Douleurs, raideurs d’épaule et analyse quantifiée du mouvement

group of women doing work out
Photo de bruce mars sur Pexels.com

Dans la population générale, les auteurs ont recherché la présence d’une raideur passive d’épaule et d’une scapulalgie et ont voulu savoir si cela modifiait la biomécanique de l’élévation active.

Ils ont donc trouvé quatre catégories :

  1. Douleur + raideur
  2. Douleur sans raideur
  3. Pas de douleur + raideur
  4. Pas de douleur sans raideur

Ils ont analysé l’élévation antérieure de l’épaule dans ces différents groupes (en gros 25 personnes par groupe) à l’aide d’une analyse quantifiée du mouvement.

La douleur est caractérisée par la présence de signes d’épaule positifs (Hawkins, Neer, Jobe), et de scapulalgie antéro-latérale.

La raideur est considérée par les auteurs comme étant la conséquence d’une raideur de la partie postérieure de la capsule scapulo-humérale. Elle est mise en évidence lors de trois tests de raideurs (rotation médiale en position de Hawkins, rotation médiale et latérale en abduction d’épaule à 90°) et un test de force (rotation latérale isométrique coude au corps sujet assis).

Résultats

Le groupe souffrant d’une scapulalgie sans raideur a un comportement différent des autres en élévation active : il utilise plus la rotation médiale, la tête humérale se translate moins vers l’avant. Il a bobo.

Le groupe raide de la capsule lève le bras comme s’il ne l’était pas.

Le groupe qui cumule raideur et douleur présente des seuils de douleur à la pression de la fosse supra-épineuse plus faibles et un score SPADI (Shoulder Pain and Disabilities Index) plus élevé.

Commentaire

Rien de plus à se mettre sous la main.

Vous pouvez continuer à bronzer tranquillou, en position de Sleeper Stretch, of course, puisque c’est la position réputée pour vous procurer le plus d’étirement postérieur capsulaire (de toute façon, allongé sur la plage, vous ne trouverez jamais une bonne position, donc faire ça ou rien… ).


Références bibliographiques

m_coverRosa DP, Borstad JD, Ferreira JK, Camargo PR. The Influence of Glenohumeral Joint Posterior Capsule Tightness and Impingement Symptoms on Shoulder Impairments and Kinematics. Phys Ther. 2019 Jul 1;99(7):870-881. doi: 10.1093/ptj/pzz052.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s