La perte de l’endurance des extenseurs favorise les douleurs dorsales des femmes ménopausées

2Le but de cette étude transversale était d’identifier les caractéristiques physiques associées à la présence et à la gravité de la douleur thoracique chez les femmes ménopausées en bonne santé.

La présence auto-déclarée de la douleur au cours du mois précédent et son intensité (échelle d’évaluation numérique) ont été examinées par rapport à diverses caractéristiques physiques :

  • Taille
  • Poids
  • Indice de masse corporelle
  • Tour de poitrine
  • Ptose mammaire (Breast ptosis was the measured distance (cm) between the sternal notch and nipple with participants in sitting)
  • Endurance des muscles extenseurs du haut du dos (test isométrique de soulèvement du thorax)
  • Posture de la tête, des épaules et du haut du dos (photogrammétrie)
  • Mobilité en extension thoracique (photogrammétrie)
  • Ostéo-densitométrie
  • Cyphose thoracique, arthrose thoracique et fracture vertébrale thoracique (toutes radiographies).

Un modèle de régression logistique multivarié, ajusté en fonction de l’âge, a été construit à l’aide de caractéristiques physiques associées à la thoracique.

Population

119 femmes ménopausées de 61,4 (7,0 ans) de moyenne d’âge ont participé à l’étude.

Procédure du test d’endurance des extenseurs thoraciques

Le sujet est en procubitus sur un coussin compensé en mousse haute densité, le nombril au bord du coussin, les bras non soutenus et les mains sur le côté de la tête.

Des sangles ajustables fixent le bassin et les membres inférieurs (en dessous du genou) à la table.

Il est demandé de «soulever la poitrine de la table et maintenir cette position aussi longtemps que possible». Aucun encouragement n’est donné aux participants pendant le test.

Le test est terminé à partir du moment ou la poitrine touche la table. Tout participant ne pouvant pas soulever le thorax de la table au début du test est enregistré comme ayant un temps de zéro seconde.

Valeurs

Une limite supérieure de 300 secondes est imposée pour mettre fin au test afin d’éviter une durée de test prolongée. Ce temps de 300 secondes dépasse suffisamment le 75ème centile pour que le test soit terminé par les femmes de plus de 40 ans selon les données normatives.

Résultats

Après ajustement en fonction de l’âge, les caractéristiques physiques associées indépendamment aux douleurs thoraciques étaient la taille (OR: 0,50 IC 95%[ 0,31-0,79]); et l’endurance des muscles extenseurs du haut du dos (OR: 0,46, IC 95% [0,28-0,75]). Ce modèle explique 31% de la variance de la douleur dans le haut du dos (p <0,001).

Après ajustement en fonction de l’âge, être plus grand et avoir une meilleure endurance des muscles extenseurs thoraciques est associé à une probabilité plus faible de douleur.

Conclusion

En tant que caractéristique physique modifiable des femmes ménopausées souffrant de douleurs thoracique, l’endurance des muscles extenseurs mérite d’être examinée cliniquement, d’autant que le ré-entraînement des muscles thoraciques comme moyen d’atténuer les compressions discales améliorer la posture et réduire le risque de fractures vertébrales est une option démontrée et bien tolérée.


Références bibliographiques

Sans titreSpencer L, McKenna L, Fary R, Jacques A, Briffa K (2019) Upper back pain in postmenopausal women and associated physical characteristics. PLoS ONE 14(7): e0220452. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0220452

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s