L’activité physique pourrait diminuer la survenue d’une lombalgie


measurement-millimeter-centimeter-meter-162500.jpeg
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Le vrai sujet de cette note, c’est le conditionnel employé dans le titre. «Pourrait» signifie qu’il y a une tendance affirmée à ce que l’activité physique puisse protéger les patients de la récurrence des lombalgies. Mais cela signifie que l’on ne peut pas être plus affirmatif. Sauf si on a quelque chose à vendre.

Le but de cette revue était d’étudier le lien entre l’activité physique en général ou adaptée et la lombalgie non spécifique de l’adulte. 

Sept bases de données ont été recherchées pour des études de cohorte et transversales. Des estimations combinées de l’association des niveaux moyen et élevé de PA et de lombalgie, ont été calculées. 

Vingt-quatre études (15 études  de cohortes et neuf études transversales, soit 95 796 participants) ont été incluses. 

Les auteurs concluent que l’activité physique semble être associée à une prévalence plus faible de la lombalgie.

Ils ne peuvent se prononcer sur la dose d’activité nécessaire pour un résultat. Le cumul de données issues d’études de cohortes conclu qu’une activité moyenne permettrait de diminuer de 10% la survenue de lombalgie par rapport à une faible activité. Cependant, ce résultat n’apparaît pas significatif lorsque seules les études transversales sont analysées. Le caractère très hétérogène des études pourrait expliquer cela. Il n’y a pas non plus d’association significative entre des activités physiques intenses et la lombalgie. 

Commentaires 

Avant que des coaches divers et variés se lancent dans le créneau juteux de la lombalgie en multipliant les méthodes tape-à-l’oeil, peut être juste rappeler cette revue systématique et méta-analyse : s’il suffisait de lever de la fonte n’importe comment ou de façon très spécifique par des coaches experts au bout de trois grades de formation certifiés, ça se saurait. 

Il faut plutôt surtout conseiller à un patient de se bouger, et le prendre entre quatre yeux pour savoir pour quelle raison il ne souhaite pas le faire. C’est moins glamour et moins flashy mais peut être que les activités physiques adaptées doivent d’abord l’être auprès du patient ?


Références bibliographiques 

Alzahrani H, Mackey M, Stamatakis E, Zadro JR, Shirley D. The association between physical activity and low back pain: a systematic review and meta-analysis of observational studies. Sci Rep. 2019 Jun 3;9(1):8244. doi: 10.1038/s41598-019-44664-8.

Articles en rapport avec le sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s