multicenter Randomized Clinical Trial. J Orthop Sports Phys Ther 2013;43(7):443-455.

[10] Green T, Refshauge K. A randomized controlled trial of a passive accessory joint mobilization on acute ankle inversion sprains. Physical therapy. Vol 81 n°4. Avril 2001

[23] Yeo HK, Wright A. Hypoalgesic effect of a passive accessory mobilisation technique in patients with lateral ankle pain. Man Ther. 2011 Aug;16(4):373-7.

Park D, Lee JH, Kang TW, Cynn HS. Four-week training involving ankle mobilization with movement versus static muscle stretching in patients with chronic stroke: a randomized controlled trial. Top Stroke Rehabil. 2018 Nov 26:1-6. doi: 10.1080/10749357.2018.1550614. Article en pré-publication.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s