Le pont myo-dural


Oldies but goldies, quelques notes passent les années sans que leurs conclusions soient trop remises en cause… Ou pas. Je profite de l’été pour ce retour vers le (peut être) futur. Note rédigée originellement dans ActuKiné le Mardi 29 Octobre 2013

L’un des chaînons manquants de la justification de nos techniques manuelles ? Comme au niveau lombaire où Bogduk énonçait [1] les rapports étroits du multifide avec les capsules postérieures richement innervées, il existe en cervical une insertion identique (?) selon Jochen Schomacher [2].

Un article du Journal of Anatomy exhumé [3] nous informe sur ces particularités histologiques cervicales : les insertions des muscles profonds représentent 22.4 ± 9.6 % de la surface capsulaire en C5-C6 pour des forces de traction pouvant atteindre 66 N.

En fait, les auteurs avaient pour idée le rôle traumatisant des muscles lors du fléau cervical, mais si vous êtes kinésithérapeute manuel, vous devez penser à d’autres fonctions, en contracté-relâché, comme en travail dynamique, voire en thrust…


Références bibliographiques :

[1] Bogduk N. Anatomie Clinique du Rachis lombal et sacré. Elsevier Masson. 2013

(A noter que la réédition commence par les excuses de l’auteur ne ne pas avoir mis à jour ses références bibliographiques et que, à part avoir colorisé les dessins et rajouter deux chapitres sur l’IRM lombaire… Si vous souhaitez les colorier vous même, l’ancienne édition de 2008 devrait suffire.)

[2] Schomacher J, Falla D. Function and structure of the deep cervical extensor muscles in patients with neck pain. Man Ther. 2013 Jul 12. pii: S1356-689X(13)00087-8. doi: 10.1016/j.math.2013.05.009. Article sous presse.

sumé de l’article disponible en ligne

[3] Winkelstein BA, McLendon RE, Barbir A, Myers BS. An anatomical investigation of the human cervical facet capsule, quantifying muscle insertion area. J Anat. 2001 Apr;198(Pt 4):455-61.

Article disponible en ligne


Le pont myodural cervical

Note rédigée originellement dans ActuKiné le Mercredi 11 Mai 2016

Sans titre
Scali, F., Pontell, M., Enix, D., & Marshall, E. (2013). Histological analysis of the rectus capitis posterior major’s myodural bridge. The Spine Journal, 13(5), 558-563.

Un pont existe entre la dure-mère cervicale et les petits muscles sous-occipitaux. 

Cette revue systématique de Spine [1], dont je ne possède pas l’article, a inclus 36 études évoquant cette particularité anatomique. 

Il s’agirait des petit et grand droits postérieurs de la tête et de l’oblique inférieur, pour lesquels la liaison est avérée. 

Des controverses existent quant aux liens avec le trapèze supérieur, le petit rhomboïde et le splénius de la tête via le septum nucal (ligament cervical postérieur), il y a quelques preuves limitées en faveur d’un lien avec le droit antérieur de la tête. 

  • Les ostéopathes vont lever les yeux au ciel parce qu’ils savent ça depuis longtemps, en oubliant qu’ils continuent à véhiculer que le névraxe est libre de lien sur le reste du rachis, ce qui est faux. 
  • Les neurodynamiciens vont y trouver un bras de levier supplémentaire pour agir sur les tensions neurales. 
  • L’anatomiste n’y verra qu’un amarrage supplémentaire pour stabiliser la moelle épinière. 

Le praticien ? L’anatomie ne crée pas de facto de plausibilité pathologique et la présence même avérée de ces liens n’en font pas des responsables a priori de souffrances, du moins pas plus que toute structure innervée. 

Un dispositif de rappel anti-coincement du sac dural lors d’une extension nucale, par contraction des muscles profonds, un frein à son avancée lors d’une flexion, à l’image des multifides tractant les inclusions méniscoïdales articulaires postérieures, des tendons extenseurs des orteils qui tractent la capsule lors de la flexion dorsale de cheville, …? 

Ca se trouve, juste un moyen pratique & rapide de calmer un patient énervé mais pas trop lourd (voir en infra). 

De bien belles illustrations dans l’un des articles [2] en accès libre (qui comme toute les illustrations anatomiques peuvent très bien être enjolivées donc fausses…). 


Références bibliographiques : 

[1] Palomeque-Del-Cerro L et al. A Systematic Review of the Soft-Tissue Connections Between Neck Muscles and Dura Mater: The Myodural Bridge. Spine (Phila Pa 1976). 2016 Apr 22. Article sous presse 

Résumé disponible en ligne 

[2] Enix DE et al. The cervical myodural bridge, a review of literature and clinical implications. J Can Chiropr Assoc. 2014 Jun;58(2):184-92. 

Article disponible en ligne 

Autres articles en rapport avec le sujet

Comment calmer un patient énervé ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s